Le gouvernement Harper s'associe à l'Université York pour réduire la pauvreté

Le 4 février 2013 - Des enfants vulnérables en Afrique et des personnes handicapées en Asie du Sud verront leur vie s'améliorer grâce à un partenariat entre le gouvernement du Canada et l'Université York. Aujourd'hui, la députée Lois Brown, secrétaire parlementaire du ministre de la Coopération internationale, l'honorable Julian Fantino, a annoncé le soutien du Canada à l'égard de deux initiatives pour faire progresser les débouchés de l'éducation et de la croissance économique dans les pays en développement.

« Grâce à ce partenariat avec l'Université York, les Canadiens peuvent être fiers de savoir que les enseignants du Kenya seront davantage en mesure d'aider les élèves du primaire et du secondaire dans les camps de réfugiés, a déclaré la députée Brown. Des étudiants de l'Université York auront aussi la possibilité de participer à une initiative ayant pour but d'améliorer l'employabilité et les moyens de subsistance de personnes handicapées au Bangladesh, en Inde et au Népal. »

Le premier investissement aidera l'Université York à former 400 enseignants kényans. Cette mesure permettra d'améliorer la qualité de l'éducation donnée à quelque 18 000 élèves, principalement dans les camps de réfugiés de Dadaab, au Kenya. Le second investissement appuiera les efforts de l'université en vue d'encourager des employeurs à embaucher et à promouvoir des personnes handicapées en Asie du Sud. Ce projet permettra à environ 10 000 personnes au Bangladesh, en Inde et au Népal, de trouver un emploi durable et d'accroître le revenu de leur ménage.

« Le Canada collabore avec des universités canadiennes pour obtenir des résultats concrets en faveur des personnes les plus vulnérables du monde, a ajouté la députée Brown. En tirant parti des compétences des chercheurs de l'Université York, le Canada contribuera à fournir à des enfants, à des femmes et à des hommes vulnérables les éléments nécessaires pour devenir autonomes à long terme. »

« L'Université York est fière de ses chefs de file de la recherche dans ce domaine, a dit Mamdouh Shoukri, président et vice-recteur de l'Université York. Le financement offert par l'ACDI permet à nos chercheurs de renforcer et d'élargir leurs programmes de recherche novateurs et leurs collaborations internationales, afin de mettre au point des solutions aux enjeux complexes dans les régions du Sud mondial. »

« Les chercheurs de l'Université York jouent un rôle de chef de file dans la collaboration avec des partenaires du monde entier pour orienter les politiques publiques, générer de nouvelles connaissances et fournir des points de vue sur les enjeux sociaux et économiques complexes avec lesquels la communauté internationale doit composer », a déclaré Robert Haché, vice président de la recherche et de l'innovation à l'Université York.

Les deux projets sont financés à hauteur de près de 6,2 millions de dollars, dans le cadre du Programme des partenaires pour le développement de l'Agence.

Pour de plus amples renseignements, consultez la page des Programmes des partenariats avec les Canadiens de l'ACDI.

- 30 -

Pour de plus amples renseignements, les représentants des médias sont priés de communiquer avec :

Daniel Bezalel Richardsen
Attaché de presse du ministre de la Coopération internationale
Téléphone : 819-953-6238
Courriel : danielbezalel.richardsen@acdi-cida.gc.ca

Bureau des relations avec les médias
Agence canadienne de développement international (ACDI)
Téléphone : 819-953-6534
Courriel : media@acdi-cida.gc.ca
Suivez-nous sur Twitter : @ACDI_CA

Fiche d'information

Le Programme des partenaires pour le développement de l'ACDI a pour but de mettre à contribution le savoir-faire et l'esprit d'initiative des Canadiens en matière de développement. En effet, les meilleures propositions présentées par des organisations canadiennes désireuses de contribuer au développement sur le terrain et à la réduction de la pauvreté sont financées dans le cadre de ce programme. À la suite d'un appel de propositions lancé en 2011, des universités canadiennes reçoivent le soutien de l'ACDI afin de mettre en œuvre, partout dans le monde, des projets ciblés de développement dont la durée peut atteindre cinq ans.

Les universités canadiennes dont les projets ont été sélectionnés travailleront avec des institutions et des organisations dans les pays en développement pour veiller à ce que les résultats profitent directement aux personnes démunies. Ces projets viendront stimuler lacroissance économique durableassurer l'avenir des enfants et des jeunesaccroître la sécurité alimentaire, et améliorer la santé des mères, des nouveau-nés et des enfants.

Outre les deux projets de l'Université York, dont la secrétaire parlementaire Lois Brown a fait l'annonce aujourd'hui, d'autres projets sélectionnés (voir ci-dessous) avaient été dévoilés à la suite de cet appel de propositions.

