Le ministre Fast souligne les atouts du Canada sur le plan de l’investissement et les avantages concurrentiels enviables que créent nos chaînes d’approvisionnement pour le Canada et les États-Unis

Le ministre Fast a indiqué lors de la conférence que les investissements créateurs d’emplois et le degré d’intégration élevé de nos économies apportent emplois, prospérité et croissance tant aux Canadiens qu’aux Américains

Le 7 mars 2012 - Le ministre du Commerce international et ministre de la porte d’entrée de l’Asie-Pacifique, l’honorable Ed Fast, a rencontré aujourd’hui des dirigeants d’entreprises et des investisseurs américains pour promouvoir les principes économiques fondamentaux solides du Canada et ses avantages commerciaux, ainsi que pour souligner les avantages comparatifs enviables et la prospérité que créent les chaînes d’approvisionnement canado-américaines.

« Comme 1 emploi canadien sur 10 est lié à l’investissement étranger, notre gouvernement est conscient que les nouveaux investissements permettent de créer des emplois et de favoriser la prospérité au profit des entreprises, des travailleurs et des familles du Canada, a indiqué le ministre Fast. Grâce à ses taux d’imposition peu élevés, son économie solide et stable, ses mesures incitatives généreuses pour la recherche et le développement, sa main-d’œuvre qualifiée et sa qualité de vie hors pair, le Canada demeure un excellent partenaire commercial pour les entrepreneurs et les investisseurs américains. Les partenariats stratégiques et les investissements créateurs d’emplois aideront les entreprises canadiennes et américaines à continuer de prospérer, de part et d’autre de la frontière. »

Cette conférence est la dernière d’une série de conférences sur l’investissement organisée à l’échelle des États-Unis en partenariat avec le Financial Times. À Los Angeles, Dallas, Minneapolis, San Francisco, Miami et Washington, ces conférences ont permis de réunir des investisseurs potentiels et des chefs d’entreprise pour discuter des occasions d’investissement prometteuses qu’offrent certains secteurs en pleine croissance de l’économie canadienne.

Le ministre Fast a profité de l’occasion que lui offrait la conférence de Washington pour souligner de récents investissements d’entreprises américaines au Canada. Ainsi, en réponse à une demande accrue, Pioneer Hi-Bred, une filiale en propriété exclusive de DuPont, entreprise mondiale spécialisée dans les sciences, a investi plusieurs millions de dollars pour construire une nouvelle usine de production de semences à Wingham, en Ontario, et pour accroître les activités de ses sept installations de recherche réparties dans l’ensemble du Canada. De plus, le ministre a cité Ellison Surface Technologies, qui a lancé récemment des activités à Bromont, au Québec.

« En tant qu’un des chefs de file de la métallisation au pistolet et de services connexes pour réacteurs d’avions, Ellison se réjouit de l’entente conclue avec GE Aviation, qui deviendra un partenaire au Canada. Il s’agit là de notre premier investissement à l’extérieur des États-Unis, a déclaré M. C. Michael Ellison, président-directeur général d’Ellison Surface Technologies, établie à Cincinnati. Fort d’une économie dynamique et d’une main-d’œuvre qualifiée, le Canada constitue un élément important de nos initiatives stratégiques à long terme. Nous espérons intégrer le secteur canadien dynamique et en plein essor de l’aéronautique, lequel se classe au cinquième rang mondial. »

« Le partenariat canado-américain constitue la plus importante réussite du monde sur le plan du libre-échange, a déclaré le ministre Fast. Nos chaînes d’approvisionnement entièrement intégrées contribuent à la création et au maintien d’environ huit millions d’emplois aux États-Unis. Au quotidien, les avantages stratégiques qui découlent de cette intégration permettent de créer des emplois et de favoriser la prospérité de part et d’autre de la frontière. Il est donc primordial que toute négociation commerciale future protège les avantages concurrentiels enviables que créent ces chaînes d’approvisionnement.

« Selon le magazine Forbes, le Canada arrive premier sur 134 pays en tant que meilleur endroit où faire des affaires. J’invite donc les investisseurs et les chefs d’entreprises américains à se tourner vers leur voisin du Nord au moment d’élaborer leurs stratégies d’expansion à long terme, un choix qui se traduira par une croissance économique et la création d’emplois des deux côtés de la frontière. »

En 2010, les investissements directs des États-Unis au Canada ont atteint 296,7 milliards de dollars américains. De plus, jusqu’à 50 p. 100 des échanges commerciaux des États du Nord et de l’Est sont tout particulièrement tributaires du Canada et ce dernier appuie plus 900 000 emplois en Californie et 600 000 au Texas. À l’heure actuelle, le Canada constitue la principale destination des exportations de 35 États américains.

Pour plus d’information sur la visite du ministre Fast à Washington, prière de consulter la page Le ministre Fast visite Washington et New York.

Pour obtenir des renseignements exhaustifs en plusieurs langues sur les nombreux avantages qu’offre le Canada sur le plan des affaires et des investissements, prière de consulter la page Investir au Canada.

- 30 -

Un document d’information suit.

