Le leadership du Canada sauve la vie de femmes et d’enfants dans les pays en développement

Le ministre Paradis participe à une table ronde sur les moyens à prendre pour sauver la vie des mères et des enfants dans les pays les plus pauvres du monde

Le 29 juillet 2014 – Arnaud, Manitoba – Affaires étrangères, Commerce et Développement Canada

 Aujourd’hui, le ministre du Développement international et de la Francophonie, l’honorable Christian Paradis, a participé à une table ronde organisée par la Banque canadienne de grains qui a réuni des agriculteurs, des organisations locales et des représentants du secteur privé du Canada. Le ministre a eu l’occasion de discuter du rôle de premier plan que notre pays a joué jusqu’ici et d’écouter des suggestions de mesures concrètes que le Canada devrait prendre pour améliorer la nutrition dans le monde, thème qui est au cœur de l’initiative pour la santé des mères, des nouveau-nés et des enfants, la priorité absolue du Canada en matière de développement.

 Après la table ronde, le ministre Paradis a annoncé l’octroi de nouveaux fonds à l’Institut international de recherche sur les politiques alimentaires (IFPRI) pour lui permettre de réaliser un projet novateur de prévention de la malnutrition chronique et aiguë chez les enfants au Mali, au Sénégal et au Burkina Faso.

 « Les efforts que déploient tous les jours les Canadiens, tels que ceux qui fournissent leur temps et leur énergie à la Banque canadienne de grains, sont au cœur même de la détermination du Canada à éradiquer la pauvreté dans le monde et à éliminer les décès évitables chez les femmes, les nouveau-nés et les enfants, a déclaré le ministre Paradis. En continuant à conjuguer nos efforts, nous nous rapprochons de cet objectif. Nous savons que l’investissement dans la nutrition constitue l’un des moyen les plus rentables d’améliorer la santé des femmes et des enfants, et je suis fier d’appuyer un projet qui orientera et façonnera les politiques régionales, nationales et mondiales destinées à améliorer la nutrition des jeunes enfants. »

 « Pendant trop longtemps, il y a eu une dichotomie entre les programmes qui visaient à gérer et à traiter la malnutrition et ceux qui mettaient l’accent sur la prévention de la malnutrition chez les jeunes enfants, a affirmé Marie Ruel, directrice – Division de la pauvreté, de la santé et de la nutrition, à l’IFPRI. Ce projet est unique en son genre, pour deux raisons : d’abord, il a pour objet de fusionner les interventions afin d’enrayer et de prévenir la malnutrition aiguë et chronique, et ensuite, il comporte un solide volet de recherche qui permettra de réunir des renseignements sur les conséquences des efforts accomplis et les leçons retenues, au profit des programmes et des politiques visant à améliorer plus rapidement la nutrition des enfants à l’échelle mondiale. »

 La consultation a surtout porté sur les mesures qu’il faut prendre pour que les engagements mondiaux produisent des résultats concrets pour les personnes dans le besoin, tout en rendant des comptes aux contribuables canadiens. Le Canada est résolu à intensifier les interventions qui auront les plus grandes retombées pour ce qui est de renforcer les systèmes de santé, de réduire le fardeau de la maladie et d’améliorer la nutrition. Cette réunion faisait partie des consultations annoncées par le premier ministre Stephen Harper pendant le sommet Sauvons chaque femme, chaque enfant : un objectif à notre portée, qui a eu lieu à Toronto en mai dernier.

Les faits en bref

  • Le Canada est l’un des plus importants donateurs contribuant aux programmes de nutrition de base.
  • Près de la moitié des décès d’enfants dans les pays en développement pourraient être évités au moyen d’un accès à des aliments nutritifs et à des vitamines et des minéraux essentiels, tels que la vitamine A et le zinc, pour lutter contre la maladie.
  • En 2014, le Canada a reconfirmé que le Mali et le Sénégal figuraient sur sa liste des pays en développement ciblés en ce qui a trait aux efforts de développement international déployés par le gouvernement du Canada, et il y a ajouté le Burkina Faso. Le Mali est également un pays ciblé dans le cadre de l’initiative sur la santé des mères, des nouveau-nés et des enfants.
  • Du 28 au 30 mai 2014, à Toronto, le premier ministre a été l’hôte du sommet Sauvons chaque femme, chaque enfant : un objectif à notre portée, au cours duquel le Canada s’est engagé à verser 3,5 milliards de dollars à l’égard de la redynamisation du mouvement mondial en faveur de l’amélioration de la santé des mères, des nouveau-nés et des enfants après 2015.
  • Le Canada continuera de concentrer sa contribution sur l’adoption des moyens les plus efficaces pour réduire la mortalité maternelle et infantile, en accordant la priorité à trois domaines d'action : renforcer les systèmes de soins de santé; améliorer la nutrition; réduire le fardeau que représentent les principales maladies.

Produits connexes

Liens connexes

Contacts

Sandrine Périon
Attachée de presse
Cabinet du ministre du Développement international et de la Francophonie 
343-203-6238
sandrine.perion@international.gc.ca

Le Service des relations avec les médias
Affaires étrangères, Commerce et Développement Canada
343-203-7700
Courriel : media@international.gc.ca
Suivez-nous sur Twitter : @MAECD_Dev
Aimez-nous sur Facebook : Le Canada : promoteur du développement international - MAECD