Discours de Lois Brown : Événement Vivre sous la ligne

Le 29 avril 2014 – Ottawa, Ontario

Sous réserve de modifications

Bonjour à tous. Je vous souhaite la bienvenue à l'activité Vivre sous la ligne organisée sur la colline du Parlement, que je copréside avec l'Initiative pour les micronutriments et RÉSULTATS Canada, deux organismes qui ont leur siège à Ottawa.

Je suis fière de participer à ce formidable mouvement qui a ses racines dans la collectivité : des milliers de personnes du monde entier relèvent le défi Vivre sous la ligne pour mieux faire connaître la situation quotidienne de 1,2 milliard de personnes confrontées à une pauvreté extrême.

Jusqu'ici, plus de 25 000 personnes du monde entier ont relevé le défi qui consiste à manger et à boire avec seulement 1,75 $ par jour pendant cinq jours. Ensemble, elles ont recueilli plus de 4,4 millions de dollars au profit des principales organisations mondiales de lutte contre la pauvreté.

Nous pouvons tous contribuer à améliorer les choses — quel que soit notre âge ou notre situation — et cette activité nous donne une excellente occasion de le faire.
RÉSULTATS Canada est un réseau national qui prouve que des bénévoles peuvent aider à susciter la volonté politique nécessaire pour mettre fin à la pauvreté et à la souffrance humaine.

En ce qui concerne l'Initiative pour les micronutriments, j'ai eu la chance d'observer le travail qu'accomplit cet organisme sur le terrain.

Lors de ma visite au Malawi, j'ai en effet été témoin de l'importance de cette contribution.

Le Malawi est un pays africain ayant un énorme potentiel, mais dont la production agricole, pour des raisons historiques et politiques, se concentre sur la culture du maïs.

Nous savons aujourd'hui que les enfants ne peuvent survivre avec une alimentation constituée uniquement de maïs. Même si cet aliment rassasie, un tel régime provoque aussi, depuis de nombreuses années, l'arrêt de la croissance chez l'enfant. Non seulement les tout-petits arrêtent de grandir, mais leurs capacités cognitives en souffrent, et ils risquent de contracter des maladies en raison de leur fragilité.

J'ai vu comment des enfants n'ayant pas absorbé les nutriments dont ils avaient besoin pendant les 1 000 premiers jours de leur vie souffraient d'atrophie, un mal dont les séquelles mentales et physiques les empêchent de pouvoir s'épanouir pleinement.

Mais, heureusement pour eux, la présence de l'Initiative pour les micronutriments a tout changé.

De concert avec l'Initiative pour les micronutriments, notre gouvernement a aidé à créer l'Alliance pour le zinc en faveur de la santé de l'enfant, un partenariat entre le Canada, l'Initiative pour les micronutriments et Teck Resources, une société minière canadienne qui est l'une des principales productrices de zinc dans le monde.

En 2013, grâce au soutien apporté par l'Alliance, il a été possible de traiter 8,2 millions de cas de diarrhée infantile, l'une des principales causes de la mortalité infantile, au moyen d'un apport en zinc et d'une solution de réhydratation orale.

J'ai également pu constater sur place les améliorations considérables attribuables à ces micronutriments.

Au Malawi, à l'hôpital situé juste à la sortie de Lilongwe, j'ai vu le contenu de ces petits sachets, ornés de l'unifolié rouge, être administré à de jolis poupons, ce qui changera à jamais leur vie, celle de leur famille et leur avenir.

Ultérieurement, au Bangladesh, j'ai pu constater, avec une certaine émotion, la contribution apportée par les micronutriments dans un pays où les décès imputables à la diarrhée infantile sont fréquents.

Mais une fois de plus, je tiens à rappeler que cette histoire se termine bien, car le Canada a pu intervenir grâce à l'Initiative pour les micronutriments!

C'est là une réalisation qui a de quoi inspirer.

Les Canadiens sont des citoyens du monde dynamiques et engagés, et lorsque nous participons à des activités comme Vivre sous la ligne, nous nous rapprochons encore plus des autres. Les Canadiens sont reconnus pour être des gens compatissants et généreux, qui souhaitent venir en aide aux autres : cette attitude reflète les valeurs canadiennes et elle est ancrée dans nos habitudes.

Et, maintenant, en tant que secrétaire parlementaire du ministre du Développement international, j'ai le plaisir de vous le présenter.

Mesdames et Messieurs, je vous prie d'accueillir l'honorable Christian Paradis.