Le Canada sauve des vies et améliore la santé des mères et d'enfants partout dans le monde

Le projet de construction et de réhabilitation de centres de santé permettra d'accélérer les progrès en matière de santé des mères, des nouveau-nés et des enfants au Mali

Le 15 mai, 2014 - Ottawa, Ontario - Affaires étrangères, Commerce et Développement Canada

Au nom du ministre du Développement international et de la Francophonie, l'honorable Christian Paradis, la sénatrice Suzanne Fortin-Duplessis a annoncé aujourd'hui un investissement de 10 millions de dollars à l'appui du projet de Construction et de réhabilitation de centres de santé mené en partenariat avec la coopération néerlandaise. Cette nouvelle initiative vise à compléter la construction de nouveaux centres de santé ainsi que la réhabilitation de centres déjà existants, en plus de fournir des équipements médicaux.

La sénatrice Fortin-Duplessis a souligné le rôle de chef de file que joue le Canada en matière de promotion de sa principale priorité de développement international, à savoir la santé des mères, des nouveau-nés et des enfants (SMNE). Elle a rappelé la tenue du sommet international Sauver chaque femme, chaque enfant : un objectif à notre portée, qui façonnera l'avenir de l'action mondiale concernant les enjeux relatifs à la SMNE. Le sommet, qui se tiendra du 28 au 30 mai 2014 à Toronto, mettra à profit le rôle de chef de file du Canada et permettra d'établir l'orientation des prochains engagements.

« Grâce à l'Initiative de Muskoka et à la mobilisation internationale qu'elle suscite, les taux de mortalité maternelle sont en baisse et des millions d'enfants auparavant condamnés célèbrent leur cinquième anniversaire, a dit la sénatrice Fortin-Duplessis. Avec l'aide de ses partenaires, dont la coopération néerlandaise, le Canada va continuer à sauver des vies et à améliorer la santé des mères et des enfants dans les pays en développement, notamment au Mali, qui est l'un des pays ciblés en développement international. »

« La mise en œuvre de ce projet contribuera à améliorer l'accessibilité aux soins de santé et à l'amélioration du plateau technique pour une meilleure prise en charge des femmes et des enfants, a déclaré Madame l'Ambassadeur de la République du Mali au Canada, Traore Ami Diallo. Nous saluons le lancement de ce projet mais aussi la tenue prochaine du Sommet international sur la Santé de la Mère, des Nourrissons et du Nouveau-né qui aura lieu du 28 au 30 mai 2014 à Toronto sous la présidence du Très Honorable Stephen Harper, Premier Ministre du Canada. »

« Le Canada et les Pays-Bas travaillent de concert depuis longtemps pour promouvoir le respect des droits de la personne, la bonne gouvernance et la protection de la vie des personnes les plus vulnérables dans le monde, a déclaré M. Rochus Pronk, chargé d'affaires de l'ambassade des Pays-Bas. La contribution et la participation du Canada à ce projet visant la construction et la réhabilitation de centres de santé au Mali est essentielle si nous voulons aider à sauver des vies et à améliorer la santé des mères et des enfants au Mali. En outre, grâce à ce projet, nos pays contribuent pour beaucoup à améliorer la coordination de l'action des donateurs dans ce pays. »

Pour le Canada, l'amélioration de la santé des mères, des nouveau-nés et des enfants ainsi que la réduction du nombre de décès qui peuvent être évités constituent la priorité absolue en matière de développement. En 2010, le Canada, qui présidait alors le G8, a lancé l'Initiative de Muskoka afin d'amener la communauté internationale à se mobiliser pour réduire la mortalité maternelle et infantile et pour améliorer la santé des mères et des enfants dans les pays les plus pauvres du monde. Le geste a porté fruit : les dirigeants mondiaux se sont engagés à verser 7,3 milliards de dollars en faveur de cette cause et, en septembre 2010, les Nations Unies lançaient l'initiative Chaque femme, chaque enfant, dont le Canada est un fervent défenseur.

« L'importance que le Canada accorde à la santé des mères et des enfants traduit les valeurs des millions de Canadiennes et Canadiens qui jugent inacceptable de ne pas agir quand, facilement et à peu de frais, nous pouvons éviter la mort des personnes les plus démunies et les plus vulnérables de la planète, a dit le ministre Paradis. Ce projet contribuera à prévenir les décès évitables ainsi qu'à faire en sorte que les femmes, les nouveau-nés et les enfants du Mali puissent être en santé et mener une vie productive. »

De fait, grâce en grande partie à l'Initiative de Muskoka et à la mobilisation mondiale qu'elle a suscitée, les taux de mortalité maternelle sont en baisse et des millions d'enfants auparavant condamnés célèbrent leur cinquième anniversaire.

Offrir un accès accru aux services de santé dans tous les pays en développement revêt une importance critique pour assurer la santé des mères, des nouveau-nés et des enfants, et constitue un élément important de l'Initiative de Muskoka. Des discussions sur ces thèmes importants figureront au programme du sommet qui aura lieu à la fin du mois.

Les faits en bref

  • Le 28 avril 2014, le premier ministre a annoncé que le Canada serait l'hôte du sommet Sauver chaque femme, chaque enfant : un objectif à notre portée, un sommet international portant sur les questions liées à la santé des mères, des nouveau-nés et des enfants.
  • Le Sommet aura lieu à Toronto, du 28 au 30 mai 2014. Il tirera profit du leadership exercé par le Canada et réunira des dirigeants et des experts canadiens et étrangers, des organismes de bienfaisance canadiens, des entreprises, des scientifiques, des représentants de pays développés et en développement ainsi que des organisations et des fondations internationales, afin de veiller à ce que la santé des mères, des nouveau-nés et des enfants demeure une priorité du programme mondial de développement.
  • Ce nouveau projet va renforcer le système de santé dans le sud du Mali, qui pourra mieux répondre aux besoins des femmes et des enfants et améliorer la santé des mères, des nouveau-nés et des enfants.
  • Les femmes et les enfants des pays en développement sont particulièrement plus susceptibles de succomber à des infections qu'on pourrait éviter si l'on disposait partout de ces moyens éprouvés, abordables et économiques que la plupart des Canadiens tiennent pour acquis.
  • On enregistre déjà des progrès. Le nombre de femmes qui meurent chaque année pendant la grossesse ou l'accouchement a diminué de 47 %, passant de 543 000 en 1990 à 287 000 en 2010.
  • Parmi les enfants de moins de cinq ans, le nombre de décès a chuté de 45 % à l'échelle mondiale : de près de 12 millions en 1990, il est passé à 6,6 millions en 2012.
  • Dans le cadre de l'Initiative de Muskoka visant à sauver la vie de femmes et d'enfants dans les pays en développement, le Canada a consenti 2,85 milliards de dollars pour la période allant de 2010 à 2015.
  • Le Canada est en bonne voie de respecter son engagement à l'égard de l'Initiative de Muskoka; car environ 80 % des fonds annoncés ont déjà été versés.

Produits connexes

Liens connexes

Contacts

Sandrine Perion
Attachée de presse
Cabinet du ministre du Développement international et de la Francophonie
819-953-9528
sandrine.perion@international.gc.ca

Le Service des relations avec les médias
Affaires étrangères, Commerce et Développement Canada
343-203-7700
media@international.gc.ca
Suivez-nous sur Twitter : @MAECD_Dev                                                              
Aimez-nous sur Facebook : www.facebook.com/MAECD_Dev