Le Canada dépose les projets de loi de mise en œuvre des accords de libre-échange avec la Jordanie et le Panama

Selon le ministre, les entreprises canadiennes et les travailleurs canadiens tireront avantage d’occasions d’affaires plus importantes dans des régions prioritaires

(Nº 347 - Le 15 novembre 2011 – 10 h HE) Le ministre du Commerce international et ministre de la porte d’entrée de l’Asie-Pacifique, l’honorable Ed Fast, a donné suite aujourd’hui à un engagement pris dans le cadre du discours du Trône de juin 2011 en proposant la Loi sur la croissance économique et la prospérité – Canada-Jordanie et la Loi sur la croissance économique et la prospérité – Canada-Panama pour mettre en œuvre des accords de libre-échange avec la Jordanie et le Panama. Pour l’occasion, le ministre Fast était accompagné du ministre d’État (Petite Entreprise et Tourisme), l’honorable Maxime Bernier, de représentants clés de l’industrie ainsi que de l’ambassadeur de la Jordanie au Canada, M. Basheer Fawwaz Zoubi, et de l’ambassadeur du Panama au Canada, M. Francisco Carlo Escobar Pedreschi.

« Le renforcement de la sécurité financière des Canadiens, la création d’emplois et la promotion de la croissance économique en favorisant les échanges commerciaux sont mes priorités absolues, a indiqué le ministre Fast. Les accords de libre-échange conclus avec la Jordanie et le Panama sont une partie essentielle du programme du gouvernement visant à créer des emplois grâce aux échanges commerciaux, qui permettra de protéger et d’accroître la prospérité des travailleurs canadiens. Notre gouvernement continuera à défendre et à promouvoir nos intérêts particuliers dans chacun des secteurs de notre économie, y compris la gestion de l’offre. »

« Les accords de libre-échange aident à stimuler les activités des petites entreprises, qui sont le moteur de l’économie canadienne, a poursuivi le ministre d’État (Petite Entreprise et Tourisme), l’honorable Maxime Bernier. En fait, les petites entreprises comptent pour 43 p. 100 de toutes les exportations canadiennes. La conclusion de ces accords de libre-échange aidera les petites entreprises exportatrices à faire ce qu’elles font de mieux : créer des emplois et de la richesse pour ce pays. »

« Les accords de libre-échange profitent également aux fermiers canadiens et à l’industrie agricole complète du pays, a affirmé le ministre de l’Agriculture et de l’Agroalimentaire et ministre de la Commission canadienne du blé, M. Gerry Ritz. La conclusion de ces accords ouvrira l’accès aux marchés et créera de nouveaux débouchés pour nos fermiers, leur permettant d’accroître leurs bénéfices. »

Une fois mise en œuvre, la Loi sur la croissance économique et la prospérité – Canada-Jordanie éliminera les droits sur la vaste majorité des exportations canadiennes vers ce pays, ce qui profitera directement aux exportateurs et aux travailleurs canadiens. Les principaux secteurs canadiens qui bénéficieront de cet accès immédiat et exempt de droits de douane au marché jordanien comprennent la foresterie et la fabrication, de même que les produits agricoles et les produits agroalimentaires comme les légumineuses, les pommes de terre surgelées et le bœuf.

« Les possibilités économiques devraient s’accroître grandement pour les entreprises canadiennes qui mènent des activités en Jordanie, a affirmé le président du Conseil du commerce canado-arabe, M. Hugh O’Donnell. En fait, cet accord de libre-échange recèle un incroyable potentiel d’expansion des affaires partout dans la péninsule arabique, avec la Jordanie comme porte d’entrée. »

La mise en œuvre de la Loi sur la croissance économique et la prospérité – Canada-Panama éliminera les droits sur plus de 99 p. 100 des exportations non agricoles du Canada vers ce pays, ce qui encore une fois profitera directement aux exportateurs et aux travailleurs canadiens grâce à un accès en franchise de droits au marché panamien. D’autres avantages comprennent les dispositions relatives à l’investissement prévues dans cet accord, qui offriront davantage de protection, de transparence et de sécurité aux investisseurs canadiens au Panama. En outre, l’accord garantira un accès aux marchés publics de ce pays, notamment au projet de 5,4 milliards de dollars visant l’élargissement du canal de Panama et à d’autres projets d’infrastructure.

