Le Canada résolu à appuyer la paix, la justice et la sécurité au Guatemala

(Nº 177 - Le 23 juin 2011 - 17 h 20 HE) La ministre d’État des Affaires étrangères (Amériques et Affaires consulaires), l’honorable Diane Ablonczy, a annoncé aujourd’hui une contribution de 7,1 millions de dollars pour renforcer les secteurs de la justice et de la sécurité au Guatemala.

« Le Guatemala est un partenaire important du Canada en Amérique centrale et nous sommes vivement préoccupés par la détérioration de la sécurité dans ce pays, a déclaré la ministre d’État Ablonczy. Cette contribution témoigne de l’engagement soutenu du Canada envers le Guatemala dans sa lutte contre le crime et l’insécurité, et servira au renforcement des services offerts par plusieurs institutions guatémaltèques en matière de sécurité et de justice. »

La contribution canadienne est financée par Affaires étrangères et Commerce international Canada par l’intermédiaire du Fonds pour la paix et la sécurité mondiales (FPSM) du Groupe de travail pour la stabilisation et la reconstruction (GTSR), ainsi que du Programme visant à renforcer les capacités de lutte contre la criminalité (PRCLC).

Cette contribution inclut une somme de 4,6 millions de dollars du FPSM et 2,59 millions de dollars du PRCLC pour mener à bien un certain nombre de projets mis en œuvre par diverses organisations internationales et canadiennes en appui à la réforme et à la consolidation des institutions responsables de la sécurité et de la justice au Guatemala.

Le Fonds pour la paix et la sécurité mondiales est géré par le GTSR qui dirige la démarche coordonnée du Canada auprès des pays très fragilisés et touchés par des crises. Le Fonds fournit des ressources financières et opérationnelles qui contribuent à la prévention de conflits et à la consolidation de la paix, notamment en matière de réforme des systèmes de justice et de sécurité. Depuis la création du GTSR, une somme de 113 millions de dollars a été consacrée à des initiatives menées dans les Amériques pour promouvoir la paix et la sécurité, les droits de la personne, la démocratie et la primauté du droit. Le Guatemala, tout comme Haïti et la Colombie, est un pays prioritaire pour le FPSM.

Créé en 2009, le Programme visant à renforcer les capacités de lutte contre la criminalité fournit jusqu’à 15 millions de dollars par année à des États ainsi qu’à des organisations internationales et non gouvernementales pour renforcer leur capacité à prévenir et à contrer les menaces que pose le crime transnational dans les Amériques. En Amérique centrale et dans les Caraïbes, le PRCLC se concentre sur la prévention du trafic de drogues illicites, la réforme du secteur de la sécurité et la prévention du crime.

La ministre d’État Ablonczy a fait cette annonce dans la ville de Guatemala, où elle participe à la Conférence internationale d’appui à la stratégie de sécurité pour l’Amérique centrale.

- 30 -

Un document d’information suit.

Pour de plus amples renseignements, les représentants des médias sont priés de communiquer avec :

John Babcock
Conseiller principal en communications
Cabinet de la ministre d’État des Affaires étrangères (Amériques et Affaires consulaires)
613-944-2300

Le Service des relations avec les médias des Affaires étrangères
Affaires étrangères et Commerce international Canada
613-995-1874
Suivez-nous sur Twitter.

Document d’information – Financement de projets pour la paix et la sécurité au Guatemala

La ministre d’État des Affaires étrangères (Amériques et Affaires consulaires), l’honorable Diane Ablonczy, a annoncé aujourd’hui les projets suivants financés par le Fonds pour la paix et la sécurité mondiales (FPSM) et le Programme visant à renforcer les capacités de lutte contre la criminalité (PRCLC).

