Le gouvernement Harper mène la lutte contre le protectionnisme lors des rencontres de l’OCDE et de l’OMC

Le 30 mai 2013 - Le ministre du Commerce international et ministre de la porte d’entrée de l’Asie-Pacifique, l’honorable Ed Fast, a conclu aujourd’hui à Paris une série de rencontres avec ses homologues de l’Organisation de coopération et de développement économiques (OCDE) et de l’Organisation mondiale du commerce (OMC) afin de faire progresser les intérêts du Canada.

« Notre gouvernement a fait du Canada un joueur de premier plan au chapitre de la libéralisation du commerce; aussi, nous croyons que le commerce et l’investissement sont les deux moteurs de la croissance économique mondiale, a indiqué le ministre Fast. Au cours de la semaine, j’ai transmis un message non équivoque à mes homologues : pour créer des emplois et pour favoriser la croissance et la prospérité à long terme, il n’y a pas mieux que des échanges commerciaux plus libres et plus ouverts. Si nous voulons que la reprise économique mondiale ait un caractère durable, en tant que législateurs, nous devons viser à transformer les goulets d’étranglement transfrontaliers en portes d’entrée mondiales. »

À Paris, le ministre Fast a aussi accueilli favorablement le rapport conjoint de l’OCDE et de l’OMC sur les chaînes de valeurs mondiales, qui aidera les gouvernements à mieux comprendre l’interdépendance du commerce et de l’économie mondiale. De plus, le ministre Fast a rencontré le directeur général de l’OMC, qui vient d’être nommé, M. Roberto Carvalho de Azevêdo, et a exprimé clairement l’avis du Canada selon lequel des progrès importants doivent être réalisés sur la libéralisation du commerce lors de la conférence des ministres de l’OMC, qui doit se tenir en décembre 2013 à Bali, en Indonésie.

« On ne peut sous-estimer les conséquences de l’absence de progrès d’importance à Bali, a déclaré le ministre Fast. La capacité de mettre à niveau les règles et de négocier de nouveaux engagements est primordiale pour la crédibilité du système commercial multilatéral. Un échec à Bali pourrait prouver au monde entier qu’après 12 ans d’efforts, l’ensemble du Programme du Doha n’est tout simplement pas viable. »

Les membres de l’OCDE comptent pour environ 64,5 p. 100 du produit intérieur brut mondial, 58,5 p. 100 du commerce mondial de marchandises et 18 p. 100 de la population mondiale. De plus, 9 des 10 plus importants partenaires commerciaux du Canada sont membres de l’OCDE (l’exception étant la Chine).

Les échanges commerciaux du Canada avec les pays de l’OCDE représentent plus de 80 p. 100 du total de ses échanges commerciaux, soit 748,8 milliards de dollars en 2012, en hausse de 2,6 p. 100 par rapport à 2011.

Le Canada a aussi accueilli favorablement la décision d’inviter la Colombie et la Lettonie à amorcer le processus d’accession à l’OCDE en 2013, et d’envisager de faire du Costa Rica et de la Lituanie de nouveaux membres en 2015.

Pour en savoir davantage sur le processus d’accession à l’OCDE, prière de consulter L’élargissement de l’OCDE.

Pour lire la déclaration ministérielle de l’OCDE, consultez la Résolution du Conseil sur le renforcement du rayonnement mondial de l’OCDE.

Pour plus d’information sur la participation du ministre Fast au sein de l’OCDE, prière de consulter Le ministre Fast assiste aux réunions de l’OCDE et de l’OMC.

- 30 -

Pour de plus amples renseignements, les représentants des médias sont priés de communiquer avec :

Rudy Husny
Attaché de presse
Cabinet de l’honorable Ed Fast
Ministre du Commerce international et ministre de la porte d’entrée de l’Asie-Pacifique
613-992-7332
rudy.husny@international.gc.ca

Le Service des relations avec les médias (commerce)
Affaires étrangères et Commerce international Canada
613-996-2000
Suivez-nous sur Twitter : @Commerce_Canada