Déclaration du ministre Paradis lors de la Journée internationale de la prévention des catastrophes

Le 13 octobre 2013

Chaque année, des millions de personnes demeurent vulnérables aux effets des catastrophes naturelles. Aujourd'hui, à l'occasion de la Journée internationale de la prévention des catastrophes, il convient de s'arrêter un instant pour penser à tous ceux et celles qui ont été touchés par des catastrophes naturelles l'an dernier et d'envisager des façons de travailler avec les pays exposés aux catastrophes afin d'atténuer les répercussions de ces dernières.

Bien souvent, le Canada est l'un des premiers pays à apporter son aide à la suite d'une catastrophe naturelle. De fait, tant le gouvernement que les particuliers participent à ces efforts. On n'a qu'à penser au tremblement de terre survenu en 2010 à Haïti ou au tsunami qui a ravagé les côtes de l'océan Indien en 2004 pour constater toute la générosité et la compassion des Canadiens.

Cependant, nous ne pouvons pas uniquement nous contenter de réagir à ces catastrophes. Plusieurs facteurs permettent de mesurer toute l'incidence d'une catastrophe. Ainsi, ce n'est pas seulement l'ampleur de la catastrophe en tant que telle qui importe très souvent, mais aussi la vulnérabilité de la population touchée. Il faut promouvoir, à l'échelle internationale, une culture de la réduction des catastrophes, y compris des stratégies de prévention, d'atténuation et de préparation. Il faut faire des investissements afin d'établir des codes du bâtiment plus stricts et de mieux les appliquer, de mettre en œuvre des systèmes d'alerte et d'intervention rapides, d'adopter de bonnes pratiques environnementales et de préparer les collectivités, ce qui permettra de sauver des vies.

La réduction de l'impact des catastrophes naturelles est essentiellement liée à la réduction de la pauvreté et au développement durable. Les catastrophes menacent non seulement la vie des gens, mais aussi leurs moyens de subsistance. Nous savons que la croissance économique durable est le meilleur moyen de briser le cycle de la pauvreté et de la dépendance. Nous devons envisager de nouvelles approches, explorer de nouvelles possibilités et travailler de pair avec de nouveaux partenaires, en particulier avec le secteur privé, pour renforcer la résilience des pays dans ces situations.

En renforçant la capacité des collectivités à mieux surmonter les catastrophes, nous pouvons réduire leurs répercussions à court et à long terme et les souffrances qu'elles causent. À l'occasion de la Journée internationale de la prévention des catastrophes, les Canadiens peuvent être fiers du rôle que nous jouons dans l'atténuation des répercussions des catastrophes naturelles sur les populations vulnérables du monde entier.

Christian Paradis
Ministre du Développement international et ministre de la Francophonie