Selon le ministre du Commerce international, le secteur minier de calibre mondial du Canada crée des emplois, favorise la croissance et démontre les avantages du commerce

Le ministre Ed Fast assiste à une expo conférence de l’Association canadienne des prospecteurs et entrepreneurs à Toronto afin de souligner l’expertise canadienne dans le secteur minier au Canada et à l’étranger

Le 5 mars 2012 - Le ministre du Commerce international et ministre de la porte d’entrée de l’Asie-Pacifique, l’honorable Ed Fast, a souligné aujourd’hui la contribution importante des entreprises minières, pétrolières et gazières canadiennes à la création d’emplois et à la croissance dans toutes les régions du Canada et dans le monde.

« Les sociétés minières canadiennes de calibre mondial ont une renommée très positive en tant qu’entreprises socialement responsables qui créent des emplois et de la prospérité pour les travailleurs canadiens et pour nos partenaires commerciaux », a indiqué le ministre Fast à l’occasion d’une visite de l’expo conférence annuelle de 2012 de l’Association canadienne des prospecteurs et entrepreneurs (ACPE), à Toronto. « Le secteur minier canadien et ses industries connexes ont contribué pour plus de 35 milliards de dollars au produit intérieur brut du Canada en 2010. Les entreprises canadiennes fournissent des emplois de grande valeur à des milliers de travailleurs partout dans le monde et au Canada. »

Comptant pour plus de la moitié de l’activité minière dans le monde, les entreprises canadiennes du secteur extractif détiennent des droits dans plus de 8 000 sites dans 100 pays, ce qui représente environ 12 p. 100 de tout l’investissement direct du Canada à l’étranger. Ces entreprises contribuent au développement et à la croissance économiques dans les pays où elles mènent leurs activités, y compris au Canada. Le secteur extractif emploie plus de 300 000 Canadiens au pays et totalise 17,5 p. 100 de toutes les exportations du Canada.

« Le gouvernement du Canada joue un rôle important dans l’industrie extractive mondiale, a affirmé le président de l’ACPE, M. Scott Jobin-Bevans. Par exemple, le mois passé, l’ACPE a accueilli avec satisfaction l’aboutissement des négociations en vue de conclure l’Accord sur la promotion et la protection des investissements étrangers Canada-Chine. Il s’agit là d’une des nombreuses mesures prises par le gouvernement du Canada pour aider notre industrie à réussir à l’étranger. »

En 2009, le gouvernement a annoncé le lancement d’une stratégie intitulée Renforcer l’avantage canadien : Stratégie de responsabilité sociale des entreprises pour les sociétés extractives canadiennes présentes à l’étranger afin d’aider à orienter les activités des entreprises canadiennes à l’étranger. Grâce à cette stratégie, le gouvernement du Canada collabore de près avec toutes les parties concernées, notamment l’ACPE et l’Association minière du Canada, dans le but de faire progresser les initiatives et les pratiques en matière de responsabilité sociale des entreprises (RSE) dans le monde.

En octobre 2011, le premier ministre Stephen Harper a annoncé la création de l’Institut canadien international pour les industries extractives et le développement. Cette initiative tirera parti du rôle de chef de file du Canada dans le secteur minier en vue de soutenir et de renforcer les capacités de gestion des ressources naturelles des pays en développement.

« Ces engagements démontrent une fois de plus que les échanges commerciaux élargis sont une formule gagnante pour le Canada et ses partenaires commerciaux, a précisé le ministre Fast. Les travailleurs canadiens et leurs familles profitent des emplois et de la prospérité qu’engendrent les activités plus étendues et la réussite de nos entreprises à l’étranger. Nos partenaires commerciaux, notamment les pays en développement, en tirent profit également, qu’il s’agisse d’occasions économiques accrues ou de notre savoir, de nos compétences et de notre expérience, ce qui peut les aider à assurer une meilleure gestion de leurs ressources et mener à une croissance économique durable et à une réduction de la pauvreté. »

De nombreuses entreprises canadiennes participent à des projets de RSE conçus en collaboration étroite avec les collectivités et les gouvernements locaux. Ces projets comprennent, entre autres, un don d’équipement agricole en Argentine, le soutien envers un projet de reboisement au Chili, l’appui apporté à un système mécanique d’eau potable au Ghana, la prestation de fournitures et de services médicaux au Mexique et l’investissement dans le perfectionnement professionnel au Pérou.

