Le Canada maintient son engagement envers Haïti

La somme de 20 millions de dollars (sur deux exercices financiers) versée à l’initiative de relogement des familles haïtiennes contribuera à la fermeture de près de soixante campements considérés comme étant les plus vulnérables aux catastrophes naturelles, ou situés dans des secteurs critiques comme des cours d’écoles. Environ 16 000 familles, ou 53 000 personnes déplacées à l’intérieur du pays, seront relogées dans de nouvelles habitations.

Le projet prévoit également le nettoyage des camps lorsqu’ils auront été vidés et la remise en état des lieux afin de permettre, par exemple, de reprendre l’enseignement dans les écoles qui continuaient à servir de camps temporaires.

Le travail du Canada en Haïti est d’abord et avant tout axé sur l’amélioration de la qualité de vie des plus démunis, et d’importants résultats ont été obtenus à ce chapitre.

En tout, un million et demi de personnes – soit environ la population de la ville de Montréal – ont dû être hébergées dans des camps après le tremblement de terre de janvier 2010. Selon les estimations, il en reste un peu moins de 146 600 aujourd’hui. Le Canada a été l’un des premiers donateurs à se manifester pour aider les Haïtiens à se loger ou à réparer leurs maisons endommagées.

Le Canada s’acquitte de son obligation de rendre compte aux contribuables canadiens et veille à obtenir des résultats tangibles pour le peuple haïtien. Les enquêtes auprès des personnes déplacées, menées un an après leur réinstallation, ainsi que les évaluations indépendantes, ont montré que l’approche des subventions au logement, soutenue par les investissements canadiens, a bel et bien aidé les familles à reprendre une vie normale.

Le Canada est un chef de file mondial pour ce qui est de l’efficacité et de la transparence de l’aide, et cela a d’ailleurs été validé par diverses organisations indépendantes, comme Publish What You Fund. Le Canada a obtenu le meilleur dossier parmi les pays donateurs selon l’Initiative internationale pour la transparence de l’aide. Le site Web de la Banque de projets contient des renseignements détaillés sur les projets de développement mis en œuvre par le Canada. On y trouve entre autres une description de tous les projets, de leur état d’avancement et de leur échéancier, de même qu’une ventilation exacte des contributions financières versées par le Canada aux organismes chargés de leur réalisation. Parmi ces organismes figurent des partenaires expérimentés et fiables issus de la société civile, du secteur privé et des institutions multilatérales qui ont tous fait la démonstration de leur capacité de produire des résultats concrets.

Le Canada a engagé d’importants fonds à la suite du tremblement de terre de janvier 2010. Et il continue à fournir de l’aide au chapitre de la sécurité alimentaire et de la croissance économique durable. Par exemple, plus de 440 000 Haïtiens ont maintenant accès au crédit, à titre de membres d’un réseau de 47 caisses populaires, ce qui stimule d’autant le secteur des petites et moyennes entreprises haïtiennes. Notre travail de promotion de nouvelles perspectives économiques et d’emplois pour les Haïtiens constitue une étape cruciale pour réduire la pauvreté en Haïti. La croissance économique et la réduction de la pauvreté vont de pair. Le secteur privé peut et doit jouer un rôle d’encadrement dans ce cheminement.

Le Canada respecte ses engagements, et il demeure résolu à travailler avec Haïti. Notre stratégie d’engagement à long terme fait actuellement l’objet d’un examen, et ce processus vise entre autres à réunir d’autres donateurs internationaux et le gouvernement haïtien, afin de coordonner de manière efficace les investissements au chapitre de l’aide pour qu’ils débouchent sur des résultats durables. Nous sommes résolus à continuer à jouer un rôle clé en Haïti et à miser sur les relations solides et durables établies depuis plus de cinquante ans entre le Canada et Haïti.