Déclaration du ministre Paradis lors de la séance d'information technique sur le typhon Haiyan

Bon matin tout le monde.

Les deux derniers jours ont été très difficiles. Ils ont aussi été extrêmement chargés et productifs.

L'ampleur de cette catastrophe dans de nombreuses régions des Philippines est presque impossible à saisir et à décrire.

Des millions de gens font le deuil des membres de leurs familles et d'amis.

De 80 à 90 % des bâtiments que j’ai vus sont lourdement endommagés, s'ils ne sont pas complètement détruits.

Cette situation de crise est très difficile, mais l'aide humanitaire internationale joue un rôle important dans sa résolution.

Hier, j'ai rencontré des représentants du gouvernement local et des Nations Unies qui répondent à la crise.

Nous avons discuté de la situation humanitaire et des mesures de soutien prises par le Canada.

Notre gouvernement participe activement aux opérations de secours, mais les Canadiens eux-mêmes ont été particulièrement généreux. 

Les intervenants sur le terrain ont subi des pressions énormes depuis le passage du typhon. Ils ont toutefois réalisé des progrès remarquables en très peu de temps.

Valerie Amos, coordinatrice des secours d’urgence des Nations Unies, a affirmé que la situation à Tacloban, par exemple, est totalement différente de ce qu'elle était lors de sa première visite il y a de cela une semaine.

C'est très encourageant.

Mais il reste beaucoup de travail à faire pour répondre aux besoins immédiats des citoyens.

Hier après-midi, je me suis joint à l'Équipe d’intervention en cas de catastrophe pour visiter des secteurs des provinces de Capiz  et d'Iloilo, deux des régions durement touchées.

Les membres de cette équipe jouent un rôle essentiel dans notre action, car ils fournissent l'eau, les services d’assainissement et la logistique dont la population a grandement besoin.

Aujourd’hui, j'ai pu me rendre dans un hôpital de campagne de la Croix‑Rouge canadienne à Ormoc, ville qui a été gravement endommagée et qui se trouve sur la côte ouest de l'île de Leyte.

Il a été installé juste devant l'hôpital de district local, lequel ne fonctionne qu'à 20% de sa capacité après avoir perdu son toit et avoir été inondé pendant le typhon.

La coordination est tout à fait remarquable entre l'équipe médicale internationale de l'hôpital de campagne, le personnel de l'hôpital local et les autres fournisseurs de soins de santé d'urgence.

Tous ces gens travaillent sans interruption : ils procèdent à des chirurgies, ils donnent des médicaments et des vaccins, en plus d'offrir une gamme d’importants soins de santé.

Toutefois, du soutien supplémentaire est nécessaire.

C'est pourquoi, en réponse à une demande de l'Organisation mondiale de la Santé, l'Agence de la santé publique du Canada déploiera un épidémiologiste qui se joindra à l'équipe de professionnels de la santé afin d'identifier les risques pour la santé publique, comme les maladies infectieuses, ainsi que les moyens de les atténuer, à la suite de cette catastrophe.

J'ai également de bonnes nouvelles en ce qui concerne nos opérations consulaires.

Elles ont officiellement ralenties, puisque presque tous les Canadiens parmi les 216 qui se trouvaient dans les secteurs touches ont été retrouvés.

Au cours des trois dernières semaines, des équipes composées d'agents consulaires et de l'immigration ont tenté de joindre des gens dans les zones les plus touchées, notamment Tacloban, Ormoc et Roxas.

Les agents ont pu communiquer avec les citoyens canadiens, confirmer que ces derniers étaient en sécurité et rassurer leurs proches au Canada.

Ils ont également communiqué avec les représentants de l'immigration, ainsi que les demandeurs de visa qui souhaitaient un traitement accéléré de leurs demandes.

J'aimerais remercier toutes les personnes qui ont participé à ces efforts.

Des spécialistes consulaires du Canada qui se trouvaient en Asie et à Ottawa ont été déployés à Manille, et ils ont travaillé dans des conditions parfois difficiles pour s'assurer que les Canadiens étaient en sécurité.

Nous sommes également reconnaissants envers nos collègues et amis des États-Unis et de l'Australie de leur aide.  

Ce soir, j'ai rencontré le secrétaire d’État aux Affaires étrangères des Philippines, M. Albert del Rosario.

Il m'a exprimé son immense et sa profonde gratitude à l’égard du Canada et des Canadiens pour l’aide qu’ils apportent.

Il a également rappelé l'incidence importante de la contribution canadienne sur les opérations de secours.

Je suis entièrement d'accord avec lui.

C'est pourquoi je suis heureux d'annoncer que notre gouvernement prolongera jusqu'au 23 décembre 2013 la période au cours de laquelle des dons peuvent être versés au Fonds de secours aux victimes du typhon Haiyan.

Noël arrive à grand pas, et j'encourage les Canadiens à continuer à donner aux organismes de bienfaisance enregistrés du Canada.

Et notre gouvernement égalera les dons admissibles et versera un dollar pour chaque dollar donné par les Canadiens jusqu'au 23 décembre.

Ce voyage m'a particulièrement rendu fier d’être Canadien, presque comme jamais auparavant.

J'ai vraiment été ému par la compassion et le dévouement des bénévoles canadiens qui ont traversé tout le pays pour venir en aide à ceux qui en ont désespérément besoin.  

Je suis fier de la façon dont notre gouvernement et tous les Canadiens ont réagi à cette crise.

Notre gouvernement continuera à venir en aide aux Philippins, ici-même et au Canada.

Je vais maintenant répondre à vos questions.