Le ministre du Commerce international Ed Fast fait la promotion, en Allemagne, des avantages qu’offre le Canada en matière d’investissement

Des liens plus étroits et des investissements accrus profiteront aux deux économies et à leurs citoyens, dit le ministre aux investisseurs

(Nº 373 - Le 12 décembre 2011 - 16 h 15 HE) Le ministre du Commerce international et ministre de la porte d’entrée de l’Asie-Pacifique, l’honorable Ed Fast, a rencontré aujourd’hui des dirigeants d’entreprises allemandes qui ont investi au Canada, afin de faire la promotion du Canada en tant que destination de choix en matière d’investissement pour les investisseurs européens.

« Attirer des investissements étrangers profite directement aux entreprises, aux familles et aux travailleurs canadiens, en permettant de créer des emplois, d’augmenter les revenus et de renforcer la position concurrentielle du Canada, a déclaré le ministre Fast. De tous les pays du G-7, le Canada est celui qui offre aux investisseurs le taux d'imposition global le plus bas sur les nouveaux investissements d’affaires, et il devrait avoir bientôt l’un des plus bas taux d’imposition aux entreprises. Les investisseurs européens qui songent à investir au Canada tiennent notamment compte de notre taux de croissance, l’un des plus élevés parmi les pays du G-7, de notre main-d’œuvre qualifiée et de notre système bancaire qui, selon le Forum économique mondial, est le plus sain au monde. »

L’Allemagne est le 10e investisseur étranger au Canada, son stock d’investissement étranger direct s’étant établi à 10,2 milliards de dollars en 2010. De nombreuses entreprises allemandes de premier plan ont déjà investi au Canada, entre autres BASF, Siemens AG, Daimler et Bayer AG.

« C’est grâce à nos solides fondements économiques et aux avantages que nous offrons au chapitre des investissements que des entreprises allemandes effectuent des investissements au Canada qui permettent de stimuler la prospérité dans notre pays, a ajouté le ministre Fast. J’invite les autres dirigeants d’entreprise à faire de même. »

Pendant son séjour à Berlin, le ministre Fast a rencontré M. Norbert Steiner, président du conseil des administrateurs du groupe K+S AG, l’un des principaux producteurs d’engrais standards et spéciaux, et le premier fournisseur de sel au monde. Le groupe K+S est un investisseur important au Canada et il a récemment annoncé son intention de construire, au pays, une nouvelle mine de potasse d’une valeur de 3,25 milliards de dollars. Cet investissement, l’un des plus importants effectués par une entreprise allemande au Canada, pourrait permettre de créer près de 1 100 emplois pendant la phase de construction et 320 autres lorsque la mine fonctionnera à plein régime.

« Le Groupe K+S est heureux d’investir au Canada et de construire la première mine de potasse en Saskatchewan depuis près de 40 ans, la mise en exploitation étant prévue pour 2015, a affirmé M. Steiner. Le projet Legacy offrira de nouveaux emplois aux travailleurs de la Saskatchewan et de nouveaux débouchés aux entreprises canadiennes qui fournissent des biens et des services dans le cadre de ce projet économique majeur. De concert avec le Canada, nous aidons à nourrir une population mondiale grandissante. »

À Duisbourg, près de Düsseldorf, le ministre Fast a visité l’aciérie de ThyssenKrupp AG, une autre entreprise allemande qui a effectué des investissements importants au Canada. Elle maintient avec le Canada des relations qui datent de plus de 140 ans, et elle emploie actuellement plus de 2 300 Canadiens. Selon ThyssenKrupp, le volume annuel des transactions avec le Canada est d’environ 3 milliards de dollars, et près de 20 p. 100 des matières premières traitées dans les usines de ThyssenKrupp proviennent du Canada.

« Grâce aux nombreux avantages que nous offrons en matière d’investissement, il n’est pas surprenant que la revue Forbes ait récemment classé le Canada au premier rang des meilleurs endroits au monde où faire des affaires, a indiqué le ministre Fast. Étant donné que l’emploi et la prospérité au Canada et en Europe sont si étroitement liés aux affaires que nous faisons ensemble, il va de soi que le resserrement de nos liens commerciaux et d’investissement sera bénéfique pour nous tous, aujourd'hui et à l'avenir. »

Pour de l’information exhaustive et multilingue sur les nombreux avantages qu’offre le Canada sur les plans des affaires et des investissements, prière de consulter la page Investir au Canada

Pour en savoir davantage sur la visite du ministre en Europe, prière de consulter la page Le ministre Fast visite l’Europe et participe à la Conférence ministérielle de l’OMC.

Le ministre du Commerce international Ed Fast rencontre le président du conseil des administrateurs du groupe K+S AG, M. Norbert Steiner, à Berlin.
Le ministre Fast rencontre le président du conseil des administrateurs du groupe K+S AG, M. Norbert Steiner, à Berlin.

Téléchargez cette photo en format haute définition


Le ministre Fast visite l’aciérie de ThyssenKrupp AG, à Duisbourg, en Allemagne. De gauche à droite : un ingénieur de ThyssenKrupp, M. Thomas Dudziak, le ministre Fast et le directeur de la division du matériel de ThyssenKrupp, M. Klauss Potthoff.

Téléchargez cette photo en format haute définition

- 30 -

Un document d’information suit.

