Le 3 avril 2009 (13 h 45 HNE)
Nº 87

Le Canada prévoit un recours à l'OMC si l'Union européenne interdit les produits dérivés du phoque

Le ministre du Commerce international et ministre de la Porte d’entrée de l’Asie-Pacifique, l’honorable Stockwell Day, a annoncé aujourd'hui que le gouvernement du Canada lancera un recours à l'Organisation mondiale du commerce (OMC) si l'Union européenne (UE) interdit l’importation des produits dérivés du phoque.

L'UE étudie présentement une proposition qui vise à interdire l’importation des produits dérivés du phoque dans tous ses pays membres et qui ne semble prévoir aucune dérogation acceptable pour les produits dérivés de la chasse sans cruauté.

« Malgré les données scientifiques en faveur des techniques de chasse sans cruauté et les témoignages des communautés inuites concernant les effets nocifs de l’interdiction proposée, l'Union européenne va de l’avant en soumettant une proposition qui nuira à la subsistance de Canadiens qui habitent le long des côtes et dans le Grand Nord, ainsi que de leurs familles », a affirmé le ministre Day.

Le ministre a fait valoir que le Canada déploie des efforts considérables pour s'assurer que la chasse au phoque est effectuée sans cruauté, qu'elle est bien réglementée et qu'elle respecte le principe de la viabilité. En outre, la réglementation canadienne interdit la chasse des blanchons. À son avis, il n'y a aucune raison d'interdire le commerce des produits dérivés du phoque.

« Aucune raison ne justifie l'interdiction de l’importation des produits dérivés du phoque. Si l'interdiction imposée par l'UE ne prévoit pas de dérogation acceptable pour les produits dérivés de la chasse sans cruauté, le Canada défendra ses droits et ses intérêts aux termes des accords pertinents de l'OMC. Nous sommes persuadés que l'OMC déterminera qu'une telle mesure contrevient aux obligations des pays de l'UE en vertu des règles de l’OMC. »

La chasse au phoque constitue une importante source de revenus pour de nombreuses petites localités côtières isolées du Canada atlantique, du Québec et du Nord; elle peut représenter jusqu'à 35 p. 100 du revenu annuel d'un chasseur de phoque. On compte aujourd’hui près de huit millions de phoques le long de la côte Est du Canada, soit trois fois plus que durant les années 1970.

Le gouvernement du Canada entend prendre toutes les mesures voulues pour défendre le droit des chasseurs de phoque canadiens de donner à leurs familles un moyen de subsistance tiré d’une activité qui, en plus d’être légale, respecte les critères de la viabilité et est pratiquée au moyen de méthodes de chasse non cruelles.

- 30 -

Pour de plus amples renseignements, les représentants des médias sont priés de communiquer avec :

Mélisa Leclerc
Directrice des communications
Cabinet du ministre du Commerce international et ministre de la porte d’entrée de l’Asie-Pacifique
613-992-6186

Le Service des relations avec les médias (commerce)
Affaires étrangères et Commerce international Canada
613-996-2000