Le resserrement des liens économiques entre le Canada et la Chine constitue une priorité du gouvernement Harper

Le ministre Fast examine des moyens d’accroître les échanges commerciaux du Canada avec la deuxième économie du monde

(Nº 235 - Le 17 août 2011 - 11 h 40 HE) Le ministre du Commerce international et ministre de la porte d’entrée de l’Asie-Pacifique, l’honorable Ed Fast, a participé aujourd’hui à une table ronde avec des membres du Conseil commercial Canada-Chine (CCCC) à Toronto. Lors de la séance, le ministre Fast a souligné la détermination du gouvernement Harper à stimuler le commerce et l'investissement avec la Chine dans l'intérêt des Canadiens.

« Notre gouvernement cherche avant tout à créer des emplois et à accroître la prospérité pour tous les Canadiens qui travaillent dur. Un emploi sur cinq au Canada est lié aux échanges commerciaux, a déclaré le ministre Fast. La Chine est maintenant la deuxième économie du monde, derrière les États-Unis. Par conséquent, il est primordial de resserrer davantage nos liens commerciaux avec ce puissant marché en vue de créer des débouchés pour les entreprises canadiennes, les travailleurs canadiens et leur famille. »

Le Canada et la Chine négocient actuellement un Accord sur la promotion et la protection des investissements étrangers (APIE), une entente qui ouvrira la voie à une hausse considérable des investissements bilatéraux.

« Les entreprises canadiennes menant des activités en Chine pourront tirer profit de règles qui établiront un environnement prévisible en matière d’investissement et des mesures de règlement des différends efficaces, a indiqué le ministre Fast. Nous espérons pouvoir conclure cet APIE avec la Chine prochainement. »

« Les discussions d’aujourd’hui entre le ministre Fast et les membres du CCCC témoignent de l’importance que revêt le resserrement des liens commerciaux entre ces deux pays, à la fois pour le gouvernement Harper et le milieu des affaires sino‑canadien, a déclaré la directrice exécutive et PDG du CCCC, Mme Sarah Kutulakos. En tant que porte-parole des gens d’affaires canadiens sur les enjeux touchant le commerce et l’investissement entre le Canada et la Chine, le Conseil se réjouit des efforts déployés par le ministre pour établir des relations durables et prospères dont tous les Canadiens pourront tirer profit. »

La Chine est le deuxième partenaire du Canada pour ce qui est du commerce des marchandises. En 2010, le commerce bilatéral des marchandises a atteint 57,7 milliards de dollars, alors que le commerce global entre les deux pays a plus que triplé entre 2001 et 2010. Le gouvernement du Canada est présent en Chine, à l’appui des entreprises canadiennes, avec 11 points de service, soit 5 missions diplomatiques et 6 bureaux commerciaux.

« Le niveau de vie et la prospérité des familles canadiennes dépendent des efforts que nous déployons pour approfondir et élargir les liens commerciaux du Canada, a conclu le ministre Fast. La Chine constitue un élément clé du programme que nous avons mis en place pour créer des emplois grâce aux échanges commerciaux, et je me réjouis à l’idée d’intensifier le dialogue avec ce pays cet automne. »

- 30 -

Pour de plus amples renseignements, les représentants des médias sont priés de communiquer avec :

Rudy Husny
Attaché de presse
Cabinet de l’honorable Ed Fast
Ministre du Commerce international et ministre de la porte d’entrée de l’Asie-Pacifique
613-992-7332

Le Service des relations avec les médias (commerce)
Affaires étrangères et Commerce international Canada
613-996-2000
Suivez-nous sur Twitter : @Commerce_Canada