Pour de plus amples renseignements, les représentants des médias sont priés de communiquer avec :

Rudy Husny
Attaché de presse
Cabinet de l’honorable Ed Fast
Ministre du Commerce international et ministre de la porte d’entrée de l’Asie-Pacifique
613-992-7332

Le Service des relations avec les médias (commerce)
Affaires étrangères et Commerce international Canada
613-996-2000
Suivez-nous sur Twitter : @Commerce_Canada 

Document d’information - Avantages concurrentiels du Canada

Le Canada voit d’un bon œil l’investissement étranger qui contribue à notre croissance économique, à la création d’emplois, à l’innovation, à la concurrence et à la prospérité à long terme. Entre 2001 et 2010, le Canada était la huitième destination en importance pour les flux cumulatifs d’investissement étranger direct mondial. En 2010, le stock d’investissement étranger direct au Canada et d’investissement direct du Canada à l’étranger s’est chiffré à 74,6 p. 100 du produit intérieur brut (PIB), ce qui place le Canada au troisième rang des membres du G-7 à ce chapitre.

Le Canada offre aux investisseurs de nombreux avantages concurrentiels, notamment :

Une croissance économique forte : Tout au long du ralentissement économique mondial, le Canada s’est révélé être l’une des meilleures économies, laquelle offre des débouchés permettant de croître, d’innover et de réussir. Le Fonds monétaire international prévoit qu’après le Japon, le Canada affichera la croissance économique la plus rapide parmi les pays du G-7 en 2012. En outre, le Canada a affiché la croissance la plus rapide en matière d’emplois parmi les pays du G-7 depuis le milieu de 2009, récupérant entièrement tous les emplois qu’il avait perdus durant la récession.

De saines finances publiques : Le Canada est entré dans la récession mondiale fort d’une série de budgets équilibrés et d’une dette peu élevée. Le Canada jouit de la meilleure position budgétaire du G-7, et ses perspectives financières sont les plus prometteuses du G-20. Le Canada est en voie d’atteindre un excédent budgétaire d’ici 2015-2016. Le ratio de la dette fédérale au PIB est demeuré inchangé à 33,9 p. 100 en 2010-2011, et on s’attend à ce que ce taux diminue pour s’établir à 31,7 p. 100 en 2015-2016.

La stabilité financière : La stabilité financière du Canada est soutenue par l'un des secteurs financiers les plus stables au monde, selon le Forum économique mondial. Alors que partout dans le monde, les institutions financières s’effondraient, aucune banque canadienne et aucune société d’assurance n’a fait faillite. De plus, aucune n’a dû être renflouée par le gouvernement. Selon le magazine Global Finance, 6 des 10 banques les plus sûres en Amérique du Nord sont canadiennes.

Des coûts de revient des entreprises et des impôts peu élevés : Le Canada offre un climat d'affaires accueillant à faible taux d'imposition. Le taux d'imposition général que le Canada applique aux investissements des entreprises est considérablement moins élevé que celui des autres pays du  G-7. En 2012, le taux général combiné fédéral-provincial d'imposition du revenu du Canada devrait se chiffrer à 26 p. 100, se situant en dessous de celui de la plupart des autres pays du G-7 et étant de 13 points de pourcentage inférieur à celui des États-Unis. Le Canada est le premier pays du G-20 à offrir une zone libre de droits de douane pour les fabricants en éliminant les droits de douane sur les intrants manufacturiers, les machines et les équipements.

Un lieu par excellence pour la recherche et l'innovation : Le Canada est un milieu propice à la recherche et au développement (R-D), notamment en raison d'une infrastructure de R-D de calibre mondial, des mesures fiscales incitatives et des chercheurs talentueux. Au sein du G-7, le Canada se classe au premier rang pour ce qui est des dépenses engagées en R-D dans le secteur de l’enseignement supérieur. Le Canada offre un des plus généreux programmes de stimulants fiscaux en R-D parmi les pays du monde industrialisé. Grâce aux crédits d’impôts fédéraux et provinciaux, les investisseurs étrangers peuvent épargner en moyenne 30 p. 100 sur leurs investissements en R-D au Canada.

Une main-d'œuvre concurrentielle : Le Canada possède une main-d’œuvre multiculturelle, polyvalente et très instruite, qui est en mesure de surmonter les défis que présente une économie complexe axée sur les connaissances. Le Canada possède l'une des mains-d'œuvre les plus instruites au monde et la deuxième plus forte proportion de diplômés postsecondaires parmi les membres de l'Organisation de coopération et de développement économiques (OCDE). Selon le Forum économique mondial, le Canada se classe au premier rang du G-7 et au troisième rang mondial pour la qualité de ses écoles de gestion.

Un endroit idéal où vivre, étudier et travailler : La grande qualité de vie du Canada offre un contexte très favorable au succès des personnes, des familles et des entreprises ayant des ramifications internationales. Selon l'index « Vivre mieux » de l'OCDE, le Canada se classe au premier rang du G-7 et au deuxième rang des États membres de l'OCDE sur le plan de la qualité de vie. Selon l'Economist Intelligence Unit, Vancouver, Toronto et Calgary se classent parmi les cinq premières villes sur le plan de l'habitabilité.

Une porte d’entrée sur le monde : Grâce au temps de navigation le plus court entre l'Amérique du Nord et l'Asie, le Canada offre un accès garanti au fructueux marché nord-américain, formé de près de 450 millions de consommateurs. Le Canada possède des ports internationaux importants sur la côte de l’Atlantique et sur celle du Pacifique (Halifax, Vancouver et Prince-Rupert), ainsi que sur la Voie maritime du Saint-Laurent (Montréal). Dix-sept des vingt plus grandes villes canadiennes sont situées à moins de 90 minutes de route de la frontière des États-Unis.

Pour en savoir davantage à ce sujet, prière de consulter la page Investir au Canada.