Énoncé du ministre Julian Fantino à la conférence humanitaire de haut niveau pour la Syrie

Le 30 janvier 2013, ville de Koweït

Merci, monsieur le Président.

Excellences, distingués participants, mesdames et messieurs.

Le conflit en Syrie dure depuis vingt-deux mois déjà.

La communauté internationale, représentée par les personnes ici réunies, ne cesse d'être horrifiée par la violence persistante en Syrie.

Malgré nos demandes pour que cesse la violence, la crise humanitaire en Syrie ne fait que s'aggraver.

Le nombre croissant de civils tués et l'augmentation du nombre de réfugiés qui fuient la Syrie mettent en évidence les répercussions néfastes de ce conflit sur le peuple syrien.

Les organismes humanitaires locaux et internationaux déploient des efforts surhumains pour répondre aux besoins urgents et cruciaux des personnes touchées par la violence. Leur travail mérite d'être souligné.

Cependant, ces efforts sont constamment entravés.

Même les intervenants humanitaires ne sont pas protégés contre la violence; un nombre d'entre eux ont risqué leur vie afin de sauver celle des autres.

Le Canada, de concert avec la communauté internationale, continue à demander un accès humanitaire complet, sûr et sans entraves pour les personnes dans le besoin.

Ceux qui occupent des postes d'autorité en Syrie doivent agir rapidement afin de faciliter les opérations de secours, y compris l'acheminement de l'aide au-delà des frontières de la Syrie. Sinon, des civils continueront de perdre la vie inutilement.

En outre, tous les pays doivent exercer des pressions sur la Syrie pour le départ d'Assad.

Entre-temps, nous sommes reconnaissants et nous applaudissons la générosité des autres pays de la région qui continuent d'offrir asile aux personnes déplacées et de les protéger efficacement.

Le Canada félicite la Jordanie et d'autres pays avoisinants d'avoir accueilli autant de familles déplacées, de leur avoir offert une protection et l'espoir de retourner un jour dans leur pays.

Étant donné l'ampleur des besoins, il est important que l'aide humanitaire fournie par la communauté internationale soit coordonnée.

L'an dernier, le Canada a accordé 23,5 millions de dollars pour apporter une aide cruciale aux personnes touchées par le conflit en Syrie et à celles qui ont cherché refuge dans les pays voisins.

Le financement du Canada a aidé ses partenaires à obtenir des résultats concrets sur le terrain :

  • Apporter une aide alimentaire à un virgule cinq (1,5) million de Syriens.
  • Fournir de l'eau potable à un virgule un (1,1) million de personnes en Syrie.
  • Aider à répondre aux besoins essentiels de plus d'un demi-million de réfugiés syriens qui ont fui vers l'Iraq, la Jordanie, le Liban et la Turquie.

Nous demandons aussi à tous les donateurs de respecter les engagements.

Le Canada contribue aux mesures d'aide et il continuera à le faire.

J'ai le plaisir d'annoncer une contribution supplémentaire de 25 millions de dollars pour aider le peuple syrien.

Cette aide humanitaire permettra de fournir de la nourriture, une protection et un soutien aux personnes touchées par le conflit en Syrie.

Le Canada cherchera des façons d'aider le mieux possible le peuple syrien et de répondre aux besoins humanitaires qui découlent de cette crise.

Nous savons tous que cette aide humanitaire n'est pas suffisante; une solution politique doit être trouvée afin de mettre fin au conflit en cours.

Le Canada continue d'appuyer les efforts déployés par la communauté internationale en vue de mettre un terme à la violence.

Nous avons demandé à plusieurs reprises à toutes les parties de mettre fin à la violence.

Toutes les parties doivent soutenir les efforts déployés par Lahkdar Brahimi, envoyé spécial conjoint, pour mettre fin à ce bain de sang et faciliter une transition politique inclusive dirigée par la Syrie.

La violence en Syrie doit cesser.

La population de la Syrie doit être protégée contre la violence.

Les civils qui se voient refuser les nécessités de base doivent recevoir de l'aide humanitaire.

Le gouvernement du Canada continuera de collaborer avec ses partenaires pour mettre fin aux souffrances des personnes touchées par la crise en Syrie et de s'assurer qu'une aide immédiate est acheminée à tous ceux qui en ont besoin.

— 30 —