Le Canada joue un rôle de chef de file pour sauver la vie des femmes et des enfants dans le monde en développement

Le ministre Paradis tient une table ronde sur les façons de générer des résultats concrets en faveur des mères et des enfants dans les pays en développement

Le 27 août 2014 – Ottawa, Ontario – Affaires étrangères, Commerce et Développement Canada

Aujourd’hui, le ministre du Développement international et de la Francophonie, l’honorable Christian Paradis, a rencontré le comité directeur du Réseau canadien sur la santé des mères, des nouveau-nés et des enfants pour discuter des façons d’obtenir des résultats concrets pour améliorer la santé des mères et des enfants dans les pays en développement. Cette réunion faisait partie des consultations tenues dans tout le pays, qui ont été annoncées par le premier ministre Stephen Harper pendant le Sommet Sauvons chaque femme, chaque enfant : un objectif à notre portée, qui a eu lieu du 28 au 30 mai 2014 à Toronto.

« Le Réseau canadien sur la santé des mères, des nouveau-nés et des enfants a joué un rôle important dans la promotion des objectifs de l’Initiative de Muskoka lancée en 2010, ainsi que dans la progression des efforts réalisés pour améliorer la santé des mères, des nouveau-nés et des enfants dans le monde, a déclaré le ministre Paradis. Nous sommes heureux de poursuivre notre collaboration avec le Réseau et de réaffirmer notre engagement commun à obtenir plus de résultats et à prendre des mesures concrètes pour améliorer la santé des femmes et des enfants les plus vulnérables du monde. »

Le Canada est résolu à intensifier les interventions qui auront les plus grandes retombées sur la survie des mères et des enfants, y compris dans les secteurs de la nutrition, de la vaccination et de la santé des nouveau-nés. La table ronde d’aujourd’hui portait sur les meilleures mesures à prendre pour que les nouveaux engagements du Canada à l’égard de la santé des mères, des nouveau-nés et des enfants (2015-2020) entraînent une amélioration de la santé des mères et des enfants dans les pays en développement, et sur les moyens de renforcer les résultats obtenus et la responsabilisation dans le cadre des investissements canadiens.

En 2010, le premier ministre Stephen Harper a lancé l’Initiative de Muskoka, qui met la santé des mères, des nouveau-nés et des enfants au premier plan des efforts de développement mondiaux. Grâce au rôle de chef de file du Canada et à l’action mondiale qu’il a entraînée, le taux de mortalité maternelle diminue et le nombre d’enfants qui peuvent célébrer leur cinquième anniversaire augmente par millions. Le premier ministre a tenu le sommet Sauvons chaque femme, chaque enfant : un objectif à notre portée à Toronto, en 2014, reconnaissant qu’il reste encore fort à faire. Dans le cadre du sommet, le Canada a promis une somme additionnelle de 3,5 milliards de dollars pour continuer d’appuyer la cause jusqu’en 2020 et il a présenté la Déclaration de Toronto, qui réaffirme le consensus mondial à l’égard de l’engagement commun à mettre fin aux décès évitables chez les mères, les nouveau-nés et les enfants de moins de cinq ans d’ici une génération.

Les faits en bref

  • Le Réseau canadien sur la santé des mères, des nouveau-nés et des enfants est actuellement composé de 70 organisations canadiennes, dont des organisations non gouvernementales, des établissements universitaires et des associations regroupant des professionnels de la santé.
  • Il a pour mandat de soutenir les efforts déployés par des organisations canadiennes pour améliorer la santé des mères, des nouveau-nés et des enfants dans les pays en développement.
  • Du 28 au 30 mai 2014, le premier ministre a été l’hôte du Sommet Sauvons chaque femme, chaque enfant : un objectif à notre portée, tenu à Toronto. À cette occasion, le Canada a promis de fournir un soutien de 3,5 milliards de dollars entre 2015 et 2020, et il a donné un nouvel élan aux efforts déployés pour promouvoir la santé des mères, des nouveau-nés et des enfants à titre de priorité mondiale après 2015.
  • La contribution du Canada continuera de se concentrer sur les moyens les plus efficaces de réduire la mortalité maternelle et infantile, en accordant la priorité à trois domaines d’action : renforcer les systèmes de santé; améliorer la nutrition; et réduire le fardeau que représentent les principales maladies.
  • Des progrès considérables sont accomplis à l’échelle internationale en faveur de la santé des mères, des nouveau-nés et des enfants. Le nombre de femmes qui meurent chaque année pendant la grossesse ou l’accouchement a considérablement diminué (il est passé de 523 000 en 1990 à 289 000 en 2013).
  • Dans le monde, le nombre de décès chez les enfants de moins de cinq ans a également chuté de façon importante, passant de près de 12 millions en 1990 à 6,6 millions en 2012.
  • Malgré les progrès réalisés dans le monde, il reste encore beaucoup à faire pour atteindre les Objectifs du Millénaire pour le développement 4 (réduire la mortalité infantile) et 5 (améliorer la santé maternelle) d’ici à la fin de l’année 2015. Un grand nombre de décès de femmes et d’enfants pourraient encore être évités grâce à l’amélioration de l’accès à des services de santé de base abordables, et il est toujours nécessaire de mettre en œuvre à plus grande échelle les solutions éprouvées.

Produits connexes

Liens connexes

Contacts

Sandrine Périon
Attachée de presse
Cabinet du ministre du Développement international et de la Francophonie
343-203-6238
sandrine.perion@international.gc.ca

Le Service des relations avec les médias
Affaires étrangères, Commerce et Développement Canada
343-203-7700
media@international.gc.ca
Suivez-nous sur Twitter : @MAECD_DEV

Aimez-nous sur Facebook : Le Canada : promoteur du développement international – MAECD