La ministre Yelich réitère l’engagement du Canada à l’égard des enfants à la veille de la Journée nationale des enfants disparus

Le 23 mai 2014 - La ministre d’État (Affaires étrangères et consulaires), l’honorable Lynne Yelich, a souligné aujourd’hui la Journée nationale des enfants disparus, observée chaque année le 25 mai, en réitérant la détermination du gouvernement du Canada à s’attaquer aux cas consulaires qui touchent des enfants canadiens.

« Les cas concernant des enfants sont complexes et souvent difficiles à résoudre, a déclaré la ministre Yelich. Malheureusement, le nombre de ces cas, y compris les cas d’enlèvements, croît à une vitesse alarmante. Pour inverser cette tendance, notre gouvernement accorde une priorité aux enfants dans le cadre de son approche liée aux services consulaires, de manière à être mieux outillé pour prévenir et régler les cas qui touchent les Canadiens les plus vulnérables. »

En novembre 2013, la ministre Yelich a lancé l’Unité consulaire pour les enfants vulnérables à Affaires étrangères, Commerce et Développement Canada. Grâce à un nombre accru d’agents spécialisés et de conseillers politiques qui se consacreront uniquement aux dossiers liés aux enfants, le Canada espère régler davantage de cas, plus rapidement. Le gouvernement du Canada a produit Un Guide à l’intention des parents délaissés qui donne aux parents des moyens de prévenir les enlèvements internationaux et leur indique une marche à suivre en cas d’enlèvement.

Le Canada resserre également la coopération avec ses partenaires. Le 13 mai, la ministre Yelich a reconnu le travail effectué par l’UNICEF pour mieux protéger les enfants victimes d’enlèvements et pour promouvoir les conventions de La Haye sur les enfants, y compris la Convention sur les aspects civils de l’enlèvement international d’enfants.

La ministre Yelich réitère l’engagement du Canada à l’égard des enfants à la veille de la Journée nationale des enfants disparus
Le 13 mai 2014 - Toronto, Ontario - La ministre Yelich présente une mention honorable à l’UNICEF; David Morley, président et chef de la direction d’UNICEF Canada, l’accepte au nom de l’organisation internationale.

« Présente dans plus de 190 pays, l’UNICEF œuvre au règlement des questions liées aux enlèvements illicites d’enfants et au renforcement des institutions du droit de la famille dans le monde. Ses efforts ont été essentiels dans le cadre de notre démarche commune, a déclaré la ministre Yelich. Nous nous réjouissons à l’idée de poursuivre notre collaboration avec l’UNICEF pour améliorer les mesures prises à l’échelle internationale en cas de disparition ou d’enlèvement d’enfants. »

« Nous aimerions remercier la ministre Yelich et le gouvernement du Canada pour cette marque de reconnaissance, a déclaré le président et chef de la direction d’UNICEF Canada, M. David Morley. Pour l’UNICEF, il est essentiel de faire en sorte que les enfants soient à l’abri des enlèvements, qu’ils puissent traverser les frontières en toute sécurité et qu’ils bénéficient de systèmes de protection efficaces, au Canada et partout dans le monde. »

Pour de plus amples renseignements, prière de consulter Voyager avec des enfants.

Un document d’information suit.

- 30 -

Pour de plus amples renseignements, les représentants des médias sont priés de communiquer avec :

Saro Khatchadourian
Attaché de presse
Cabinet de la ministre d’État (Affaires étrangères et consulaires)
613-944-2300
Saro.Khatchadourian@international.gc.ca

Le Service des relations avec les médias
Affaires étrangères, Commerce et Développement Canada
343-203-7700
media@international.gc.ca
Suivez-nous sur Twitter : @MAECDCanada et @VoyageGdC
Aimez-nous sur Facebook : Affaires étrangères, Commerce et Développement Canada - MAECD

Document d’information - Enlèvement international d’enfants

Les enfants et les voyages

La création de l’Unité consulaire pour les enfants vulnérables d’Affaires étrangères, Commerce et Développement Canada a permis d’augmenter le nombre d’agents de gestion de cas spécialisés affectés dans les régions qui viennent en aide aux parents délaissés et aux membres de leur famille. Cette unité a également accru la capacité stratégique du Canada en affectant des analystes exclusivement aux questions portant sur des enfants voyageant à l’étranger. L’Unité collabore avec d’autres ministères et avec ses homologues des provinces et des territoires pour régler conjointement des questions concernant des enfants portés disparus.

D’autres ressources sont également offertes pour aider les parents délaissés et inquiets qui doivent composer avec une situation aussi difficile et complexe. Parmi ces ressources, la publication Enlèvement international d’enfants : Un guide à l’intention des parents délaissés est conçue pour aider les parents à comprendre les processus et les questions liés à la prévention des enlèvements et aux mesures à prendre dans de tels cas, notamment la façon de retrouver un enfant et de tenter de le ramener à la maison.

Si un conflit survient au sujet de la garde d’un enfant alors que ce dernier est à l’étranger ou si on soupçonne qu’un parent ou un membre de la famille planifie l’enlèvement d’un enfant, il est recommandé aux parents ou aux tuteurs de l’enfant de communiquer avec la Direction de la gestion des cas d’Affaires étrangères, Commerce et Développement Canada. Pour plus d’information à ce sujet, prière de communiquer avec le Centre de surveillance et d’intervention d’urgence.

Convention de La Haye sur l’enlèvement international d’enfants

La Convention de La Haye du 25 octobre 1980 sur les aspects civils de l’enlèvement international d’enfants est un traité multilatéral visant à protéger les enfants de moins de 16 ans des effets nuisibles d’un déplacement ou d’un non-retour illicites à l’échelle internationale. Elle facilite le retour rapide de l’enfant dans l’État de sa résidence habituelle et assure la protection de la garde et du droit de visite en vertu des lois des pays signataires. La Convention de La Haye a été conclue le 25 octobre 1980 et est entrée en vigueur à l’échelle internationale le 1er décembre 1983.

La Convention, à laquelle sont assujettis toutes les provinces et tous les territoires, a été ratifiée par le Canada en 1983. Le Canada applique actuellement la Convention en collaboration avec 71 États signataires.

UNICEF

L’UNICEF est l’organisme des Nations Unies chargé des enfants. En partenariat avec des juristes de La Haye, l’UNICEF mène des activités dans 52 pays pour promouvoir la mise en œuvre des conventions de La Haye relatives aux enfants. L’UNICEF offre aussi du soutien technique et de la formation aux juges et aux fonctionnaires et aux représentants des autorités chargées de la protection des enfants afin qu’ils puissent appliquer les conventions efficacement. Parmi les conventions de La Haye, citons les suivantes : Convention de 1993 sur la protection des enfants et la coopération en matière d’adoption internationale, la Convention de 1980 sur les aspects civils de l’enlèvement international d’enfants et la Convention de La Haye de 1996 concernant la responsabilité parentale et les mesures de protection des enfants. Plus un pays dispose des moyens nécessaires pour mettre en œuvre ces conventions, plus les systèmes nationaux et locaux de ce pays sont en mesure de bien protéger les enfants contre les abus, l’exploitation et l’enlèvement.