Le ministre du Commerce international entreprend une mission commerciale en Inde afin de resserrer les liens indo-canadiens au chapitre du commerce et de l’investissement

(Nº 326 - Le 2 novembre 2011 - 8 h 30 HE) Le ministre du Commerce international et ministre de la porte d’entrée de l’Asie-Pacifique, l’honorable Ed Fast, entame une mission commerciale d’une semaine en Inde. Cette mission a pour but de resserrer les liens entre l’Inde et le Canada au chapitre du commerce et de l’investissement, de rencontrer des ministres du gouvernement indien afin de promouvoir les principaux intérêts économiques du Canada, de rencontrer des dirigeants des milieux d’affaires indiens afin de mettre en valeur les compétences et les capacités canadiennes et d’attirer des investissements indiens au Canada, et de promouvoir les intérêts commerciaux des entreprises canadiennes à la recherche de nouveaux débouchés sur ce marché prioritaire.

« Avec 1,2 milliard de consommateurs, l’Inde offre d’importants débouchés aux entreprises canadiennes de toutes tailles, a affirmé le ministre Fast. Étant donné qu’un emploi sur cinq et plus de 60 p. 100 de l’économie du Canada sont tributaires du commerce, le resserrement des relations commerciales entre le Canada et l’Inde aidera à préserver et à accroître la sécurité financière des travailleurs canadiens. »

Le ministre Fast sera en Inde du 3 au 9 novembre 2011. Il se rendra à Delhi, Ahmedabad, Pune et Mumbai pour y faire la promotion des intérêts du Canada dans un groupe précis de secteurs clés (détails ci-dessous). L’économie de l’Inde, qui est en plein essor, connaît une hausse de la demande en produits, en services et en expertise. L’année dernière, le PIB de l’Inde s’est chiffré à 1,7 billion de dollars et son économie a crû, en moyenne, de 8,2 p. 100 par année entre 2006 et 2010 – signe qu’elle est en voie de devenir l’une des plus vastes du monde.

Le premier ministre Stephen Harper et son homologue Manmohan Singh se sont engagés à tripler les échanges commerciaux entre les deux pays pour qu’ils atteignent 15 milliards de dollars d’ici 2015. L’Inde offre d’énormes débouchés aux entreprises canadiennes en raison de la croissance vigoureuse de son économie, de l’accroissement de la classe moyenne et de sa population relativement jeune, également en pleine croissance.

Parmi les secteurs les plus prometteurs pour les entreprises canadiennes, on peut signaler ceux qui suivent :

  • Agriculture et agroalimentaire (Ahmedabad et Mumbai) : bien que le Canada fournisse déjà 38,3 p.100 des légumineuses importées par l’Inde, la croissance de la population et de la demande ouvre d’énormes possibilités d’affaires pour les producteurs canadiens.
  • Énergie (Ahmedabad, Mumbai) : l’Inde devra quintupler sa production d’électricité au cours des 25 prochaines années et elle est à la recherche de sources d’énergie de remplacement afin de répondre à cette demande.
  • Infrastructures (Delhi, Ahmedabad et Mumbai) : selon le gouvernement de l’Inde, il faudra un investissement de 800 milliards de dollars dans le secteur des infrastructures, notamment pour les routes, les ponts, les voies ferrées, les ports et les aéroports.
  • Technologies de l’information et des communications (Delhi) : l’expertise du Canada en matière de médias numériques et de technologies sans fil, entre autres, peut aider l’Inde à offrir des points d’accès de communication aux personnes qui vivent dans les régions éloignées du pays.
  • Éducation (Delhi) : le savoir-faire canadien peut aider à réduire l’écart important qui existe entre l’offre et la demande d’installations scolaires et à pallier la pénurie d’enseignants qualifiés.
  • Fabrication (Delhi et Pune) : le rythme de la croissance du marché de l’automobile en Inde place ce pays au second rang mondial, derrière la Chine. Le Canada, troisième exportateur de produits de l’automobile après le Japon et les États-Unis, est bien placé pour faire partie de cette chaîne de valeur mondiale.

Au cours de sa visite, le ministre Fast rencontrera également son homologue, le ministre du Commerce et de l’Industrie de l’Inde, M. Anand Sharma, à l’occasion du deuxième Dialogue ministériel annuel sur le commerce et l’investissement, afin de discuter des mesures que peuvent prendre le Canada et l’Inde pour resserrer les liens bilatéraux dans ces domaines et souligner les progrès des négociations visant à conclure un accord de partenariat économique global.

« Le plan mis en place par notre gouvernement pour créer des emplois et développer les échanges commerciaux compte, parmi ses grandes priorités, la conclusion d’un accord de partenariat économique global avec l’Inde, a expliqué le ministre Fast. L’étude conjointe Canada-Inde montre qu’un tel accord pourrait injecter dans notre économie la somme de 6 milliards de dollars par année et accroître nos échanges bilatéraux de plus de 50 p. 100. Pour protéger et renforcer la sécurité financière des Canadiens en ces temps d’incertitude économique à l’échelle mondiale, notre gouvernement est déterminé à resserrer les relations commerciales et les liens d’investissement avec l’Inde. Les relations qu’entretiennent nos deux pays revêtent une grande importance pour la prospérité des entreprises, des travailleurs canadiens et de leurs familles, aujourd’hui et à l’avenir. »

En 2010, le commerce bilatéral entre le Canada et l’Inde s’est élevé à 4,2 milliards de dollars, ce qui correspond à une hausse de 46,6 p. 100 depuis 2005. Toujours en 2010, le stock d’investissement direct bilatéral a atteint plus de 7 milliards de dollars.

Pour obtenir de plus amples renseignements et des mises à jour sur la visite du ministre Fast en Inde, prière de consulter la page Mission commerciale en Inde.

- 30 -

Pour de plus amples renseignements, les représentants des médias sont priés de communiquer avec :

Rudy Husny
Attaché de presse
Cabinet de l’honorable Ed Fast
Ministre du Commerce international et ministre de la porte d’entrée de l’Asie-Pacifique
613-992-7332

Le Service des relations avec les médias (commerce)
Affaires étrangères et Commerce international Canada
613-996-2000
Suivez-nous sur Twitter : @Commerce_Canada