L’Accord commercial entre le Canada et l’Union européenne : élément clé du programme de promotion du commerce du gouvernement pour stimuler la création d’emplois et la croissance

Le ministre du Commerce international Ed Fast consulte des dirigeants d’entreprise sur le budget à venir; il indique que l’élargissement des relations commerciales du Canada — effort mené dans le cadre de l’engagement du gouvernement Harper à l’égard de la diversification des marchés — permettra de créer des emplois et de favoriser la prospérité des entreprises, des familles et des travailleurs canadiens

Le 3 février 2012 - Le ministre du Commerce international et ministre de la porte d’entrée de l’Asie-Pacifique, l’honorable Ed Fast, a tenu aujourd’hui une consultation prébudgétaire auprès de dirigeants d’entreprise représentant divers secteurs de l’économie canadienne et a discuté avec eux des avantages que procurerait aux entreprises et aux travailleurs canadiens un accord commercial entre le Canada et l’Union européenne.

L’événement, organisé par le Forum sur le commerce Canada-Europe (FORCCE), s’est tenu à Toronto. Il a réuni des dirigeants d’entreprise des secteurs de l’industrie pharmaceutique, de l’ingénierie, de la foresterie, de l’énergie, des finances, de l’infrastructure et de l’automobile du Canada, et des représentants des petites entreprises du pays.

« Des groupes comme les vôtres voués à la promotion du commerce reconnaissent les nombreux avantages que procurerait un accord commercial entre le Canada et l’Union européenne aux entreprises et aux travailleurs canadiens. C’est pourquoi je suis heureux de vous annoncer que nous sommes sur la voie de conclure les négociations en 2012, a déclaré le ministre Fast. À cet égard, des réunions productives entre les négociateurs des deux parties se poursuivent, y compris au cours de cette semaine à Ottawa. »

Les avantages potentiels d’un accord économique et commercial global avec l’Union européenne sont substantiels : une augmentation de 20 p. 100 du commerce bilatéral; une injection annuelle de 12 milliards de dollars dans l’économie canadienne, ce qui équivaut à une hausse de 1 000 $ du revenu pour la famille canadienne moyenne ou à la création de près de 80 000 emplois. Un tel accord pourrait également accroître le nombre de débouchés offerts aux travailleurs dans de nombreux secteurs de l’économie, notamment l’aérospatiale, l’automobile, les produits chimiques, les plastiques, l’aluminium, les produits du bois, les poissons et les fruits de mer.

« Le leadership économique dont fait preuve le Canada dans le cadre de son ambitieux programme de promotion du commerce permettra de soutenir la vigueur de l’économie canadienne, a affirmé le directeur général du FORCCE, M. Jason Langrish. Après sa mise en œuvre, l’accord de libre-échange entre le Canada et l’Union européenne donnera tous les ans une impulsion considérable à l’économie canadienne — une bonne nouvelle pour les entreprises et les travailleurs du Canada et pour l’ensemble du pays. »

Le ministre Fast a également profité de l’occasion pour solliciter l’opinion des dirigeants d’entreprise sur le Plan d’action économique de 2012.

« Notre vaste et ambitieux programme de promotion du commerce et de réduction d’impôts, visant à créer des emplois et à favoriser la prospérité, s’est avéré fructueux pour l’ensemble de la population canadienne, a indiqué le ministre Fast. On compte aujourd’hui près de 610 000 Canadiens de plus sur le marché du travail par rapport au moment où la récession s’est terminée, ce qui constitue de loin la plus grande croissance du taux d’emploi parmi les pays du G-7. Les mesures prises par le premier ministre Harper pour réduire les impôts, rembourser la dette, diminuer les formalités administratives et promouvoir le libre-échange et l’innovation ont pour effet de stimuler la création d’emplois et la croissance au profit des Canadiens. »

En moins de six ans, le Canada a conclu de nouveaux accords de libre-échange avec neuf pays : la Colombie, le Pérou, la Jordanie, le Panama, les États membres de l’Association européenne de libre-échange (l’Islande, le Liechtenstein, la Norvège et la Suisse) et, plus récemment, le Honduras.

- 30 -

Pour de plus amples renseignements, les représentants des médias sont priés de communiquer avec :

Rudy Husny
Attaché de presse
Cabinet de l’honorable Ed Fast
Ministre du Commerce international et ministre de la porte d’entrée de l’Asie-Pacifique
613-992-7332

Le Service des relations avec les médias (commerce)
Affaires étrangères et Commerce international Canada
613-996-2000
Suivez-nous sur Twitter : @Commerce_Canada