Pour de plus amples renseignements, les représentants des médias sont priés de communiquer avec :

Rudy Husny
Attaché de presse
Cabinet de l’honorable Ed Fast
Ministre du Commerce international et ministre de la porte d’entrée de l’Asie-Pacifique
613-992-7332

Le Service des relations avec les médias (commerce)
Affaires étrangères et Commerce international Canada
613-996-2000

Document d’information – Avantages concurrentiels du Canada

Le Canada voit d’un bon œil l’investissement étranger qui stimule la croissance économique, la création d’emplois, l’innovation, la capacité concurrentielle et la prospérité du pays à long terme. Entre 2001 et 2010, le Canada a été la huitième destination en importance pour les flux cumulatifs d’investissement étranger direct mondial.

Les solides principes économiques fondamentaux du Canada et ses avantages concurrentiels de calibre mondial en font une destination de choix pour les investisseurs étrangers. Ces avantages comprennent :

Une croissance économique forte : Le Fonds monétaire international prévoit que le Canada affichera une croissance économique parmi les plus rapides des pays du G-7 en 2012. En outre, le Canada a affiché la croissance la plus rapide en matière d’emplois parmi les pays du G-7 depuis le milieu de 2009, récupérant entièrement tous les emplois qu’il avait perdus durant la récession.

De saines finances publiques : Le Canada est entré dans la récession mondiale fort d’une série de budgets équilibrés et d’une dette peu élevée. Il jouit de la meilleure position budgétaire du G-7, et ses perspectives financières sont parmi les plus prometteuses du G-20. Le Canada est en voie de rétablir l’équilibre budgétaire à moyen terme. Le ratio de la dette fédérale au produit intérieur brut (PIB) est demeuré inchangé à 33,9 p. 100 en 2010-2011, et on s’attend à ce que ce taux diminue pour s’établir à 31,7 p. 100 en 2015-2016.

La stabilité financière : La stabilité financière du Canada est soutenue par l’un des secteurs financiers les plus stables au monde, selon le Forum économique mondial. Alors que partout dans le monde, les institutions financières s’effondraient, aucune banque canadienne ni aucune société d’assurance n’a fait faillite. De plus, aucune n’a dû être renflouée. Selon le magazine Global Finance, 5 des 10 banques les plus sûres en Amérique du Nord sont canadiennes.

Des coûts de revient des entreprises et des impôts peu élevés : Le Canada offre un climat d’affaires accueillant à faible taux d’imposition. Le taux d’imposition général que le Canada applique aux nouveaux investissements des entreprises est considérablement moins élevé que celui des autres pays du G-7. Le taux général combiné fédéral-provincial d’imposition du revenu des sociétés du Canada se chiffre à 26 p. 100, se situant en dessous de celui de la plupart des autres pays du G-7 et étant d’environ 13 points de pourcentage inférieur à celui des États-Unis. Le Canada est le premier pays du G-20 à offrir une zone libre de droits de douane pour les fabricants en éliminant les droits de douane sur les intrants manufacturiers, les machines et les équipements.

L’excellence en recherche et en innovation : Le Canada est un milieu propice à la recherche et à l’innovation, notamment en raison d’une infrastructure de R-D de calibre mondial, de mesures fiscales incitatives et de chercheurs talentueux. Au sein du G-7, le Canada est le pays dont les dépenses engagées en R-D dans le secteur de l’enseignement supérieur sont les plus élevées, lorsqu’elles sont mesurées en proportion du PIB. Le Canada offre un des plus généreux programmes de stimulants fiscaux en R-D parmi les pays du monde industrialisé. Grâce aux crédits d’impôts fédéraux et provinciaux, les investisseurs étrangers peuvent épargner, en moyenne, jusqu’à 30 p. 100 sur leurs investissements en R-D au Canada.

Une main-d’œuvre concurrentielle : Le Canada possède une main-d’œuvre très instruite, polyvalente et multiculturelle qui cadre parfaitement avec l’actuelle économie du savoir. Il possède l’une des mains-d’œuvre les plus qualifiées au monde et présente la proportion la plus élevée de diplômés postsecondaires parmi les membres de l’Organisation de coopération et de développement économiques (OCDE). Selon le Forum économique mondial, le Canada se classe au deuxième rang du G-7 et au quatrième rang mondial pour la qualité de ses écoles de gestion.

Une qualité de vie exceptionnelle : La grande qualité de vie du Canada offre un contexte très favorable au succès des personnes, des familles et des entreprises ayant des ramifications internationales. Selon l’index « Vivre mieux » de l’OCDE, le Canada se classe au premier rang du G-7 et au deuxième rang des États membres de l’OCDE sur le plan de la qualité de vie. Selon l’Economist Intelligence Unit, Vancouver, Toronto et Calgary se classent parmi les cinq villes en tête sur le plan de la qualité de vie.

Une porte d’entrée sur le monde : Grâce au temps de navigation le plus court entre l’Amérique du Nord et l’Asie, le Canada offre un accès garanti au fructueux marché nord-américain, formé de près de 450 millions de consommateurs. Le Canada possède des ports internationaux importants sur la côte de l’Atlantique et sur celle du Pacifique (Halifax, Vancouver et Prince Rupert), ainsi que sur la Voie maritime du Saint-Laurent et des Grands Lacs (Montréal). Ainsi, 17 des 20 plus grandes villes canadiennes sont situées à moins de 90 minutes de route de la frontière des États-Unis.

Pour en savoir davantage à ce sujet, prière de consulter la page Investir au Canada.