Le Canada et les États-Unis doivent collaborer pour trouver de nouveaux débouchés sur les marchés de l’Asie-Pacifique, déclare le ministre Fast dans un discours devant la Chambre de commerce américaine

La participation du Canada au Partenariat transpacifique profitera autant aux travailleurs canadiens qu’aux travailleurs américains, affirme le ministre

Le 17 mai 2012 - Le ministre du Commerce international et ministre de la porte d’entrée de l’Asie-Pacifique, l’honorable Ed Fast, a affirmé aujourd’hui dans un discours prononcé devant des membres de la Chambre de commerce des États-Unis, à Ottawa, que le Canada et les États-Unis doivent approfondir leurs relations commerciales bilatérales, tout en collaborant pour trouver de nouveaux débouchés dans la région de l’Asie-Pacifique.

« À l’heure actuelle, notre gouvernement met en œuvre le plus ambitieux plan de stimulation du commerce de notre histoire, afin de favoriser la création d’emplois, la croissance et la prospérité à long terme pour les travailleurs, les entreprises et les familles du Canada, a expliqué le ministre Fast. Bien sûr, nous continuons aussi de concentrer nos efforts sur les moyens de renforcer les échanges et les investissements avec notre plus important partenaire commercial, les États-Unis. »

Le ministre Fast a mis l’accent sur deux initiatives importantes dans le cadre desquelles le Canada et les États-Unis collaborent présentement en vue de favoriser les échanges commerciaux, qui sont le moteur de la prospérité et qui appuient les familles des deux côtés de la frontière. Le ministre a mentionné le Plan d'action frontalier, qui vise à améliorer la circulation des personnes et des marchandises, ainsi que le Conseil de coopération mixte en matière de réglementation, qui a pour mandat de mieux harmoniser la réglementation des deux pays en éliminant les règlements inutiles et les formalités administratives qui freinent la croissance.

« L’année dernière, le commerce bilatéral entre nos deux pays a dépassé les 700 milliards de dollars, a indiqué le ministre Fast, ce qui représente plus de 1,9 milliard de dollars par jour ou encore 1,3 million de dollars par minute. Ces chiffres représentent des emplois, soit 2,4 millions ici au Canada et 8 millions aux États-Unis. Le renforcement des échanges commerciaux favorisera la création d’emplois et la prospérité des deux côtés de la frontière en cette période difficile.

« Le degré d’intégration de nos économies et les avantages concurrentiels que procurent nos chaînes d’approvisionnement constituent autant de raisons pour lesquelles nous devrions unir nos efforts, en particulier lorsque nous cherchons de nouveaux débouchés dans la région de l’Asie-Pacifique, qui connaît une rapide croissance. »

Le ministre Fast a fait valoir que pour les raisons ci-haut mentionnées, il est important pour le Canada de prendre part dès que possible aux négociations en vue de conclure un Accord de partenariat transpacifique (PTP). Il a aussi ajouté que le Canada et les États Unis adoptaient déjà des positions communes sur un éventail de questions, dont le travail, l’investissement et la collaboration en matière de réglementation.

« Notre gouvernement continuera de prendre les mesures nécessaires pour faire du partenariat canado-américain la plus grande réussite du monde en matière de libre échange et un partenariat qui continuera de se consolider dans les années à venir. C’est pourquoi je passe plus de temps aux États-Unis à promouvoir le commerce que dans tout autre pays, a expliqué le ministre Fast. Les liens étroits qui existent entre le Canada et les États-Unis font de nous des partenaires commerciaux naturels. C’est pourquoi nous pouvons et devrions bâtir le Partenariat transpacifique ensemble afin de nous assurer que cette entente soit de grande qualité et profite aux travailleurs et aux familles de nos deux pays, comme ce fut le cas pour l’ALENA. »

C’est aux États-Unis que se trouvent les plus importants réseaux diplomatiques et commerciaux du Canada.

- 30 -

Un document d’information suit.

Pour de plus amples renseignements, les représentants des médias sont priés de communiquer avec :

Rudy Husny
Attaché de presse
Cabinet de l’honorable Ed Fast
Ministre du Commerce international et ministre de la porte d’entrée de l’Asie-Pacifique
613-992-7332

Le Service des relations avec les médias (commerce)
Affaires étrangères et Commerce international Canada
613-996-2000
Suivez-nous sur Twitter : @Commerce_Canada

Document d’information – Renforcer l’avantage canado-américain

Les gouvernements canadien et américain travaillent afin de s’assurer que les entreprises des deux pays puissent plus facilement faire des affaires ensemble. Voici quelques-unes de ces récentes initiatives :

