Financement du Canada au titre de l’aide humanitaire pour Aide à l’enfance Canada en Somalie

Le financement de deux millions de dollars pour Aide à l’enfance Canada annoncé aujourd’hui permettra de répondre aux besoins humanitaires de quelque 137 000 Somaliens déplacés en raison des conflits et de la sécheresse.

Grâce à cette contribution du Canada, Aide à l’enfance Canada pourra mener les actions suivantes :

  • offrir du soutien à quatre centres de santé communautaires pour la prestation de formation et la fourniture de médicaments et de matériel;
  • offrir du soutien à un centre d’alimentation pour patients non hospitalisés afin de traiter la malnutrition aiguë;
  • assurer l’entretien de deux puits de forage et de 1 350 latrines qui fournissent de l’eau potable et des installations sanitaires adéquates à 50 000 personnes déplacées;
  • former 30 travailleurs de la santé communautaire et 40 travailleurs de la nutrition communautaire pour offrir des services de sensibilisation et transmettre de l’information au sujet des pratiques exemplaires en matière de santé, d’hygiène et de nutrition dans leur collectivité.

Réaction du Canada aux crises humanitaires

En fournissant des fonds pour appuyer les interventions adéquates, opportunes et efficaces effectuées par des organismes canadiens, multilatéraux et internationaux d’aide humanitaire, le Canada aide à sauver des vies, à alléger les souffrances et à maintenir la dignité des gens touchés par des conflits et des catastrophes naturelles. De plus, il contribue à régler les situations d’insécurité alimentaire qui requièrent des interventions humanitaires dans les pays en développement.

Consultez le site Web d’Affaires étrangères, Commerce et Développement Canada pour de plus amples renseignements sur la réponse du Canada en situation de crise partout dans le monde.

Sommet Sauvons chaque femme, chaque enfant : un objectif à notre portée

Le premier ministre Stephen Harper a été l’hôte du sommet Sauvons chaque femme, chaque enfant : un objectif à notre portée, qui a été une grande réussite et qui a donné un nouvel élan aux efforts déployés pour promouvoir la santé des mères, des nouveau-nés et des enfants à titre de priorité mondiale pour l’après-2015. Le sommet a eu lieu du 28 au 30 mai 2014 à Toronto, en Ontario.

Durant la tenue du sommet, des dirigeants et des spécialistes ont uni leurs efforts pour promouvoir trois thèmes prioritaires :

Obtenir des résultats pour les mères et les enfants – Les participants au sommet ont souligné les avantages d’une action coordonnée et ont mis l’accent sur les résultats obtenus depuis 2010. Les dirigeants et les spécialistes ont aussi parlé de l’importance d’accorder un soutien accru à l’égard de la nutrition grâce à des partenaires clés tels que l’Initiative pour les micronutriments, le Programme alimentaire mondial, l’Organisation mondiale de la Santé et l’UNICEF. De plus, les participants ont accueilli favorablement l’annonce voulant que l’Allemagne soit l’hôte de la réunion sur la reconstitution des ressources de l’Alliance GAVI en 2015, et ils ont appelé tous les partenaires à accroître leur soutien à l’égard de l’Alliance.

Faire plus ensemble à l’échelle mondiale – Les participants au sommet ont aussi demandé que l’on favorise davantage la collaboration. Ils ont en outre demandé que l’information sur la santé soit plus fiable, exacte et accessible en temps opportun, car elle constitue un facteur déterminant en faveur d’une responsabilisation plus rigoureuse au sein des systèmes de santé nationaux. De plus, ils se sont entendus sur le fait qu’il est nécessaire de compter sur un plus grand éventail d’expertise et de ressources, notamment de la part du secteur privé, des fondations, des communautés scientifiques et technologiques, des organisations non gouvernementales et de la société civile.

Des gestes concrets pour la santé des femmes et des enfants – Les participants au sommet ont demandé à l’ensemble des partenaires d’accélérer l’élan en faveur des efforts déployés pour atteindre les Objectifs du Millénaire pour le développement 4 et 5 (réduire la mortalité infantile et améliorer la santé maternelle) des Nations Unies d’ici la fin de 2015. Les discussions menées à l’occasion du sommet ont aussi clairement indiqué que l’élimination des décès évitables chez les mères et les enfants d’ici la prochaine génération permettrait de montrer que l’on donne suite aux leçons apprises, notamment le besoin de maintenir un leadership politique, des engagements financiers continus, des mesures de responsabilisation rigoureuses ainsi qu’une approche renouvelée quant aux méthodes éprouvées pour sauver la vie de femmes et d’enfants.

Les participants ont accueilli d’un bon œil l’engagement renouvelé du Canada, qui comprend une contribution de 3,5 milliards de dollars visant à améliorer la santé des mères, des nouveau-nés et des enfants durant la période allant de 2015 à 2020, et ils ont demandé aux autres donateurs internationaux de respecter leurs engagements à l’égard des femmes et des enfants jusqu’en 2015 et au-delà. Les discussions menées à l’occasion du sommet ont aussi permis de souligner qu’il est nécessaire d’établir des objectifs communs et que les gouvernements, les organisations internationales, la société civile, les entreprises et les chefs de file en matière de santé doivent faire en sorte que la volonté de mettre un terme aux décès évitables chez les mères, les nouveau-nés et les enfants de moins de cinq ans d’ici 2030 soit une priorité centrale du programme de développement pour l’après-2015.