Le ministre Paradis conclut une visite fructueuse en France et au Sénégal

Le 13 novembre 2013 - OTTAWA — Le ministre du Développement international et ministre de la Francophonie, l'honorable Christian Paradis, a conclu aujourd’hui une visite en France et au Sénégal.

En France, la participation du ministre Paradis à la 29e session de la Conférence ministérielle de la Francophonie ainsi qu’à la Conférence générale de l’UNESCO lui a permis de profiter de deux tribunes importantes pour promouvoir les priorités du Canada, en matière de politique étrangère, notamment le soutien à la démocratie, le respect des droits de la personne et la bonne gouvernance.

« Je conclus ce voyage avec enthousiasme et optimisme, a déclaré le ministre Paradis. J’ai pu démontrer, entre autres, que le Canada favorise le développement économique durable afin d’accroître la prospérité et de contribuer à la stabilité des pays membres de la Francophonie. »

Son séjour au Sénégal s’est aussi avéré très fructueux. Le ministre s’y est entretenu, entre autres, avec le président de la République, Son Excellence Monsieur Macky Sall, la première ministre, Madame Aminata Touré, et des représentants du gouvernement. Il a notamment échangé sur le prochain Sommet de la Francophonie, qui se tiendra à Dakar en 2014. Il a aussi eu la chance de rencontrer des partenaires canadiens et multilatéraux ainsi que des membres de la société civile et de visiter trois projets de développement financés par le Canada dans les domaines de l’éducation, des micronutriments et du développement économique rural.

Deux moments clés de cette visite furent la participation du ministre au lancement officiel du Cadre de coopération à l’appui de la Nouvelle Alliance pour la sécurité alimentaire et la nutrition  au Sénégal, ainsi qu’à la signature d’un Protocole d’entente relatif au Cadre de responsabilité mutuelle en matière de coopération au développement entre le Canada et le Sénégal. Ce Cadre confirme le partenariat et l’accompagnement que le Canada offre au Sénégal dans la réalisation des objectifs de développement de ce dernier. Le ministre Paradis a également assisté à la signature de plusieurs ententes commerciales.

Au cours de cette visite, le ministre Paradis a également mis l’accent sur l’intervention du Canada en réponse à la situation aux Philippines. Le Canada s’est engagé à verser 30 000 $ avant même que la tempête ne frappe afin d’aider les Philippines à se préparer à la catastrophe. Le 9 novembre, lors que le typhon Haiyan a touché terre, le Canada a immédiatement annoncé une contribution initiale de 5 millions de dollars pour aider les personnes touchées. Vingt-quatre heures plus tard, en réponse à l’effarante destruction, le Canada a créé le Fonds de contrepartie pour le typhon Haiyan pour lequel le gouvernement du Canada versera un dollar pour chaque dollar versé par les Canadiens. Le Canada a également déployé des membres de l’Équipe d’intervention en cas de catastrophe, et de l’équipe médicale d’urgence de l’hôpital de campagne de la Croix-Rouge canadienne.

 

- 30 -

 

Pour de plus amples renseignements, les représentants des médias sont priés de communiquer avec :

Margaux Stastny, directrice des Communications
Cabinet du ministre du Développement international et ministre de la Francophonie
Téléphone : 819-953-6238
Courriel : margaux.stastny@international.gc.ca

Bureau des relations avec les médias
Affaires étrangères, Commerce et Développement Canada (MAECD)
Téléphone : 819-995-1874
Courriel : media@international.gc.ca 
Suivez-nous sur Twitter : @MAECDCanada

Fiche d'information

La coopération canadienne au Sénégal

Le ministre du Développement international et ministre de la Francophonie, l'honorable Christian Paradis, s’est rendu au Sénégal du 10 au 12 novembre 2013.

Visite de projets

Dans le cadre de son voyage, le ministre Paradis a visité trois projets financés par le Canada :

  • École primaire à Dakar (École amie des enfants) : Le Sénégal fait de l’éducation une priorité dans le cadre du Programme national d’amélioration de la qualité, de l’équité et de la transparence. Grâce au financement canadien, l’UNICEF appuie le gouvernement du Sénégal et vise à améliorer le milieu d’apprentissage dans 500 écoles du pays, dont l’école PAH/U 7 à Dakar, dans le but que les enfants les plus vulnérables, surtout les filles, puissent bénéficier d'un accès à une éducation de qualité. Le Canada demeure le deuxième plus important donateur dans le domaine de l’éducation au Sénégal. 
  • Projet d’appui au développement économique des Niayes : Le programme d'aménagement et de développement économique dans la zone des Niayes a comme objectif de contribuer à l'augmentation de la production et de la commercialisation de l'oignon, de l'ail, de la pomme de terre et d’autres fruits et légumes. Il vise à accroître les revenus de 17 000 producteurs et productrices et à en faire de véritables entrepreneurs, tout en protégeant les ressources naturelles de la zone. Il s’agit d’un projet de 20 millions de dollars et d’une durée de 9 ans.
  • Initiative sur les micronutriments au Sénégal : Le Sénégal est l’un des principaux pays ciblés par l’Initiative sur les micronutriments. Celle-ci offre des programmes de supplémentation en vitamine A, d’iodation du sel, de suppléments de zinc, de fer et d’acide folique (surtout pour les femmes) et de sels de réhydratation oraux pour le traitement de la diarrhée. Des services de nutrition et de santé des mères et des nouveau-nés en milieu communautaire sont aussi offerts De 2008 à 2012, grâce à un soutien continu du Canada, l’Initiative sur les micronutriments a fourni 13,5 millions de dollars de financement au Sénégal pour ces programmes.

