Le leadership du Canada contribue à sauver la vie de femmes et d'enfants en Afrique subsaharienne

Le Projet d'enregistrement des naissances accélérera les progrès en matière de santé des mères, des nouveau-nés et des enfants

Le 2 mai 2014 – Vancouver, Colombie-Britannique – Affaires étrangères, Commerce et Développement Canada

Aujourd'hui, au nom du ministre du Développement international et de la Francophonie, l'honorable Christian Paradis, la ministre du Revenu national et députée de Delta-Richmond Est (Colombie-Britannique), l'honorable Kerry-Lynne D. Findlay, et la députée de Fleetwood-Port Kells (Colombie-Britannique), Mme Nina Grewal, ont annoncé une contribution de 20 millions de dollars au Projet d'enregistrement des naissances (auquel participe l'UNICEF), qui vise à donner une chance à chaque enfant en Afrique subsaharienne, en assurant leur enregistrement.

Améliorer la santé des mères, des nouveau-nés et des enfants et réduire le nombre de décès évitables compte parmi les principales priorités du Canada en matière de développement. En 2010, alors qu'il présidait le sommet du G8, le Canada a lancé l'Initiative de Muskoka, une initiative mondiale visant à mobiliser la communauté internationale autour de la réduction de la mortalité maternelle et infantile et de l'amélioration de la santé des mères et des enfants dans les pays les plus pauvres. Grâce à l'Initiative de Muskoka, les dirigeants de partout dans le monde se sont engagés à verser 7,3 milliards de dollars pour atteindre cet objectif commun. Cette initiative a été suivie par celle des Nations Unies, qui en septembre 2010, a lancé Chaque femme, chaque enfant, laquelle compte le Canada parmi ses principaux appuis.

« Grâce à la mobilisation mondiale entraînée par l'Initiative de Muskoka, en 2010, et qui sera relancée plus tard ce mois-ci à Toronto, lors du sommet Sauver chaque femme, chaque enfant : un objectif à notre portée, les taux de mortalité maternelle sont en baisse et des millions d'enfants de plus peuvent célébrer leur cinquième anniversaire, a déclaré la ministre Findlay. L'UNICEF est un partenaire essentiel qui aidera le Canada à maintenir ses engagements en vue de sauver des vies et d'améliorer la santé des mères et des enfants dans les pays en développement. »

L'enregistrement des enfants fait en sorte que ceux-ci ont accès à des services gouvernementaux qui assurent leur sécurité. Le Canada appuie les engagements qui permettent à des pays de se munir de systèmes de protection de l'enfance pour veiller à la sécurité de tous les garçons et de toutes les filles. Le Projet d'enregistrement des naissances qui a été annoncé aujourd'hui, et auquel participe l'UNICEF,
permettra d'augmenter le nombre d'enregistrements d'enfants âgés de moins de cinq ans en Afrique subsaharienne, tout en renforçant les systèmes d'information sur la santé. Ainsi, plus d'enfants auront accès aux services essentiels comme les soins de santé, l'éducation et les programmes sociaux.

Des progrès considérables ont été réalisés, et notre objectif commun est à portée de main. C'est pourquoi le premier ministre Harper est intervenu une fois de plus pour inciter les dirigeants mondiaux à agir. En effet, le Canada sera l'hôte du sommet international Sauver chaque mère, chaque enfant : un objectif à notre portée, qui façonnera l'avenir des interventions mondiales quant à l'enjeu de la santé des mères et des enfants. Ce sommet, qui se tiendra à Toronto du 28 au 30 mai 2014, prendra appui sur le leadership exercé par le Canada et tracera la voie à suivre en vue de la prochaine série d'efforts qui seront déployés. Le renforcement des systèmes d'enregistrement des déclarations d'état civil et des statistiques de l'état civil dans tous les pays en développement est crucial pour assurer la santé des nouveau-nés et des enfants, et il s'agit d'un aspect essentiel de l'Initiative de Muskoka. D'autres discussions sur ce sujet prioritaire domineront lors du sommet, ce mois-ci, où des partenaires clés comme l'UNICEF seront présents.

