À compter d’aujourd’hui, le gouvernement Harper assure un avantage concurrentiel aux exportateurs canadiens sur le marché panaméen

L’entrée en vigueur de l’Accord de libre-échange Canada-Panama élimine les droits de douane sur plus de 90 p. 100 des exportations canadiennes vers l’un des marchés des Amériques qui connaissent la plus forte croissance

Le 1er avril 2013 - Le ministre du Commerce international et ministre de la porte d’entrée de l’Asie-Pacifique, l’honorable Ed Fast, a annoncé aujourd’hui l’entrée en vigueur d’un accord bilatéral de libre-échange entre le Canada et Panama, qui confère immédiatement un avantage concurrentiel aux exportateurs canadiens.

« Le Plan d’action économique du Canada, qui met l’accent sur la création d’emplois, la croissance et la prospérité à long terme dans chaque région du pays, prévoit aussi l’ouverture de nouveaux marchés afin d’accroître les exportations canadiennes, a déclaré le ministre Fast. À compter d’aujourd’hui, cet accord historique profitera aux exportateurs canadiens en abolissant immédiatement les droits sur plus de 90 p. 100 des exportations canadiennes de marchandises à destination du Panama. Les travailleurs et les entreprises œuvrant dans un vaste éventail de secteurs de l’économie canadienne, dont l’aérospatiale, les produits pharmaceutiques, les pâtes et papiers, et l’agriculture et l’agroalimentaire, vont profiter de cette avancée des relations commerciales entre le Canada et le Panama. »

« Les échanges commerciaux entre le Canada et le Panama continuent de progresser à pas de géant : ils ont augmenté de 62 p. 100 en moins de quatre ans, a déclaré la ministre d’État des Affaires étrangères (Amériques et Affaires consulaires), l’honorable Diane Ablonczy. Cet accord prouve encore une fois l’engagement de notre gouvernement à consolider la présence du Canada dans les Amériques afin d’accroître les débouchés économiques pour les Canadiens et d’assurer des avantages réels aux peuples de l’hémisphère, contribuant ainsi à leur prospérité. »

En moins de six ans, le gouvernement Harper a conclu des accords de libre-échange avec neuf pays : la Colombie, le Honduras, la Jordanie, le Panama, le Pérou et les États membres de l’Association européenne de libre-échange, soit l’Islande, le Liechtenstein, la Norvège et la Suisse. En outre, le Canada mène actuellement des négociations commerciales avec l’Union européenne, l’Inde, le Japon et les membres du Partenariat transpacifique. Enfin, le Canada a obtenu récemment le statut d’observateur auprès de l’Alliance du Pacifique, un regroupement de marchés en forte croissance d’Amérique latine. Ces réalisations ont constitué un élément clé des efforts du gouvernement Harper pour ouvrir de nouveaux marchés et augmenter les exportations canadiennes, en accord avec le plan de stimulation du commerce le plus ambitieux de l’histoire du pays

Pour en savoir davantage, prière de consulter la page Accord de libre-échange Canada-Panama.

- 30 -

Un document d’information suit.

Pour de plus amples renseignements, les représentants des médias sont priés de communiquer avec :

Rudy Husny
Attaché de presse
Cabinet de l’honorable Ed Fast
Ministre du Commerce international et ministre de la porte d’entrée de l’Asie-Pacifique
613-992-7332
rudy.husny@international.gc.ca

Le Service des relations avec les médias (commerce)
Affaires étrangères et Commerce international Canada
613-996-2000
Suivez-nous sur Twitter : @Commerce_Canada

Document d’information – Les avantages de l’Accord de libre-échange Canada-Panama

Marché émergent en forte croissance, le Panama représente un partenaire commercial stratégique pour le Canada, malgré sa petite taille. En 2011, les échanges bilatéraux de marchandises se sont chiffrés à 235 millions de dollars, ce qui représente un bond de 105 p. 100 au cours des cinq dernières années. Dès l’entrée en vigueur de l’Accord de libre-échange Canada-Panama, les biens et services canadiens bénéficieront d’un meilleur accès au marché panaméen et les investissements canadiens, d’une plus grande protection.

Une fois que l’accord aura été mis en œuvre, le 1er avril 2013, le Panama abolira immédiatement les droits sur 95 p. 100 des produits non agricoles et 78 p. 100 des produits agricoles importés du Canada, dont les produits suivants :

  • les machines industrielles et de construction (droits pouvant atteindre 15 p. 100);
  • certains produits du porc (droits pouvant atteindre 70 p. 100);
  • certains produits du bœuf (droits pouvant atteindre 30 p. 100);
  • les produits du bois (droits pouvant atteindre 15 p. 100);
  • les véhicules (droits pouvant atteindre 15 p. 100);
  • les frites surgelées (droits pouvant atteindre 20 p. 100).

La levée de ces obstacles au commerce augmentera la compétitivité des exportations canadiennes sur le marché panaméen.

Le Panama éliminera sur une période de 5 à 15 ans la majeure partie des droits subsistants.

Le secteur des services du Canada a également tout à gagner de cet accord. Dès sa mise en œuvre, l’accord assurera aux fournisseurs de services canadiens un environnement sûr, prévisible et transparent, fondé sur des règles, qui facilitera l’accès au marché des services du Panama, évalué à 20,6 milliards de dollars. Certains secteurs d’intérêt pour l’exportation dans lesquels le Canada possède une expertise, notamment les services miniers et ceux reliés à l’énergie, les services professionnels — tout particulièrement les services d’ingénierie et d’architecture —, ainsi que la distribution et les technologies de l’information, bénéficieront tous d’un accès élargi au marché.

Pour obtenir plus d’information, prière de consulter la page Accord de libre-échange Canada-Panama.

Pour obtenir la liste détaillée du traitement tarifaire qui sera accordé à certains produits à la suite de l’entrée en vigueur de l’ALE, prière de consulter la Cronograma Arancelario de la República de Panamá [liste tarifaire du Panama] (en espagnol seulement).