  • Dans le cadre de ses engagements pris dans le Plan d'action « Par-delà la frontière », visant à faciliter la conduite des activités commerciales transfrontalières, les gouvernements canadien et américain organiseront conjointement des consultations avec des intervenants au Canada et aux États-Unis. Les commentaires des intervenants à l’égard des engagements, ainsi que les recommandations sur les améliorations supplémentaires, seront également acceptés en ligne jusqu’au 15 juin 2012.
  • Le Conseil de coopération en matière de réglementation Canada-États-Unis a publié son plan d’action en décembre dernier. En ce qui a trait aux questions réglementaires, les solutions proposées dans le plan ont pour but d’instaurer des mesures permanentes et durables, en vue de maintenir les nouveaux niveaux de collaboration et d’harmonisation. Les entreprises bénéficieront de la réduction ou de l’élimination d’exigences réglementaires ou administratives inutiles ou faisant double emploi, ce qui entraînera une baisse des coûts et, au bout du compte, une plus grande efficience des activités commerciales, ainsi qu’une amélioration des conditions concurrentielles.
  • Au Canada, un projet pilote sera lancé au cours de l'année. Il s’agira d’une cargaison maritime arrivant au port de Prince-Rupert, qui sera ensuite acheminée par voie ferrée vers les États-Unis, ainsi qu'une cargaison maritime arrivant à Montréal, acheminée ensuite par camion vers les États-Unis. Un programme de vérification de sécurité préalable des cargaisons, qui a été approuvé par les deux pays, permettra d’accélérer le transport de marchandises.
  • Le Canada et les États-Unis simplifient également les processus pour les personnes traversant fréquemment la frontière. Récemment, l’Agence des services frontaliers du Canada et la U.S. Customs and Border Protection ont annoncé un plan visant à accroître les avantages d’un programme bien établi, le programme NEXUS, ainsi qu’à simplifier le processus de renouvellement de l’adhésion au programme.
  • Une récente annonce du ministre de l'Environnement, l'honorable Peter Kent, au sujet des nouveaux règlements sur les émissions de gaz à effet de serre des véhicules lourds routiers est bien accueillie par les fabricants canadiens de véhicules, qui jugent ce programme important pour l'industrie nord-américaine intégrée de la fabrication de véhicules. Les gouvernements poursuivent leurs recherches en vue de trouver des façons d’éliminer les différences inutiles entre leurs exigences réglementaires, différences coûteuses et qui compromettent la croissance économique et la création d’emplois.
  • Le gouvernement du Canada continuera de réduire la paperasse pour les petites entreprises, afin qu’elles puissent concentrer sur ce qu’elles font le mieux : soutenir la reprise économique en créant des emplois et en stimulant la croissance dans les communautés à travers le Canada. La Commission sur la réduction de la paperasse s'est attaquée à l'un des plus importants obstacles à la compétitivité commerciale : les processus administratifs et la paperasse gouvernementale inutiles. Le gouvernement du Canada étudie soigneusement les recommandations de la Commission afin d’élaborer un plan d’action pour réduire la paperasse. Une règle du « un-pour-un », adoptée le 1er avril 2012, contribuera à contrôler le fardeau administratif. Cette règle a pour but de contrôler les coûts qui irritent le plus les gens d’affaires, c’est-à-dire le temps et l’argent consacrés à remplir des formulaires et à les envoyer au gouvernement.
  • Le gouvernement Harper a éliminé plus de 1 800 droits de douane, notamment les droits appliqués aux machines, à l’équipement et aux intrants manufacturiers importés, faisant du Canada la première zone franche du G-20 pour les fabricants.

Certaines réalisations commerciales récentes, qui ont été facilitées par le Service des délégués commerciaux du Canada, illustrent les liens solides entre le Canada et les États-Unis :

  • IBM Canada a établi un partenariat avec plusieurs universités ontariennes de renom pour bâtir un centre de recherche et de développement virtuel de 210 millions de dollars. Le Centre de recherche et de développement IBM Canada créera 145 nouveaux emplois pour des travailleurs hautement qualifiés, ainsi que des emplois liés à l'infrastructure de soutien connexe.
  • Arkadium, un concepteur de jeux de New York comptant environ 150 employés, augmentera à 10 le nombre d’employés à son centre de mise au point de jeux mobiles de Toronto (ouvert en mai 2011). Cette expansion nécessitera de nouveaux employés hautement qualifiés, comme des concepteurs de logiciels, des programmeurs et des ingénieurs en logiciel.
  • Gameview Studios, la filiale américaine de DeNA Co. Ltd., une entreprise japonaise internationale de jeux vidéo, a ouvert un studio à Vancouver, qui emploiera 40 concepteurs en vue d’appuyer les opérations de Gameview à Silicon Valley. Gameview vise à mettre à profit les compétences des ingénieurs et des concepteurs diplômés des écoles de la Colombie‑Britannique.
  • GameHouse Canada, une division de RealNetworks, Inc., de Seattle, a annoncé des projets d’expansion de ses installations à Victoria. Cette expansion doublera le nombre d’employés, l’établissant à 45, et triplera sa surface de bureaux.
  • Medtronic CryoCath a annoncé l'augmentation de ses activités de recherche, de formation et de fabrication à Montréal. Ce projet ajoutera 205 nouveaux emplois dans les deux installations montréalaises de l'entreprise, ce qui représente un investissement de 50 millions de dollars.
  • La Defense Advanced Research Projects Agency a attribué à Medicago USA, une filiale en propriété exclusive de la société de Québec, Medicago Inc., une subvention de 21 millions de dollars américains pour qu’elle fournisse, aux États-Unis, des services de fabrication évolutive pour ses vaccins uniques à base de plantes, dans le cadre d’un accord d’investissement en technologie. Conformément à cet accord, l’entreprise mettra sur pied des installations de 90 000 pieds carrés dans le Research Triangle Park en Caroline du Nord.