Discours du ministre Paradis lors de l’événement média soulignant la contribution du Canada au Fonds mondial de lutte contre le sida, la tuberculose et le paludisme

Le 2 décembre 2013

Bonjour à tous.

Merci de vous joindre à moi ce matin.

Laissez-moi tout d'abord vous présenter Madame Amy Bartlett, directrice exécutive de Résultats Canada.

Résultats Canada est un réseau national de bénévoles qui s'étend d'un océan à l'autre et qui vise à mettre fin à la pauvreté et aux souffrances dans le monde.

Un objectif ambitieux que partage également notre gouvernement.

Grâce à l'engagement du premier ministre Harper, le Canada est reconnu comme un chef de file en ce qui a trait à l'amélioration de la santé des femmes et des enfants vivant dans la pauvreté.

Dans le cadre de l'Initiative de Muskoka de 2,85 milliards de dollars annoncée par le premier ministre Harper en juin 2010, le Canada s'est engagé fermement à améliorer la vie de millions de gens dans le monde.

Le Fonds mondial de lutte contre le sida, la tuberculose et le paludisme est un élément clé pour l'atteinte de cet objectif.

Le Fonds mondial est une approche nouvelle et novatrice en matière de financement international dans le secteur de la santé.

Il s'agit d'un partenariat entre les gouvernements, la société civile, le secteur privé et les collectivités touchées qui vise à réduire la mortalité infantile et maternelle et à améliorer la santé des mères et des enfants dans les pays les plus pauvres du monde. Ce partenariat s'articule autour de trois grands axes d'intervention :

  • le renforcement des systèmes de santé;
  • l'amélioration de la nutrition;
  • la prévention et le traitement des principales maladies qui tuent les femmes et les enfants.

Ce Fonds est responsable de l'argent des contribuables qu'on lui a confié.

Il contribue réellement à améliorer la vie des gens.

Avec l'aide du Canada, le Fonds mondial sauve plus de 100 000 vies chaque mois.

Il s'agit de tout un exploit.

Un exploit dont nous pouvons tous être fiers.

Toutefois, malgré ces résultats extraordinaires, il faut en faire davantage.

Trop de gens continuent de mourir du VIH, de la tuberculose et du paludisme.

Avec des millions de vies en jeu, nous devons continuer de faire tout en notre pouvoir pour renverser la tendance.

Le travail du Canada en matière de santé maternelle et infantile nous a montré que nous devons favoriser les bons partenariats.

Nous devons faire preuve d'innovation dans nos politiques et nos programmes pour faire naître le changement dont le monde a besoin.

Nous pouvons y parvenir :

  • en recherchant des solutions novatrices en vue d'assurer l'accès à des médicaments abordables aux populations vulnérables;
  • en favorisant la participation active du secteur privé;
  • en investissant pour optimiser les résultats;
  • en veillant à ce que nos investissements contribuent à créer un avenir durable.

Nous avons la vision.

Nous avons l'élan.

Et le Canada profite de l'occasion pour aller de l'avant.

Ce matin, j'ai le plaisir de réitérer le nouvel engagement du Canada envers le Fonds mondial qui s'élève à 650 millions de dollars au cours des trois prochaines années, ce qui représente une augmentation de 20 % de notre engagement fait en 2010.

L'objectif est de réduire la prévalence de ces trois maladies à un point tel qu'elles ne constitueront plus une menace à la santé publique dans les pays en développement.

Le Canada maintient les progrès substantiels accomplis à ce jour et aide à trouver des façons nouvelles et novatrices de prévenir, de soigner et de traiter ces maladies.

Notre gouvernement est fier de soutenir le Fonds mondial et a pris cet engagement pour que la prochaine génération n'ait pas à faire face aux fléaux du VIH/sida, de la tuberculose ou du paludisme.

Le Canada continuera d'établir des objectifs ambitieux.

Et avec l'aide de partenaires comme le Fonds mondial, nous continuerons d'atteindre ces objectifs.

Avant de répondre à vos questions, j'inviterais maintenant Madame Amy Bartlett à vous dire quelques mots.