Journée internationale de la femme

Le 8 mars 2013

Le gouvernement Harper est résolu à combattre la violence faite aux femmes et aux filles, au Canada comme à l'étranger.

Je sais par expérience l'importance que revêtent l'exécution de la loi, la primauté du droit et l'action communautaire quand il s'agit de prévenir et de contrer la violence à l'égard des femmes. Pour nous les Canadiens, ce problème est une grande source de préoccupation, que ce soit en sol canadien ou ailleurs dans le monde. La violence envers les femmes est insensée, et elle est contraire à la raison et à la morale.

On estime qu'une femme sur trois sera victime de violence au cours de sa vie. Cette violence prend de multiples formes : harcèlement au travail ou dans la collectivité, mariage précoce forcé, mauvais traitements infligés par le partenaire, traite sexuelle et viol utilisé comme arme de guerre. Elle trouve ses racines dans la discrimination constante envers les femmes. Et le risque est encore plus grand si les femmes sont privées de leurs droits et sont vulnérables.

Nous savons pertinemment que, lorsque les femmes et les filles bénéficient de la protection dont elles ont besoin, elles sont alors en mesure de jouer un rôle plus actif dans la société. Or, les collectivités sont plus sûres de nos jours, la pauvreté est en baisse et les possibilités de développement se multiplient, ce qui profite à des familles entières.

Le Canada déploie d'imposants efforts pour améliorer le sort des femmes et des filles victimes de violence. Il y a deux ans, nous avons adopté un plan d'action national en faveur des femmes, de la paix et de la sécurité. Nous avons aussi établi des répertoires internationaux pour qu'il soit plus facile d'enquêter et d'intenter des poursuites sur les affaires de violence sexuelle. Nous avons par ailleurs fourni un soutien à des avocats, à des conseillers et à des survivantes d'actes de violence dans divers pays, par exemple en Colombie, en Syrie, au Darfour, dans l'est de la République démocratique du Congo, en Libye et en Afghanistan.

Le Canada l'a affirmé : les droits des femmes sont des droits fondamentaux. Si nous respectons ces droits et éliminons non seulement la violence sexuelle, mais toute forme de violence à l'endroit des femmes, nos sociétés n'en seront que plus fortes, pour nous tous. Nous devons renouveler nos efforts collectifs pour assurer aux femmes et aux filles la protection qui leur est nécessaire pour vivre en toute liberté, dans la dignité.

Julian Fantino
Ministre de la Coopération internationale