Discours du ministre Paradis lors de la réception pour les partenaires du Canada à la résidence officielle à Dakar (Sénégal)

Le 12 novembre 2013 - Dakar (Sénégal)

Merci monsieur l'Ambassadeur,
Messieurs et Mesdames les Ministres,
Messieurs et Mesdames les Ambassadeurs,
Messieurs et Mesdames les Élus,
Messieurs et Mesdames les Représentants des organisations internationales,
Messieurs et Mesdames les Partenaires du Canada au Sénégal,
Chers Amis,

Bonsoir.

Je suis très heureux d'être parmi vous pour vous exprimer à quel point ce séjour a été enrichissant et fructueux.

Grâce aux liens étroits et aux valeurs communes qui nous unissent, nous avons établi des bases concrètes.

Des bases qui nous permettent de poursuivre notre travail de développement, notamment dans les secteurs :

  • de la sécurité alimentaire et de la nutrition,
  • de l'éducation,
  • de la croissance économique durable et
  • de la bonne gouvernance.

Ces axes sont prioritaires pour le Canada et le Sénégal.

Je tiens d'abord à vous dire que j'ai été très impressionné par les projets que j'ai visités.

À Dakar, j'ai visité une école primaire et j'ai eu le plaisir de discuter avec des élèves qui m'ont parlé de l'importance d'avoir de nouveaux manuels scolaires.

Je suis particulièrement fier de la contribution canadienne à cet égard.

J'ai aussi eu le plaisir de rencontrer des agriculteurs qui produisent, transforment et vendent leurs produits avec grand succès.

Ces agriculteurs font partie d'un regroupement qui contribue à faire de l'agriculture le moteur de la croissance économique du Sénégal.

Enfin, j'ai visité un projet axé sur la distribution de micronutriments.

Ces compléments alimentaires sont essentiels pour assurer aux enfants une bonne croissance et améliorer leur qualité de vie.

Chacun de ces projets, et tous les autres que je n'ai pas eu le temps de visiter, sont une pierre de plus à l'édifice du développement.

Je tiens à remercier chaleureusement tous les partenaires, canadiens et sénégalais, des secteurs public et privé, qui rendent tous ces projets possibles.

Comme le dit le proverbe sénégalais  : « Mbollo Moy Dollé » « L'union fait la force » – et le travail de développement que nous faisons ensemble le montre bien!

Et le Canada va continuer à travailler dans ce sens avec le Sénégal.

Le lancement officiel, ce matin même, du Cadre de coopération de la Nouvelle Alliance est un point tournant pour l'ensemble des Sénégalaises et des Sénégalais.

C'est un pas de plus vers une prospérité répartie équitablement.

Le Canada est fier d'avoir appuyé, avec les autres pays du G8, le Sénégal dans sa démarche d'adhésion à la Nouvelle Alliance.

Autre pierre à l'édifice du développement : le Cadre de responsabilisation mutuelle, que je viens de signer avec le ministre de l'Économie et des Finances qui se trouve ici-même.

Il ne s'agit pas là d'une simple formalité, mais bien de l'esprit dans lequel nous travaillons ensemble.

Le Cadre de responsabilisation renforce nos liens de confiance et scelle notre engagement à aider concrètement des millions de personnes à se sortir de la pauvreté.

Mesdames et messieurs, j'ai constaté avec intérêt la croissance de nos échanges économiques, incluant la réalisation d'une douzaine de missions économiques dans les deux sens ces dernières années.

J'ai aussi été témoin en 2012 de la conclusion des négociations menant à deux accords bilatéraux.

Le premier porte sur le transport aérien (ATA), et le second concerne la promotion et la protection des investissements étrangers (APIE).

Grâce à nos efforts en matière de responsabilité sociale des entreprises et de développement économique durable, cette croissance se traduit notamment par :

  • l'engagement de 70 entreprises ou acteurs privés canadiens œuvrant à accroître les relations d'affaires;
  • les investissements canadiens au Sénégal, s'élevant à plus de 750 millions de dollars;
  • les 900 Sénégalais qui poursuivent des études dans notre pays et qui serviront de pont pour consolider notre partenariat dans l'avenir.

Je l'ai dit à plusieurs reprises depuis mon arrivée : le Sénégal et le Canada ont tissé des liens étroits de coopération et d'amitié.

Nous ne partageons pas seulement les valeurs du progrès et du développement, mais également les valeurs portées par La Francophonie.

Comme vous le savez, je suis aussi le ministre de la Francophonie.

Je suis donc heureux de vous confirmer que le Sénégal pourra compter sur l'aide du Canada dans ses préparatifs en vue du prochain Sommet de la Francophonie, lequel aura lieu à Dakar, en 2014.

Notre appui sera axé autant sur l'aide logistique que sur le volet politique, et je me réjouis déjà à l'idée de revenir à Dakar dans un an.

Je suis convaincu qu'il s'agira d'un moment particulièrement émouvant pour le Sénégal.

Non seulement le Sommet retourne à Dakar, mais il est également le berceau d'un de ses pères fondateurs, le président Léopold Sédar Senghor.

Le secrétaire général de l'OIF, Son Excellence le président Abdou Diouf, portera à terme son mandat, qu'il a si bien rempli au nom de tous les pays membres de l'OIF en faisant progresser l'organisation.

Le Sénégal est un modèle de maturité démocratique qui contribue à la paix et à la stabilité dans la région, et nous l'en remercions.

Merci – Dieu-re-Djeff – et au plaisir de se retrouver dans un an!