Le ministre Fast met en lumière les avantages pour la prospérité qui pourraient découler de la participation du Canada aux pourparlers sur le Partenariat transpacifique

Selon le ministre, les Australiens, les Néo-Zélandais et les Canadiens tireraient tous profit de la participation du Canada

Le 3 mai 2012 - Dans le cadre d’une tournée des pays actuellement membres du Partenariat transpacifique (PTP), le ministre du Commerce international et ministre de la porte d’entrée de l’Asie-Pacifique, l’honorable Ed Fast, a conclu aujourd’hui une visite d’une semaine en Australie et en Nouvelle-Zélande.

« Le Canada étant une nation du Pacifique, son intérêt à se joindre au Partenariat transpacifique s’inscrit dans le prolongement logique de sa présence active et croissante dans la région de l’Asie-Pacifique, a affirmé le ministre Fast. Après avoir visité huit des neuf pays membres du PTP, j’ai pu constater que le Canada est considéré comme un partenaire précieux, apte à se joindre aux négociations. Au cours de mes discussions avec mes homologues Craig Emerson de l’Australie et Tim Groser de la Nouvelle-Zélande, nous avons convenu que le resserrement des liens en matière d’investissement et de commerce favoriserait la prospérité des travailleurs dans nos pays respectifs et que nos valeurs communes ainsi que notre attachement envers la libéralisation et l’ouverture du commerce feraient d’emblée du Canada un partenaire hautement apprécié dans les négociations du PTP. »

Plusieurs des principaux regroupements de gens d’affaires des deux pays, dont le Business Council of Australia, ont manifesté leur appui au Canada pour qu’il soit inclus dans les négociations du PTP.

Le ministre Fast a souligné le fait que le Canada, à l’instar de l’Australie et de la Nouvelle-Zélande, s’était élevé avec force contre le protectionnisme sur la scène mondiale, notamment pendant les réunions du G-20 et de l’OMC.

« Tout comme l’Australie et la Nouvelle-Zélande, le Canada est un chef de file dans le domaine du libre-échange et il agit concrètement pour promouvoir le commerce libre et ouvert, a déclaré le ministre Fast. Depuis 2009, notre gouvernement a éliminé plus de 1 800 tarifs douaniers et procuré plus de 435 millions de dollars en allègements tarifaires annuels aux entreprises canadiennes. D’ici 2015, le Canada deviendra le premier pays du G-20 à offrir une zone franche de droits de douane pour le secteur manufacturier, en plus d’avoir retiré le monopole de la Commission canadienne du blé. Bref, le Canada devient l’une des économies les plus ouvertes du monde. Nos gestes démontrent à quel point nous sommes sérieux lorsque nous disons vouloir obtenir des résultats ambitieux dans nos négociations commerciales ou lorsque nous affirmons que nous pouvons atteindre, voire surpasser les visées actuelles des membres du PTP. »

À Wellington, conjointement avec le ministre du Revenu de la Nouvelle-Zélande, M. Peter Dunne, le ministre Fast a signé une convention fiscale actualisée qui contribuera à éliminer les barrières fiscales au commerce et à l’investissement entre le Canada et la Nouvelle-Zélande et à renforcer les liens économiques bilatéraux. Cet accord est conforme à l’engagement de longue date du gouvernement Harper de chercher de nouveaux débouchés commerciaux et de nouvelles possibilités d’investissement pour les Canadiens, y compris le PTP.

« Tous les membres du PTP voient d’un bon œil l’intérêt du Canada, et l’appui en faveur de l’entrée du Canada dans les pourparlers du PTP est de plus en plus manifeste, a précisé le ministre Fast. Durant mes visites, cette semaine, j’ai été heureux d’approfondir les discussions avec mes homologues australiens et néo-zélandais et je me réjouis qu’ils aient reconnu, tout comme nous, que le Canada serait un partenaire précieux à la table de négociation du PTP. »

Le commerce bilatéral de marchandises entre le Canada et l’Australie était évalué à 3,7 milliards de dollars en 2011, ce qui représente une progression de près de 9 p. 100 par rapport à 2010. Le stock d’investissement direct canadien en Australie a doublé de la fin de 2009 à la fin de 2011, passant de 12,5 à 25,3 milliards de dollars, faisant de l’Australie la cinquième destination de l’investissement direct canadien à l’étranger. Le stock d’investissement direct australien au Canada s’établissait à 5,6 milliards de dollars à la fin de 2011.