Université York (en anglais)

Réduire le chômage chez les personnes handicapées au Bangladesh, en Inde et au Népal

Partenaires locaux : Protibandhi Kallyan Somity (Bangladesh), Swadhikhaar Centre for Disabilities Information, Research and Resource Development (Inde), National Federation of the Disabled (Népal)

Ce projet vise à aider quelque 10 000 personnes handicapées à trouver des emplois durables et à accroître le revenu de leur ménage. Il permettra :

  • de déterminer les principales causes du chômage chronique, du sous-emploi et de la pauvreté chez des personnes handicapées vivant à Dhaka (Bangladesh), à Hyderabard (Inde) et à Katmandou (Népal);
  • d'être axé sur trois secteurs qui emploient une grande proportion de personnes handicapées, à savoir les industries artisanales et à domicile, l'industrie du tourisme d'accueil, et la transformation d'aliments;
  • d'influer sur la prise de décisions des petites et moyennes entreprises dans l'embauche et la promotion des personnes handicapées;
  • d'accroître l'employabilité des personnes handicapées.

Renforcement des capacités d'enseignement dans les camps de réfugiés à Dadaab, au Kenya

Partenaires locaux : Kenyatta University, African Virtual University, Moi University, Windle Trust Kenya

Ce projet vise à offrir une éducation de meilleure qualité à quelque 18 000 élèves vulnérables du primaire et du secondaire dans les camps de réfugiés de Dadaab, de même que dans la ville de Dadaab, au Kenya. Le projet permettra :

  • de former 400 enseignants (des enseignants réfugiés et kenyans non agréés) par l'entremise de programmes universitaires de formation des maîtres aux enseignants locaux du primaire et du secondaire (cours en ligne ou à l'université), ce qui permettra d'améliorer leurs compétences pédagogiques et d'accroître le taux de réussite des élèves;
  • de servir de modèle de haut niveau pour d'autres pays en développement accueillant des réfugiés.

Université de l'Île-du-Prince-Édouard (en anglais)

Centre rural de formation pour les jeunes Autochtones de Chiloé, au Chili

Partenaire local : Williche Council of Chiefs

Ce projet permettra de réduire la pauvreté en établissant un centre rural de formation — le Centre rural de formation de Wekimun — où 200 Autochtones, hommes et femmes, âgés de 15 à 44 ans qui vivent dans les collectivités les plus pauvres de Chiloé (Chili), pourront acquérir des connaissances sur les moyens de subsistance en milieu rural, et sur la gestion des ressources et le développement des entreprises. Ce projet permettra :

  • d'aider les jeunes à être plus aptes au travail et à devenir plus autonomes;
  • d'aider les jeunes à contribuer à la gouvernance locale et au développement communautaire;
  • d'aider les jeunes à reprendre confiance et à retrouver leur fierté à l'égard de l'identité autochtone et des connaissances traditionnelles;
  • de laisser en héritage un centre de formation efficace et des programmes d'études de grande qualité;
  • d'aider plus de 200 jeunes et leurs familles à profiter des banques de semences et de bétail élaborées en combinant le savoir du Chiloé et du Canada.

Université Dalhousie (en anglais)

Croissance économique locale et sécurité alimentaire à Cuba

Partenaire local : Université d'Oriente

Ce projet permettra d'appuyer la croissance économique locale et de veiller à ce que la population de quatre provinces de l'est de Cuba (Las Tunas, Granma, Guantanamo et Santiago de Cuba) ait un accès à des aliments sains et nutritifs en quantité suffisante. Ses objectifs sont :

  • d'améliorer la capacité de plus de 200 représentants du gouvernement et d'universités de planifier, de mettre en œuvre et d'évaluer les stratégies et les initiatives de développement économique local;
  • de renforcer les compétences en affaires des petits agriculteurs, des propriétaires d'entreprise et des coopératives en fournissant un appui et une assistance technique pour favoriser la production agricole et alimentaire des microentreprises;
  • de former jusqu'à 100 petits agriculteurs, d'élargir la disponibilité du microcrédit, et d'accroître la viabilité environnementale des microentreprises de production et de transformation d'aliments
  • d'accroître les capacités de partenaires cubains de mettre en œuvre des techniques industrielles de production agricole et alimentaire qui se servent de déchets à des fins de production, et de réduire la nécessité d'importer de l'énergie et des ressources;
  • de laisser en héritage des technologies écologiquement durables pour la production alimentaire locale.

Université St- Francis Xavier (en anglais)

Le leadership des femmes en vue de l'autonomisation économique et de la sécurité alimentaire en Éthiopie, au Ghana et en Zambie

Partenaires locaux : Organization for Women in Self Employment (Éthiopie), University for Development Studies (Ghana), Women for Change (Zambie)

Ce projet renforcera le leadership de plus de 1 000 femmes et de leurs organisations dans les pays susmentionnés, afin de résoudre le problème du manque d'accès à des aliments sains et nutritifs en quantité suffisante et de favoriser des moyens de subsistance durables. Il améliorera la qualité de l'éducation des adultes dans ces pays, et assurera l'autonomie économique des femmes.