« Grâce à cet engagement du gouvernement du Canada, certains des enfants d'Afrique subsaharienne les plus vulnérables auront une identité juridique et ne seront désormais plus invisibles. C'est une première étape cruciale pour assurer que les enfants ont accès à des soins de santé vitaux, à des services d'éducation et à d'autres programmes sociaux essentiels, a déclaré le président et chef de la direction d'UNICEF Canada, David Morley. L'enregistrement des naissances est également fondamental dans la mesure où il renforce la capacité d'un pays à recueillir des statistiques qui lui permettront de prendre des décisions éclairées sur des programmes de soins de santé susceptibles de sauver la vie des enfants. »

« L'accent mis par le Canada sur la santé des mères et des enfants reflète les valeurs de millions de Canadiens qui jugent que nous ne pouvons pas rester les bras croisés pendant que les personnes les plus démunies et les plus vulnérables meurent pour des causes qui auraient pu être évitées facilement et à peu de frais, a déclaré Mme Grewal. Ensemble, avec l'aide de partenaires comme l'UNICEF, nous sommes à l'œuvre pour veiller à ce que tous les enfants, partout dans le monde, aient accès à des soins de santé et pour établir un cadre international afin de préserver les droits et la sécurité des enfants. »

Avec l'aide de l'UNICEF, le Canada dirige les efforts visant à renforcer les systèmes d'enregistrement des déclarations d'état civil et de statistiques et il veille à ce que tous les enfants, partout dans le monde, aient accès à des soins de santé et à d'autres services essentiels qui leur permettront de vivre de façon saine et sécuritaire.

Les faits en bref

  • Dans les pays en développement, environ la moitié des enfants de moins de cinq ans n'ont pas été enregistrés à la naissance. Une grande partie de ces enfants vit en Afrique subsaharienne.
  • L'enregistrement de la naissance est la première étape en vue d'établir l'existence juridique d'une personne et il comporte divers avantages, dont la citoyenneté et l'accès à des services essentiels comme les soins de santé, l'éducation et les programmes sociaux.
  • La mortalité des mères et des enfants de moins de cinq ans dans les pays en développement pourrait être largement évitée en élargissant l'accès à des solutions économiques et abordables que la plupart des Canadiens tiennent pour acquises.
  • Les femmes et les enfants des pays en développement sont beaucoup plus susceptibles de mourir de causes simples et évitables en raison de l'absence de solutions sûres, abordables et économiques que la plupart des Canadiens tiennent pour acquises
  • Des progrès ont été réalisés. Le nombre de femmes qui meurent chaque année pendant la grossesse ou l'accouchement a diminué de 47 %, passant de 543 000 à 287 000 entre 1990 et 2011.
  • Dans l'ensemble du monde, le nombre de décès chez les enfants de moins de cinq ans a également chuté de 45 %, passant de près de 12 millions à 6,6 millions entre 1990 et 2012.
  • Le Canada s'est engagé à fournir un financement de 2,85 milliards de dollars pour la période allant de 2010 à 2015 dans le cadre de l'Initiative de Muskoka, afin de sauver la vie de femmes et d'enfants dans les pays en développement.
  • Le Canada est en bonne voie de respecter l'engagement qu'il a pris à l'égard de l'Initiative de Muskoka, puisqu'il a déjà décaissé environ 80 % des fonds annoncés.
  • Le sommet Sauver chaque femme, chaque enfant : un objectif à notre portée, réunira des experts et leaders canadiens et étrangers, ainsi que des organismes de bienfaisance, des entreprises et des scientifiques du Canada, des représentants des pays développés et en développement, et des organisations et fondations internationales, afin que la question de la santé des mères, des nouveau-nés et des enfants demeure un élément prioritaire du programme de développement mondial.

Produits connexes

Liens connexes

Contacts

Margaux Stastny
Directrice des Communications
Cabinet du ministre du Développement international et de la Francophonie
819-953-6238
margaux.stastny@international.gc.ca

Le Service des relations avec les médias
Affaires étrangères, Commerce et Développement Canada
343-203-7700
media@international.gc.ca
Suivez-nous sur Twitter : @MAECD­_DEV
Aimez-nous sur Facebook : https://www.facebook.com/MAECDDeveloppement