Lancement officiel de la Nouvelle Alliance pour la sécurité alimentaire et la nutrition

Le ministre Paradis a aussi participé au lancement officiel du Cadre de coopération à l’appui de la Nouvelle Alliance pour la sécurité alimentaire et la nutrition au Sénégal. Cet événement revêt une importance particulière puisque le Sénégal est ainsi devenu le dixième membre de la Nouvelle Alliance et qu’il s’agit de la première fois qu’un tel lancement a lieu en Afrique. La cérémonie a eu lieu au même moment que le lancement de la Conférence annuelle du système régional d'analyse stratégique et de gestion de connaissances.

La Nouvelle Alliance vise à appuyer les gouvernements africains dans leurs efforts pour améliorer la sécurité alimentaire, inciter le secteur privé à accroître ses investissements dans le développement agricole et mobiliser les pays du G8 et les autres bailleurs de fonds à l’égard d’une croissance agricole durable. En mai 2013, le gouvernement du Sénégal a annoncé son intention d’adhérer à la Nouvelle Alliance, en s’engageant à mettre en œuvre des réformes clés des politiques afin de créer un climat propice à l’investissement dans le secteur agricole et dans le domaine de la nutrition.

Les réformes comprennent, à titre d’exemple, des mesures pour augmenter la part des crédits bancaires alloués au secteur agricole, une réduction du poids budgétaire des subventions aux intrants, la définition et la mise en œuvre d’une politique sur les semences, et l’actualisation et la mise en œuvre de la Lettre de politique sectorielle sur la nutrition.

Le Canada, à titre de chef de file du G8 pour le Sénégal, a joué un rôle de premier plan auprès du gouvernement du Sénégal dans l’élaboration de ce cadre de coopération. La décision du Sénégal d’adhérer à la Nouvelle Alliance offre une bonne occasion de mobiliser le secteur privé et de susciter son intérêt dans les secteurs agricoles africains. Le Cadre de coopération fait aussi état des intentions d’investissement du secteur privé dans le secteur de la sécurité alimentaire et de la nutrition pour un total de près de 400 millions de dollars.

Signature du Cadre de responsabilité mutuelle du Sénégal

Durant sa visite au Sénégal, le ministre Paradis a également pris part à la signature du Protocole d’entente relatif au Cadre de responsabilité mutuelle en matière de coopération au développement entre le Canada et le Sénégal. Le Cadre rappelle l’importance des valeurs communes liant le Canada et le Sénégal — comme le respect des droits de la personne, la bonne gouvernance démocratique, la saine gestion des finances publiques et la lutte contre la corruption — tout en reconnaissant que le Sénégal demeure le principal instigateur de son développement. Le Cadre réitère l’engagement du Canada à accompagner le Sénégal afin de mieux accroître la croissance économique et réduire la pauvreté pour améliorer concrètement, et de façon durable, la qualité de vie au Sénégal.

Le Cadre indique les engagements respectifs du Sénégal et du Canada, les cibles de développement à atteindre par le Sénégal et les moyens que le Canada utilisera pour contribuer au développement national du Sénégal. Les deux pays reconnaissent la valeur intrinsèque de l'établissement d’une coopération durable, d’un dialogue constructif et de la prévisibilité des appuis. Le processus de suivi et d’examen du Cadre y est également défini. Le Canada et le Sénégal feront un bilan conjoint de la programmation canadienne, des défis à relever et des occasions à saisir. Par la suite, des ajustements seront proposés si nécessaire afin de maximiser l’atteinte des résultats.

Signature d’ententes commerciales

Près de 70 entreprises canadiennes sont actives ou font des affaires au Sénégal dans divers secteurs de l’économie, notamment les mines, l’infrastructure, l’énergie, l’aviation, les télécommunications, l’agroalimentaire, et l’éducation. Le Canada arrive au premier rang en matière d’investissements miniers dans l'or et compte parmi les cinq investisseurs directs étrangers les plus importants au Sénégal.

Le ministre Paradis a profité de son passage au Sénégal pour assister, au nom du ministre du Commerce international, l’honorable Ed Fast, à la signature des ententes commerciales suivantes :

  • ouverture d’un premier bureau en Afrique de l’Ouest de l’entreprise canadienne REPLAN (basée à Toronto)
  • signature d’un partenariat technique entre RSE Sénégal et l’Institut canadien des mines, de la métallurgie et du pétrole (bureau national basé à Montréal)
  • présentation d’une intention officielle d’Exportation et développement Canada de mettre à la disposition du Sénégal un prêt de 110 millions de dollars pour le projet hydroélectrique de Sambangalou de l’Organisation pour la Mise en Valeur du Fleuve Gambie par l’entremise de la Corporation commerciale canadienne et l’entreprise Cegertec WorleyParsons (basée à Chicoutimi).
  • compte rendu d’un premier livrable sur un contrat commercial entre le ministère de l’Économie et des Finances du Sénégal et CRC-Sogema (basée à Longueuil) ayant trait à la mise en œuvre du module « Télé-déclaration » permettant aux entreprises sénégalaises de soumettre leurs déclarations d’impôts et de TVA de manière électronique par l’entremise d’Internet.

Pour de plus amples renseignements sur ces projets et d’autres initiatives canadiennes au Sénégal, veuillez consulter le site Web du MAECD.