Le ministre Paradis fait la promotion de la création d'emplois, de la croissance économique durable et de la stabilité financière lors des assemblées annuelles de la Banque mondiale et du Fonds monétaire international

Le 11 octobre 2013

Washington, DC — Aujourd'hui, le ministre du Développement international et ministre de la Francophonie, l'honorable Christian Paradis, a conclu un voyage de deux jours à Washington, où il a fait la promotion de la création d'emplois, de la croissance économique durable et de la stabilité financière dans les pays en développement lors des assemblées annuelles de 2013 du Groupe de la Banque mondiale et du Fonds monétaire international.

« La croissance économique constitue le meilleur moyen de rompre le cycle de la pauvreté et de favoriser la prospérité mondiale, a déclaré le ministre Paradis. En collaborant avec d'autres pays pour stimuler leur économie, le Canada les aide à devenir plus autonomes et à mieux répondre aux besoins de leurs citoyens. Les objectifs de développement mondiaux de la Banque mondiale et du Fonds monétaire international vont dans le sens même des buts que vise le Canada : susciter la responsabilité mutuelle, renforcer la résilience des pays, améliorer la survie des enfants et réduire la pauvreté en mettant à contribution le secteur privé. »

Pendant son séjour à Washington, le ministre Paradis a fait valoir les priorités du Canada à l'occasion de réunions officielles et d'activités parallèles et il s'est entretenu avec ses homologues et des partenaires internationaux du Canada. Le ministre Paradis a également annoncé l'octroi d'une aide à l'initiative de renforcement de la supervision et de la réglementation du secteur financier de l'organisme Toronto Centre. Cette initiative vise à améliorer la croissance économique, la stabilité financière et l'accès au crédit dans les pays en développement. Le ministre a fait son annonce lors d'une activité organisée par le Toronto Centre, un organisme canadien sans but lucratif qui favorise la stabilité financière et l'accès aux services financiers à l'échelon mondial, surtout dans les marchés émergents et les pays à faible revenu.

« L'éradication de la pauvreté extrême et la promotion de la prospérité mondiale représentent les deux côtés d'une même médaille, a ajouté le ministre Paradis. Nous savons qu'il est difficile de favoriser la prospérité chez les populations qui n'ont connu que la pauvreté, mais c'est un défi que le Canada cherchera encore à relever avec l'aide de partenaires comme le Toronto Centre. »

Le Canada est l'un des pays fondateurs du Groupe de la Banque mondiale et occupe un siège permanent au sein de son conseil d'administration, qui compte 25 membres. Les assemblées annuelles regroupent des ministres des Finances et du Développement, des dirigeants d'organismes internationaux ainsi que des représentants du secteur privé et d'organismes sans but lucratif dans le but de discuter des perspectives économiques mondiales, de l'éradication de la pauvreté et de l'efficacité de l'aide ainsi que des plans stratégiques, de la recherche et de la programmation de ces importantes institutions multilatérales.

Le Groupe de la Banque mondiale figure parmi les principaux partenaires du Canada en matière de développement international et il verse une part importante de l'aide internationale canadienne en vue de faire avancer les thèmes prioritaires du gouvernement.

— 30 —

Pour de plus amples renseignements, les représentants des médias sont priés de communiquer avec :

Margaux Stastny, directrice des Communications
Cabinet du ministre du Développement international
Téléphone : 819-953-6238
Courriel : margaux.stastny@international.gc.ca

Bureau des relations avec les médias
Affaires étrangères, Commerce et Développement Canada (MAECD)
Téléphone : 819-995-1874
Courriel : media@international.gc.ca
Suivez-nous sur Twitter : @MAECDCanada

Document d'information

L'annonce faite aujourd'hui par le ministre Paradis réaffirme l'engagement du gouvernement à stimuler une croissance économique durable dans les pays en développement et elle met en avant-plan le partenariat en vigueur entre le Canada et le Toronto Centre.

Le Canada versera 20 millions de dollars sur cinq ans à l'initiative de renforcement de la supervision et de la réglementation du secteur financier du Toronto Centre.

Cette initiative a pour but de renforcer la supervision et la réglementation du secteur financier dans les pays en développement afin d'améliorer la croissance économique, la stabilité financière et l'accès au crédit. Voici des exemples d'activités de projet prévues :

  • offrir des programmes-pays pluriannuels pour développer des compétences en leadership et pour renforcer les capacités en matière de supervision et de réglementation du secteur financier;
  • dispenser, à l'échelon national, régional et international, de la formation en matière d'opérations bancaires, d'assurances, de pensions, de valeurs mobilières, de microfinancement et de microassurance;
  • établir une nouvelle division destinée à la prestation de conseils pratiques et à l'analyse de recherches sur les nouveaux dossiers.

Créé en 1998 avec le concours du gouvernement du Canada, de la Banque mondiale et de la Schulich School of Business (Université York), le Toronto Centre est un organisme sans but lucratif qui favorise la stabilité financière et l'accès aux services financiers à l'échelon mondial en renforçant les capacités des responsables et des surveillants du secteur financier, surtout dans les marchés émergents et les pays à faible revenu. Les programmes de formation offerts par le Toronto Centre contribuent à développer le savoir-faire et les compétences en leadership des organes de supervision et de réglementation dans le but de promouvoir la stabilité financière, de prévenir les crises et d'améliorer l'accès au crédit.

Ce financement comprend un volet de deux millions de dollars pour l'Association des Nations de l'Asie du Sud‑Est (ANASE) déjà annoncé par le ministre des Affaires étrangères, l'honorable John Baird, le 2 juillet 2013.