  • En Éthiopie, ce projet permettra d'offrir à 2 000 femmes et filles marginalisées de 10 collectivités, une formation en développement des entreprises et des compétences utiles à la vie quotidienne. Il contribuera également à renforcer 50 réseaux de coopératives, permettant d'améliorer leur accès aux marchés.
  • Au Ghana, le projet permettra d'offrir à 500 femmes et jeunes dans 20 collectivités, une formation sur la production, la transformation et l'utilisation d'aliments indigènes.
  • En Zambie, une formation sur l'autonomisation économique des femmes profitera à 800 groupes locaux et à 80 associations régionales.

Université de Moncton

Appui aux centres de promotion rurale du Burkina Faso

Partenaires locaux : ministère de l'Agriculture et de l'Hydraulique, ministère de l'Avancement des femmes, ministère de la Jeunesse, de la Formation professionnelle et de l'Emploi

Ce projet permettra d'améliorer l'accès à des aliments sains et nutritifs en quantité suffisante dans trois régions du Burkina Faso. En collaboration avec trois partenaires institutionnels locaux, de même que des organisations locales de la société civile, ce projet permettra :

  • de former 50 formateurs dans trois centres de développement rural situés dans le pays; ces centres permettront de former 362 femmes et 452 hommes chaque année sur l'agriculture durable;
  • d'aider cinq autres centres de développement rural à améliorer leur capacité d'offrir de la formation;
  • de s'assurer que la formation est offerte tant aux femmes qu'aux hommes;
  • d'obtenir l'engagement des organisations régionales et nationales qui seront en mesure de soutenir les centres au terme du projet.

Université de l'Alberta (en anglais)

Renforcement des capacités en enseignement des mathématiques dans les collectivités rurales en Tanzanie

Partenaire local : Université de Dodoma

En Tanzanie, la majorité des enfants échouent à l'examen final de mathématiques menant à l'obtention du diplôme d'études primaires, et 25 % n'acquièrent pas les notions de calcul de base. Ce projet permettra :

  • d'aider 430 enseignants à améliorer leurs connaissances en mathématiques et leurs compétences en enseignement, ce qui profitera à plus de 13 000 enfants dans trois régions rurales de la Tanzanie (Dodoma, Iringa et Morogoro);
  • de mettre sur pied un bassin de formateurs d'enseignants qui formeront les futurs enseignants.

Protection de la santé des mères et des nouveau-nés en Éthiopie

Partenaires locaux : St. Paul's Hospital Millenium Medical College, ministère de la Santé

L'Éthiopie a l'un des taux les plus élevés de mortalité maternelle au monde. Afin de réduire ce taux, ce projet :

  • contribuera à améliorer les compétences de 200 travailleurs de la santé primaire et de 4 500 sages-femmes à mettre au monde des bébés en santé, ce qui profitera à plus de 50 000 femmes et 100 000 enfants;
  • permettra d'élaborer un programme de formation pour les formateurs de sages-femmes au St. Paul's Hospital Millennium Medical College.

Université de l'île de Vancouver (en anglais)

Renforcement des capacités du gouvernement ukrainien par l'élaboration de systèmes d'information géographique

Partenaires locaux : Université nationale de Kiev, Institute of Geography of the Ukrainian Academy of Sciences

Ce projet vise la conception et l'offre de programmes de formation à des institutions du secteur public ukrainien, sur l'utilisation des systèmes d'information géographique. Cette technologie aidera le gouvernement à planifier la privatisation des terres rurales et à délimiter ses frontières nationales. Ce projet permettra :

  • d'élaborer un programme de formation local dirigé par des professionnels locaux;
  • de former les enseignants et les employés des partenaires locaux, qui formeront à leur tour quelque 100 fonctionnaires quant à l'utilisation des technologies de la géomatique.

Université de la Saskatchewan (en anglais)

Mama Kwanza (la mère d'abord) — Initiative socioéconomique et de santé en Tanzanie

Partenaires locaux : Green Hope, Nelson Mandela African Institute of Science and Technology

Ce projet permettra d'offrir aux femmes et aux enfants les plus vulnérables du district d'Arusha (Nord de la Tanzanie), et particulièrement aux ménages dirigés par un enfant ou une grand-mère, un meilleur accès aux services de santé des mères, des nouveau-nés et des enfants (SMNE). Il permettra :

  • d'établir des services de soins axés sur la famille qui intègrent la SMNE et un soutien socioéconomique;
  • d'aider 3 000 femmes à bénéficier de programmes et de services pour les nouveau-nés et les enfants, en renforçant les capacités et en augmentant le nombre de fournisseurs de services et de partenaires formés sur les approches de la santé fondées sur des données probantes
  • d'augmenter l'autonomisation et la participation des femmes au moyen d'un appui socioéconomique axé sur la purification de l'eau, le séchage d'aliments par énergie solaire, les potagers communautaires, et un système de paiement de remplacement