« La mise en œuvre de ces deux accords améliorera l’accès des biens, des services et des investissements canadiens à deux marchés en expansion, à un moment où les fabricants et les exportateurs du Canada cherchent à dénicher de nouveaux consommateurs et de nouvelles occasions d’affaires partout dans le monde, a indiqué le président-directeur général de Manufacturiers et Exportateurs du Canada, M. Jason Myers. Nous conseillons au Parlement d’adopter rapidement ces projets de loi. Cela s’avère crucial étant donné que notre principal partenaire commercial, les États-Unis, a mis en œuvre son propre accord commercial avec la Jordanie l’an dernier et ratifié son accord avec le Panama le mois dernier. »

Les accords de libre-échange avec la Jordanie et le Panama ont été signés en juin 2009 et en mai 2010, respectivement. Une fois adoptés à la Chambre des communes et au Sénat, les deux projets de loi devront recevoir la sanction royale du gouverneur général du Canada pour devenir lois.

En moins de six ans au pouvoir, le gouvernement Harper a conclu des accords de libre-échange avec neuf pays, à savoir la Colombie, le Honduras, la Jordanie, le Panama, le Pérou, et les États membres de l’Association européenne de libre-échange, soit l’Islande, le Liechtenstein, la Norvège et la Suisse.

Le Canada a aussi entamé des négociations d’accords commerciaux avec nombre de pays, dont l’Inde et l’Union européenne, l’un des plus importants marchés étrangers. Ces négociations font partie de l’ambitieux programme commercial du gouvernement en vue d’accroître les débouchés destinés aux entreprises et aux travailleurs du Canada.

- 30 -

Un document d’information suit.

Pour de plus amples renseignements, les représentants des médias sont priés de communiquer avec :

Rudy Husny
Attaché de presse
Cabinet de l’honorable Ed Fast
Ministre du Commerce international et ministre de la porte d’entrée de l’Asie-Pacifique
613-992-7332

Le Service des relations avec les médias (commerce)
Affaires étrangères et Commerce international Canada
613-996-2000
Suivez-nous sur Twitter : @Commerce_Canada

Scott French
Secrétaire de presse
Cabinet de l’honorable Maxime Bernier
Ministre d’État (Petite Entreprise et Tourisme)
613-943-6183

Le Service des relations avec les médias
Industrie Canada
613-943-2502

Document d’information – Les accords de libre-échange du Canada avec le Panama et la Jordanie

Le 15 novembre 2011, le ministre du Commerce international et ministre de la porte d’entrée de l’Asie-Pacifique, l’honorable Ed Fast, a présenté au Parlement la Loi sur la croissance économique et la prospérité – Canada-Jordanie et la Loi sur la croissance économique et la prospérité – Canada-Panama pour la mise en œuvre des accords de libre-échange avec la Jordanie et le Panama.

L’Accord de libre-échange Canada-Panama

En octobre 2008, le Canada et le Panama ont amorcé des négociations en vue d’un accord de libre-échange.

À la suite de plusieurs rondes de discussions, le premier ministre Stephen Harper et le président du Panama Ricardo Martinelli ont annoncé le 11 août 2009 la conclusion des négociations d’un accord de libre-échange historique, ainsi que de nouveaux accords de coopération dans le domaine du travail et sur l’environnement.

Le 14 mai 2010, le ministre du Commerce international du Canada de l’époque, Peter Van Loan, et le ministre du Commerce et de l’Industrie du Panama, Roberto Henríquez, ont signé l’Accord de libre-échange Canada-Panama ainsi que des accords auxiliaires sur la coopération dans le domaine du travail et sur l’environnement.

En 2010, le commerce bilatéral de marchandises entre le Canada et le Panama a totalisé 213,7 millions de dollars.

L’Accord de libre-échange Canada-Jordanie

Le premier ministre Stephen Harper s’était engagé à ce que le Canada étudie la possibilité d’un accord de libre-échange avec la Jordanie lors de sa rencontre avec le roi Abdallah II en juillet 2007.

Des représentants du Canada et de la Jordanie se sont réunis en novembre 2007 à Amman pour tenir des discussions exploratoires. Ils avaient alors conclu que l’approfondissement de leurs relations commerciales pourrait présenter des avantages tangibles.

Le Canada et la Jordanie ont conclu le 26 août 2008 leurs négociations sur un Accord de libre-échange Canada-Jordanie ainsi que sur un Accord sur l’environnement et un Accord de coopération dans le domaine du travail.

Le 28 juin 2009, l’honorable Stockwell Day, alors ministre du Commerce international et ministre de la porte d’entrée de l’Asie-Pacifique, a signé les trois accords : l’Accord de libre-échange Canada-Jordanie, l’Accord de coopération dans le domaine du travail et l’Accord sur l’environnement.

En 2010, le commerce bilatéral de marchandises entre le Canada et la Jordanie a totalisé 86 millions de dollars.