1. Renforcement de la représentation juridique pour la résolution stratégique de litiges en matière de droits de la personne

Ce projet vise à favoriser l’accès des groupes vulnérables, notamment les victimes de crime et les défenseurs des droits de la personne, à la justice. L’un de ses principaux objectifs consiste à réunir un groupe d’avocats guatémaltèques chargés de travailler sur des questions liées aux droits de la personne et d’améliorer la capacité du Bureau du procureur général à traiter ces dossiers. Cette initiative s’ajoute aux efforts de la Commission internationale contre l’impunité au Guatemala (CICIG), établie par les Nations Unies, en faisant progresser des cas représentatifs hors de son ressort et en appuyant une clinique d’aide juridique qui procure à des populations vulnérables et marginalisées un meilleur accès à la justice. La contribution du Canada s’élève à 1,6 million de dollars tirés du FPSM. Ce projet est actuellement mis en œuvre par Avocats sans frontières Canada.

2. Fonds pour la mise en œuvre de politiques de sécurité nationale et de justice

Ce fonds vient en appui à des propositions de projets de la société civile ou du gouvernement visant à favoriser la mise en œuvre du plan de réforme du système de sécurité et de justice du gouvernement guatémaltèque, et à renforcer l’effet à long terme des travaux de la CICIG. Les principales institutions gouvernementales participantes sont le Bureau du procureur général et le ministère de l’Intérieur, y compris la Commission de la réforme policière. Le Canada fournit une contribution de 1,2 million de dollars à ce fonds par l’intermédiaire du Programme de développement des Nations Unies au Guatemala. Les contributions proviennent du FPSM.

3. Déploiement de la Gendarmerie royale du Canada (GRC) auprès de la Commission de la réforme policière

Le déploiement de deux agents de la GRC auprès de la Commission de la réforme policière du Guatemala permet d’appuyer le travail de cet organisme qui joue un rôle clé dans le processus de la réforme policière. La contribution totale du Canada, tirée du FPSM, pourra atteindre 600 000 dollars.

4. Appui au projet de l’Organisation des États américains pour le renforcement des capacités de médiation dans la région

Cette initiative a pour objectif de renforcer la capacité institutionnelle du Département de prévention des crises et des missions spéciales de l’Organisation des États américains à appuyer et à mener des initiatives de médiation en Amérique centrale, dans les Caraïbes et dans la région andine. Une partie de cette contribution finance des activités de prévention des conflits du Bureau de l’OEA dans la zone adjacente entre le Belize et le Guatemala. Le Canada a fourni une aide financière et technique d’une valeur de 603 000 dollars par l’entremise du FPSM.

5. Recherches et recommandations indépendantes axées sur les politiques en matière de paix et de sécurité

Ce projet vise à appuyer l’International Crisis Group (ICG) dans ses activités de recherche et de publication indépendantes axées sur les politiques et portant sur des enjeux clés en matière de paix, de justice et de sécurité pour le Guatemala, Haïti et la Colombie. Ces rapports s’accompagnent de démarches de sensibilisation de haut niveau auprès de décideurs des Amériques et de l’ensemble de la communauté internationale. Le Canada appuie l’ICG à hauteur de 600 000 dollars par l’entremise du FPSM.

6. Projet sur les méthodes d’enquête spéciales

Le Projet sur les méthodes d’enquête spéciales, mis en œuvre par la Justice Education Society de la Colombie‑Britannique, vise à renforcer la capacité des institutions chargées de l’application des lois dans trois pays d’Amérique centrale en leur fournissant du matériel et de la formation sur des méthodes d’enquête telles que la surveillance, l’écoute électronique et l’analyse judiciaire de vidéos, qui sont d’une importance cruciale dans la lutte contre les réseaux criminels dotés d’équipements sophistiqués. L’aide financière canadienne pour le volet guatémaltèque du projet provient du FPSM et totalise 1,4 million de dollars.

7. Élaboration d’un modèle efficace pour les enquêtes criminelles au Guatemala

Ce projet vise à renforcer les capacités du système de sécurité au Guatemala en encadrant les procureurs et les policiers dans la gestion des dossiers d’importance. Un modèle de collaboration entre les procureurs et les policiers sera élaboré et mis en œuvre dans la ville de Guatemala et à Quetzaltenango. La contribution du Canada à ce projet provient du PRCLC et totalise 1,19 million de dollars. Ce projet est actuellement mis en œuvre par la Justice Education Society de la Colombie‑Britannique.