Selon le secrétaire parlementaire Keddy, l’accord commercial avec l’UE apportera emploi, croissance et prospérité à long terme à l’Île-du-Prince-Édouard

Le gouvernement Harper est déterminé à favoriser la réussite et la croissance des entreprises locales, déclare le secrétaire parlementaire Keddy

Le 12 septembre 2012 - Le secrétaire parlementaire du ministre du Commerce international, pour l’Agence de promotion économique du Canada atlantique et pour la porte d’entrée de l’Atlantique, M. Gerald Keddy, a conclu aujourd’hui une visite de deux jours à l’Île-du-Prince-Édouard au cours de laquelle il a mis en lumière les avantages que des secteurs importants de l’économie de la province retireraient d’un accord économique et commercial global avec l’Union européenne. M. Keddy était accompagné de la ministre du Revenu national, l’honorable Gail Shea.

La ministre Shea et le secrétaire parlementaire Keddy ont visité aujourd’hui à Summerside les installations de Vector Aerospace Engines Services – Atlantic, en plus de participer à une table ronde à Slemon Park avec des représentants de l’industrie aérospatiale du Canada atlantique, pour faire le point sur l’état des négociations commerciales avec l’Union européenne.

« Notre gouvernement s’est engagé, en vertu de son plan axé sur le commerce, à favoriser la réussite et la croissance des entreprises, a déclaré le secrétaire parlementaire Keddy. C’est pourquoi nous avons mis en œuvre le programme de libre-échange le plus ambitieux de l’histoire du Canada, dans lequel s’insère la conclusion d’un accord commercial avec l’Union européenne. Un accord économique et commercial global bénéficierait aux entreprises canadiennes, y compris dans le secteur de l’aérospatiale, en facilitant les échanges commerciaux et en favorisant la création d’emplois et la prospérité à long terme en faveur de tous les Canadiens. »

Hier, la ministre Shea et le secrétaire parlementaire Keddy ont entrepris leur tournée de l’Île-du-Prince-Édouard en assistant au lancement du calendrier des événements commerciaux de Trade Team P.E.I., pour promouvoir le commerce et les exportations dans toute la région de l’Atlantique. Ils ont ensuite animé une table ronde à l’association Farm Centre, à Charlottetown, portant principalement sur les avantages d’un accord commercial Canada-Union européenne pour les travailleurs agricoles de la province et leurs familles.

« Notre gouvernement met l’accent sur l’emploi, la croissance et la prospérité à long terme, a affirmé la ministre Shea. Un accord commercial avec l’Union européenne procurera des gains importants aux entreprises et aux travailleurs de l’Île-du-Prince-Édouard, où plus de 3 700 fermiers et leurs familles tirent leur subsistance de l’agriculture. Un accord commercial Canada-Union européenne serait bénéfique pour ce secteur névralgique et profiterait directement, ici même dans la province, aux travailleurs et aux familles qui en dépendent. »

De passage dans la localité de Morell, hier, la ministre Shea et le secrétaire parlementaire Keddy ont visité l’usine de transformation de l’entreprise Mussel King, où ils ont mis en lumière les retombées bénéfiques d’un ambitieux accord commercial Canada-Union européenne pour l’industrie du poisson et des fruits de mer de l’Île du-Prince-Édouard. L’UE est le plus important marché de poisson et de fruits de mer du monde, ses importations annuelles ayant atteint en moyenne 23 milliards de dollars entre 2009 et 2011.

« Le secteur du poisson et des fruits de mer est un moteur important de l’économie de l’Île-du-Prince-Édouard, a ajouté le secrétaire parlementaire Keddy. Ce secteur fait vivre plus de 3 900 pêcheurs de la province et leurs familles. La diminution des obstacles tarifaires ferait augmenter les ventes de poisson et de fruits de mer de calibre mondial de l’Île-du-Prince-Édouard dans le lucratif marché de l’UE, fort de 500 millions de consommateurs, ce qui profiterait directement aux travailleurs de la province en stimulant la croissance de l’emploi, en relevant les salaires et en assurant une prospérité à plus long terme. »

L’Union européenne est le deuxième partenaire commercial en importance du Canada après les États Unis. Selon une étude économique conjointe Canada-Union européenne publiée en octobre 2008, un accord commercial injecterait 12 milliards de dollars annuellement dans l’économie canadienne et accroîtrait le commerce bilatéral de 20 p. 100. Cela équivaudrait à créer 80 000 emplois au Canada — soit deux fois le nombre actuel d’emplois dans les villes de Charlottetown et de Summerside — ou encore à mettre en moyenne 1 000 dollars dans les poches de chaque famille canadienne.

En moins de six ans, le Canada a conclu des accords de libre-échange avec neuf pays, soit la Colombie, le Honduras, la Jordanie, le Panama, le Pérou et les membres de l’Association européenne de libre-échange, soit l’Islande, le Liechtenstein, la Norvège et la Suisse. Le Canada a entrepris en outre de resserrer ses liens en matière de commerce et d’investissement avec les grands marchés dynamiques en plein essor, notamment le Brésil, la Chine, l’Union européenne, l’Inde et le Japon.

Pour plus d’information sur les avantages d’un accord commercial ambitieux Canada-Union européenne, veuillez consulter Négociations en vue d’un accord économique et commercial global entre le Canada et l’Union européenne.

- 30 -

Pour de plus amples renseignements, les représentants des médias sont priés de communiquer avec :

Alicia Swinamer
Adjointe du secrétaire parlementaire Gerald Keddy
Cabinet de l’honorable Ed Fast
Ministre du Commerce international et ministre de la porte d’entrée de l’Asie Pacifique
613-992-7332

Le Service des relations avec les médias (commerce)
Affaires étrangères et Commerce international Canada
613-996-2000
Suivez-nous sur Twitter : @Commerce_Canada