Le leadership du Canada en matière de santé des femmes et des enfants sauve des vies partout dans le monde

La collaboration avec les principaux partenaires canadiens produit des résultats concrets là où ça compte

Le 4 octobre 2013 - Depuis le lancement de l'Initiative de Muskoka en 2010, le Canada joue un rôle de chef de file dans l'amélioration de la vie des mères, des nouveau-nés et des enfants dans les pays les plus pauvres au monde. Aujourd'hui, dans le cadre d'un symposium tenu par le Réseau canadien sur la santé des mères, des nouveau-nés et des enfants (CAN-SMNE), l'honorable Christian Paradis, ministre du Développement international, a décrit l'incidence du leadership du Canada et a souligné la nécessité de poursuivre la promotion des partenariats efficaces et des interventions novatrices.

« Grâce en partie au leadership du premier ministre Harper, le monde tourne son attention vers l'amélioration de la santé des femmes, des nouveau-nés et des enfants dans les pays en développement. Par conséquent, nous avons assisté à une réduction marquée des taux de mortalité maternelle et infantile, a déclaré le ministre Paradis. Malgré ces avancées, il y a encore de nombreux défis à relever. Notre gouvernement continuera de travailler avec nos remarquables partenaires canadiens pour s'assurer que nous demeurons responsables, transparents et axés sur l'obtention de résultats concrets pour les personnes dans le besoin. »

IMPACT 2025 : Working Together for Global Maternal, Newborn & Child Health (collaborer pour améliorer la santé des mères, des nouveau-nés et des enfants à l'échelle mondiale) réunit près de 200 spécialistes canadiens de la santé des mères, des nouveau-nés et des enfants. Ces spécialistes examineront les réussites et les défis, de même que les prochaines étapes requises pour maintenir l'élan et accélérer l'incidence des interventions relatives à l'amélioration de la vie des femmes et des enfants les plus vulnérables.

« Le Canada continue d'être un chef de file dans le cadre de l'effort mondial visant à s'assurer que les femmes et les enfants ne meurent pas ou ne souffrent pas inutilement de maladies évitables », a déclaré la Dre Dorothy Shaw, présidente de CAN-SMNE. Cette coalition financée par le gouvernement fédéral regroupe près de 70 organisations non gouvernementales, établissements d'enseignement et professionnels de la santé du Canada qui travaillent à l'étranger au dossier de la santé des femmes et des enfants. « Au cours des dernières années, les preuves ont démontré que les investissements dans la santé des mères et des enfants ont une incidence considérable – aujourd'hui, comparativement à il y a dix ans, ce sont des millions de femmes, de nouveau-nés et d'enfants de plus qui survivent et grandissent. Nous réalisons des progrès durables et nous devons garder le cap. »

Comme preuve du leadership du Canada dans le dossier de la santé des femmes et des enfants, le premier ministre Harper a récemment organisé une activité des Nations Unies portant sur la santé des femmes et des enfants. Dans le cadre de cette activité, il a annoncé une aide de 203,55 millions de dollars pour accroître l'immunisation contre les maladies; améliorer les soins de santé primaires aux femmes et aux enfants; réduire le nombre de décès qui surviennent pendant la grossesse ou lors de l'accouchements; et accroître la responsabilisation en matière de dépenses publiques.

Dans le cadre du G8 en 2010, le Canada s'était engagé à verser 2,85 milliards de dollars sur cinq ans pour l'Initiative de Muskoka sur la santé des mères, des nouveau-nés et des enfants, soit 1,1 milliard de dollars de nouveau financement et le maintien des dépenses courantes de 1,75 milliards de dollars. Trois ans plus tard, le Canada est en bonne voie de remplir totalement son engagement. Plus de 60 % du financement a déjà été versé, et cela a concrètement amélioré la situation dans les pays où les taux de mortalité maternelle et infantile sont élevés. Le Canada cherche surtout à assurer l'accès à de meilleurs services de santé, à lutter contre les principales maladies et à améliorer la nutrition.

- 30 -

Pour obtenir de plus amples renseignements, les représentants des médias sont priés de communiquer avec :

Margaux Stastny, directrice des Communications
Cabinet du ministre du Développement international
Téléphone : 819-953-6238
Courriel : margaux.stastny@international.gc.ca

Bureau des relations avec les médias
Affaires étrangères, Commerce et Développement Canada (MAECD)
Téléphone : 819-995-1874
Courriel : media@international.gc.ca 
Suivez-nous sur Twitter : @MAECDCanada