Le ministre Fast se réjouit des nouveaux investissements créateurs d’emplois qu’ont annoncés les sociétés allemandes de pointe Mercedes-Benz et K+S

Le faible taux d’imposition, un solide Plan d’action économique et une main-d’œuvre qualifiée renforcent la position du Canada comme destination de choix pour les investissements, déclare le ministre

Le 21 juin 2012 - Le ministre du Commerce international et ministre de la porte d’entrée de l’Asie-Pacifique, l’honorable Ed Fast, a souligné aujourd’hui les solides assises économiques du Canada et les avantages parmi les meilleurs du monde dont jouit le Canada en matière d’investissements, en se réjouissant des investissements qu’ont annoncés deux importantes entreprises allemandes. Mercedes-Benz Canada, Inc., une filiale de Daimler AG, a officiellement inauguré la première usine automobile consacrée à la production et à la conception technologique de production de modules de piles à combustible. Plus tôt cette semaine, K+S a donné le coup d’envoi à la construction de sa nouvelle mine de potasse, le projet Legacy, près de Moose Jaw, en Saskatchewan.

« Je tiens à féliciter Mercedes et K+S d’avoir choisi d’investir au Canada et de créer ainsi plus de 1 000 nouveaux emplois pour les travailleurs canadiens, a déclaré le ministre Fast. Ces investissements représentent des jalons importants pour deux grands secteurs en pleine croissance de l’économie canadienne. Ils témoignent aussi des liens solides qui unissent l’Allemagne et le Canada en matière de commerce et d’investissement. En profitant de nos solides assises économiques, de notre main-d’œuvre qualifiée, de nos politiques favorables au commerce et notre faible taux d’imposition, les politiques économiques de notre gouvernement ont fait du Canada une destination de choix pour les investissements, ce qui favorise la création d’emplois, la croissance et la prospérité à long terme pour les travailleurs canadiens et leurs familles. »

« Nous sommes fiers de situer au Canada notre nouvelle installation de production et de conception technologique de production de modules de piles à combustible, a déclaré le président et directeur général de Mercedes-Benz Canada, M. Tim A. Reuss. La concentration d’activités d’assemblage de modules de piles à combustible et la disponibilité de travailleurs du savoir hautement qualifiés font en sorte qu’il n’y a pas de meilleur endroit au monde pour réunir le développement et la production de modules de piles à combustible pendant que nous travaillons à la commercialisation de cette technologie évoluée sans émission locale. »

Le secteur canadien de l’hydrogène et des piles à combustible est un centre mondial d’excellence reconnu dans le monde entier pour ses capacités en matière de recherche, de développement et de commercialisation initiale. Selon le profil 2012 du secteur canadien de l’hydrogène et des piles à combustible (en anglais seulement), les recettes dans ce secteur ont plus que doublé, passant de 97 millions de dollars en 2001 à 211 millions de dollars en 2011, et le nombre d’emplois a augmenté de 14 p. 100, passant de 1 772 emplois en 2001 à 2 025 en 2011, en hausse constante. Le gouvernement du Canada offre un appui solide au secteur par l’intermédiaire du Conseil de recherches en sciences naturelles et en génie du Canada et de Diversification de l’économie de l’Ouest Canada, sans parler de l’infrastructure de recherche de calibre mondial que procure le Conseil national de recherches du Canada.

« Comme 1 emploi canadien sur 10 est lié à l’investissement étranger, notre gouvernement est bien conscient que les nouveaux investissements qu’il attire améliorent l’avantage concurrentiel du Canada, rehaussent la productivité et favorisent l’innovation, a déclaré le ministre Fast. Je continuerai à encourager l’investissement direct étranger dans notre pays et à faire part aux investisseurs mondiaux des nombreuses raisons pour lesquelles, selon la revue Forbes, le Canada est le meilleur pays au monde où faire des affaires. »

« Nous sommes convaincus que le projet Legacy représente un investissement dans l’avenir de notre société, un investissement dans la population de la Saskatchewan et un investissement dans un avenir durable », a déclaré le président du conseil d’administration de K+S, M. Norbert Steiner, dont la société construit la première nouvelle mine de potasse en Saskatchewan depuis près de 40 ans. « Le projet Legacy créera de l’emploi pour les travailleurs de la Saskatchewan et offrira de nouvelles possibilités d’affaires pour les entreprises canadiennes qui fournissent des produits et des services à cet important projet de développement économique. Comme la demande mondiale de potasse est en pleine croissance, nous reconnaissons l’importance d’investir dans un pays qui possède un environnement favorable aux entreprises et une économie stable. »

Le Canada est le premier producteur de potasse au monde; ce secteur emploie plus de 4 000 personnes. En 2011, la potasse se maintenait au premier rang pour la valeur de production minérale canadienne, avec des expéditions totalisant 8 milliards de dollars. À la suite d’une demande mondiale croissante de potasse, les volumes de production ont atteint un nouveau sommet historique en 2011, avec une augmentation de 13,5 p. 100 par rapport à 2010 (données tirées du bulletin d’information Production minérale – Bulletin d’information, mars 2012 de Ressources naturelles Canada).

En 2011, les efforts du gouvernement Harper en matière de promotion des investissements ont permis d’attirer 155 entreprises étrangères et des projets d’expansion d’une valeur de plus de 20 milliards de dollars pour l’économie canadienne. Plus de 7 500 nouveaux emplois en ont découlés.

Le Service des délégués commerciaux du Canada (SDC) a aidé les deux sociétés allemandes tout au long du développement de ces deux projets d’investissement. Le SDC a un bureau dans plus de 150 villes du monde et des bureaux régionaux dans tout le Canada.

- 30 -

Un document d’information suit.

