Le Canada défend la cause de l’éducation des enfants dans les pays fragiles et en situation de conflit

Mettre l’accent sur l’amélioration de l’accès à l’éducation et la mise en place de milieux d’apprentissage sécuritaires

Le 27 février 2014 - Ottawa, Ontario - Affaires étrangères, Commerce et Développement Canada

Au cours d’un débat d’experts organisé par la Fondation Aga Khan Canada et le Partenariat mondial pour l’éducation, Lois Brown, secrétaire parlementaire de l’honorable Christian Paradis, ministre du Développement international, a souligné aujourd’hui que le Canada, en collaboration avec ses partenaires expérimentés, veille à ce que les enfants, notamment les filles, aient accès à une éducation de qualité et à des endroits sécuritaires pour apprendre, jouer et grandir. 

« Le Canada reconnaît que l’éducation est cruciale pour offrir aux enfants et aux jeunes un meilleur avenir, surtout pour ceux qui vivent dans des milieux difficiles », a déclaré la députée Brown. L’accès à une éducation de qualité peut sauver et changer des vies, en plus de contribuer à accélérer les progrès dans les États fragilisés. »

Près de 200 spécialistes des questions humanitaires, du développement et de l’éducation ont participé à « L’éducation en marge : Rejoindre les enfants dans des États fragiles et en situation de conflit », un débat de spécialistes axé sur le meilleur moyen d’appuyer l’éducation dans les États fragiles et en situation de conflit. Plus de la moitié des 57 millions d’enfants qui ne vont pas à l’école vivent dans de tels pays. 

« L’éducation apporte de l’espoir à des millions de personnes qui tentent de surmonter les effets négatifs des conflits et d’améliorer leur qualité de vie », a indiqué Khalil Z. Shariff, directeur général de la Fondation Aga Khan Canada. « Mais la solution ne se limite pas aux bâtiments physiques. Pour avoir une éducation de qualité – de l’école primaire à l’université –, il faut des enseignants compétents, du soutien communautaire et un engagement de la part du gouvernement. La Fondation Aga Khan Canada, en collaboration avec le gouvernement du Canada, transforme la vie des enfants vulnérables grâce à ses programmes d’éducation. »

« Le Partenariat mondial pour l’éducation occupe une place unique qui lui permet d’avoir une incidence dans les États fragilisés et en situation de conflit », a souligné Alice Albright, directrice générale du Partenariat mondial pour l’éducation. En 2013, près de 50 % de notre financement était affecté à des pays fragilisés ou touchés par des conflits. »

« Le gouvernement du Canada est un membre important du Partenariat mondial pour l’éducation et il joue un rôle actif dans son conseil d’administration et ses comités techniques. Nous sommes enthousiastes à l’idée de poursuivre notre coopération productive avec le Canada. L’éducation est la pierre angulaire de la réussite dans la plupart des efforts pour améliorer la santé, réduire le taux de mortalité infantile, renforcer la société civile et désamorcer les conflits. Sans éducation, il est pratiquement impossible d’améliorer les perspectives économiques et d’éliminer les inégalités. »

« Dans les États fragilisés et en situation de conflit, le milieu de l’éducation apporte de la sécurité à l’enfant, un sentiment de normalité, une tribune de réconciliation et de paix, de même que de l’espoir pour l’avenir », a ajouté David Morley, président et chef de la direction d’UNICEF Canada. « Le Canada est un partenaire engagé dans l’éducation et nous sommes enthousiastes à l’idée de continuer notre travail ensemble pour assurer à tous les enfants, surtout ceux qui sont les plus difficiles à atteindre, un accès à une éducation de qualité. »

Les faits en bref

  • Le Canada améliore l’accès à une éducation de base de qualité et offre des milieux d’apprentissage sécuritaires aux enfants qui habitent dans des États fragilisés et en situation de conflit, comme l’Afghanistan, la Syrie, Haïti, le Mali et le Pakistan.
  • Le Canada appuie l’éducation dans les États fragiles par l’entremise du Réseau international pour l’éducation en situations d’urgence afin de diriger le réseau international dans ce domaine.
  • Le Canada collabore avec le Partenariat mondial pour l’éducation, qui est présent dans 28 États fragiles. Depuis 2008, le Canada a remis 106,4 millions de dollars au Partenariat afin de s’assurer que tous les enfants reçoivent une éducation de qualité et grandissent de façon à contribuer à la sécurité, à la prospérité et au développement durable de leur pays.
  • Le Canada a affecté 50 millions de dollars à des activités d’éducation et de protection des enfants en appui à la campagne « Non à une génération perdue », une initiative dirigée par l’UNICEF et diverses organisations non gouvernementales afin de protéger l’avenir des enfants touchés par la crise en Syrie.
  • L’éducation demeure l’un des principaux domaines d’investissement en Afghanistan. Les efforts du Canada en matière d’éducation en Afghanistan ont contribué à accroître sensiblement le nombre de filles inscrites dans les écoles d’un bout à l’autre du pays ainsi qu’à assurer la paix et la sécurité dans le pays.
  • Le Canada, en partenariat avec la Fondation Aga Khan Canada, renforce les systèmes d’éducation primaire et préscolaire en Afrique de l’Est, appuie l’éducation des filles en Afghanistan, renforce la formation des enseignants et l’éducation au Pakistan et améliore les résultats d’apprentissage des enfants défavorisés en Inde.

Produits connexes

Liens connexes

Contacts

Margaux Stastny
Directrice des Communications
Cabinet du ministre du Développement international et ministre de la Francophonie
819-953-6238
margaux.stastny@international.gc.ca

Le Service des relations avec les médias
Affaires étrangères, Commerce et Développement Canada
613-995-1874
media@international.gc.ca
Suivez-nous sur Twitter : @MAECD_DEV