Les échanges bilatéraux de marchandises entre le Canada et la Nouvelle-Zélande ont totalisé 932,1 millions de dollars en 2011. Le stock d’investissement direct canadien en Nouvelle-Zélande a connu une forte hausse de la fin de 2006 à la fin de 2011, passant de 379 à 912 millions de dollars.

Prière de consulter le document d’information ci-après pour obtenir des renseignements sur les efforts constants déployés par le gouvernement Harper afin d’aider les entreprises canadiennes à croître et à réussir à l’étranger, ainsi que les efforts visant à promouvoir le Canada en tant que destination d’investissement de choix.

Pour de plus amples renseignements sur les visites, prière de consulter la page Visite commerciale en Australie et en Nouvelle-Zélande.

- 30 -

Un document d’information suit.

Pour de plus amples renseignements, les représentants des médias sont priés de communiquer avec :

Rudy Husny
Attaché de presse
Cabinet de l’honorable Ed Fast
Ministre du Commerce international et ministre de la porte d’entrée de l’Asie-Pacifique
613-992-7332

Le Service des relations avec les médias (commerce)
Affaires étrangères et Commerce international Canada
613-996-2000
Suivez-nous sur Twitter : @Commerce_Canada

Document d’information

Pendant sa visite en Australie et en Nouvelle-Zélande, le ministre Fast a mis l’accent sur les succès remportés par les Canadiens à l’étranger, en plus de rencontrer des investisseurs clés au Canada.

Australie

Le ministre Fast a visité le bâtiment écologique primé de la société Brookfield, à Sydney. Cette entreprise, comptant actuellement 2 200 employés répartis dans sept installations en Australie, gère un actif de plus de 16 milliards de dollars.

Le ministre a également rencontré des représentants de Bombardier Produits récréatifs (BRP), dont les véhicules sont utilisés par les sauveteurs bénévoles de Sydney chargés d’assurer la sécurité des utilisateurs de la plage. De conception canadienne, le Can-Am Commander SSV profite d’une vaste équipe, en poste au Canada, d’ingénieurs et d’agents du service à la clientèle. Le Can-Am Spyder Roadster a été conçu et mis au point à l’usine Bombardier de Valcourt, au Québec, où il est également fabriqué.

Plenary Group PTY Ltd. est le plus important promoteur spécialisé dans les projets à long terme de partenariats public-privé (PPP) et de financement et approvisionnement non conventionnels (FPNC) en Australie et au Canada. L’entreprise gère 20 projets, dont la capitalisation excède les 10 milliards de dollars. Les projets de la société ont permis à bon nombre d’entreprises canadiennes de percer le marché australien, dont PCL Constructors Inc., qui a participé à la réalisation du Victorian Comprehensive Cancer Centre, et à des entreprises australiennes d’accéder au marché canadien, ce qui fut le cas de la société d’architecture Silver Thomas Hanley.

Plenary Group Canada a réalisé avec succès 10 projets de PPP/FPNC au Canada, dont la capitalisation dépasse les 5,3 milliards de dollars.

Le groupe australien Macquarie Limited a récemment entrepris des activités de commercialisation du pétrole brut canadien à Calgary. L’entreprise a ouvert son premier bureau au Canada en 1998, une présence qui ne cesse de croître depuis lors. L’entreprise, dont le siège social se trouve à Toronto, emploie environ 1 000 travailleurs au Canada répartis dans 14 bureaux d’un bout à l’autre du pays.

Nouvelle-Zélande

Le ministre Fast a souligné les récents investissements fructueux entre le Canada et la Nouvelle-Zélande, notamment l’acquisition par le Canadian Helicopters Group Inc. de la société Helicopters (NZ) Limited, au coût de 120 millions de dollars.

Le ministre Fast a souligné les succès remportés par des entreprises canadiennes qui mènent actuellement des activités en Nouvelle-Zélande, comme l’entreprise Lululemon Athletica Inc., qui se spécialise dans la confection de vêtements.