Parallèlement à l’expo conférence de 2012 de l’ACPE, le ministre Fast a rencontré des cadres supérieurs du secteur minier ainsi que des représentants de l’Institut canadien des mines, de la métallurgie et du pétrole et de la Canadian Association of Mining Equipment and Services for Export à l’occasion d’un déjeuner de l’Association minière du Canada. Il a également participé à des entretiens bilatéraux avec ses homologues de pays où les entreprises canadiennes mènent des activités minières, notamment le Chili, la Colombie, le Honduras et le Pérou.

Pour en savoir davantage sur les politiques du Canada en matière de RSE, prière de consulter la page La responsabilité sociale des entreprises.

- 30 -

Un document d’information suit.

Pour de plus amples renseignements, les représentants des médias sont priés de communiquer avec :

Rudy Husny
Attaché de presse
Cabinet de l’honorable Ed Fast
Ministre du Commerce international et ministre de la porte d’entrée de l’Asie-Pacifique
613-992-7332

Le Service des relations avec les médias (commerce)
Affaires étrangères et Commerce international Canada
613-996-2000

Document d’information – Stratégie canadienne en matière de responsabilité sociale des entreprises

En mars 2009, le gouvernement du Canada a annoncé le lancement d’une stratégie intitulée Renforcer l’avantage canadien : Stratégie de responsabilité sociale des entreprises pour les sociétés extractives canadiennes présentes à l’étranger. Cette dernière donne suite à l’engagement de longue date du gouvernement auprès de l’Organisation de coopération et de développement économiques quant aux principes directeurs de cette dernière à l’intention des entreprises multinationales, lesquels comprennent les critères de rendement de la Société financière internationale en matière de durabilité sociale et environnementale, les principes volontaires sur la sécurité et les droits de la personne ainsi que la Global Reporting Initiative. La Stratégie est fondée sur les quatre piliers suivants :

  • Le Bureau du conseiller en responsabilité sociale des entreprises de l’industrie extractive aide à la résolution des problèmes sociaux et environnementaux relatifs aux activités des entreprises extractives canadiennes à l’étranger.
  • Le Centre d’excellence de la RSE (en anglais seulement) fournit des renseignements aux entreprises, aux organisations non gouvernementales et à d’autres parties concernées.
  • L’Agence canadienne de développement international et Ressources naturelles Canada assurent l’apport d’une aide continue aux gouvernements étrangers pour renforcer leur capacité de gérer le développement de leurs ressources naturelles de façon durable et responsable.
  • La Stratégie en matière de RSE fait la promotion de lignes directrices reconnues internationalement sur le rendement et l’établissement de rapports en matière de RSE.

De plus, en octobre 2011, le gouvernement du Canada a annoncé la création de l’Institut canadien international pour les industries extractives et le développement. Le nouvel institut mènera des travaux de recherche en politique pour déterminer les meilleures pratiques de gestion dans le secteur de l’extraction pour chaque pays et organisera l’aide technique destinée aux gouvernements et aux communautés dans le cadre d’un partenariat entre le gouvernement fédéral, le secteur privé et des organisations de la société civile du Canada.

D’autres politiques toujours en vigueur comprennent l’Initiative relative à la transparence des industries extractives et les Principes de l’Équateur.

Le gouvernement du Canada définit la responsabilité sociale des entreprises comme les mesures volontaires prises par une entreprise afin d’effectuer ses activités d’une manière durable sur le plan économique, social et environnemental. Les pratiques relatives à la responsabilité sociale des entreprises canadiennes à l’étranger deviennent de plus en plus importantes pour les entreprises en question, les divers intervenants et l’image globale du Canada.