Pour de plus amples renseignements, les représentants des médias sont priés de communiquer avec :

Rudy Husny
Attaché de presse
Cabinet de l’honorable Ed Fast
Ministre du Commerce international et ministre de la porte d’entrée de l’Asie-Pacifique
613-992-7332

Le Service des relations avec les médias (commerce)
Affaires étrangères et Commerce international Canada
613-996-2000
Suivez-nous sur Twitter : @Commerce_Canada

Document d’information – Avantages concurrentiels du Canada

Le Canada voit d’un bon œil l’investissement étranger qui stimule la croissance économique, la création d’emplois, l’innovation, la capacité concurrentielle et la prospérité du pays à long terme. De 2001 à 2010, le Canada a été la huitième destination en importance pour les flux cumulatifs d’investissement étranger direct mondial. Les solides assises économiques du Canada et ses avantages concurrentiels de calibre mondial en font une destination de choix pour les investisseurs étrangers. Ces avantages comprennent :

Une croissance économique forte : Le Fonds monétaire international prévoit que le Canada affichera une croissance économique parmi les plus rapides des pays du G-7 en 2012. En outre, le Canada a affiché la croissance la plus rapide en matière d’emplois parmi les pays du G-7 depuis le milieu de 2009, récupérant tous les emplois qu’il avait perdus durant la récession.

De saines finances publiques : Le Canada est entré dans la récession mondiale fort d’une série de budgets équilibrés et d’une dette peu élevée. Il jouit de la meilleure position budgétaire du G-7, et ses perspectives financières sont parmi les plus prometteuses du G-20. Le Canada est en voie de rétablir l’équilibre budgétaire à moyen terme. Le ratio de la dette fédérale au produit intérieur brut (PIB) est demeuré inchangé à 33,9 p. 100 en 2010-2011, et on s’attend à ce que ce taux diminue pour s’établir à 30,1 p. 100 en 2015-2016.

La stabilité financière : La stabilité financière du Canada est soutenue par un secteur financier que le Forum économique mondial qualifie du plus stable au monde, et ce, depuis quatre ans. Alors que, partout dans le monde, les institutions financières s’effondraient, aucune banque canadienne ni aucune société d’assurance n’a fait faillite. De plus, aucune n’a dû être renflouée. Selon la revue Global Finance, 6 des 10 banques les plus sûres en Amérique du Nord sont canadiennes.

Des coûts de revient des entreprises peu élevés et un faible taux d’imposition : Le Canada offre un climat d’affaires accueillant à faible taux d’imposition. Le taux d’imposition général que le Canada applique aux nouveaux investissements des entreprises est considérablement moins élevé que celui des autres pays du G-7. Le taux général combiné fédéral-provincial d’imposition du revenu des sociétés du Canada se chiffre à 26 p. 100, se situant en dessous de celui de la plupart des autres pays du G-7 et étant d’environ 13 points de pourcentage inférieur à celui des États-Unis. Le Canada est le premier pays du G-20 à offrir une zone libre de droits de douane pour les fabricants, en éliminant les droits de douane sur les intrants manufacturiers, les machines et les équipements.

L’excellence en recherche et en innovation : Le Canada est un milieu propice à la recherche et à l’innovation, notamment en raison d’une infrastructure de R-D de calibre mondial, de mesures fiscales incitatives et de chercheurs talentueux. Au sein du G-7, le Canada est le pays dont les dépenses engagées en R-D dans le secteur de l’enseignement supérieur sont les plus élevées, lorsqu’elles sont mesurées en proportion du PIB. Le Canada offre l’un des plus généreux programmes de stimulants fiscaux en R-D parmi les pays du monde industrialisé. Grâce aux crédits d’impôts fédéraux et provinciaux, les investisseurs étrangers peuvent épargner, en moyenne, jusqu’à 30 p. 100 sur leurs investissements en R-D au Canada.

Une main-d’œuvre concurrentielle : Le Canada possède une main-d’œuvre très instruite, polyvalente et multiculturelle qui est bien adaptée à l’actuelle économie du savoir. Il possède l’une des mains-d’œuvre les plus qualifiées du monde et présente la proportion la plus élevée de diplômés postsecondaires parmi les membres de l’Organisation de coopération et de développement économiques (OCDE). Selon le Forum économique mondial, le Canada se classe au deuxième rang du G-7 et au quatrième rang mondial pour la qualité de ses écoles de gestion. Selon l’Institute for Management Development en Suisse, le Canada possède le nombre le plus élevé d’ingénieurs qualifiés parmi les pays du G-7.

Une qualité de vie exceptionnelle : La grande qualité de vie du Canada offre un contexte très favorable au succès des personnes, des familles et des entreprises actives à l’échelle mondiale. Selon l’index « Vivre mieux » de l’OCDE, le Canada se classe au premier rang du G-7 et au sixième rang des États membres de l’OCDE sur le plan de la qualité de vie. Selon l’Economist Intelligence Unit, Vancouver, Toronto et Calgary se classent parmi les cinq premières villes du monde sur le plan de la qualité de vie.

Une porte d’entrée sur le monde : Grâce au temps de navigation le plus court entre l’Amérique du Nord et l’Asie, le Canada offre un accès garanti au lucratif marché nord-américain et à ses quelque 460 millions de consommateurs. Le Canada possède des ports internationaux importants sur la côte de l’Atlantique et sur celle du Pacifique (Halifax, Vancouver et Prince Rupert), ainsi que sur la Voie maritime du Saint-Laurent (Montréal). En outre, 17 des 20 plus grandes villes canadiennes sont situées à moins de 90 minutes de route de la frontière avec les États-Unis.

Pour en savoir davantage, prière de consulter Investir au Canada.