Discours du ministre Fast à l’occasion du séminaire « Faire des affaires avec le Canada »

Comment exporter vers le Canada

No 2011/25 - Asunción, Paraguay - Le 24 juin 2011

Sous réserve de modifications

Je suis très heureux de me joindre au ministre de l’Industrie et du Commerce du Paraguay, M. Francisco Rivas, pour ouvrir le séminaire d’aujourd’hui.

Nos pays ont développé de solides liens commerciaux. Le marché canadien laisse entrer volontiers les produits du monde entier, y compris ceux du Paraguay.

Nous savons l’importance des exportations dans l’économie du Paraguay. Et la création d’une Chambre de commerce Canada-Paraguay l’année dernière est un signe prometteur pour l’avenir de notre partenariat.

Je me réjouis à la perspective de travailler avec vous dans l’avenir pour élargir ce partenariat, en commençant par le séminaire d’aujourd’hui.

Je tiens tout particulièrement à remercier M. Brian Northgrave, un spécialiste du Bureau de promotion du commerce du Canada, de s’être joint à nous aujourd’hui, et Rio Tinto Alcan, pour son soutien.

J’aimerais également remercier M. [Oscar Stark] Robledo de REDIEX et l’ambassade du Canada à Buenos Aires d’avoir organisé cet événement.

Il s’agit de ma toute première visite officielle à l’étranger à titre de ministre du Commerce international du Canada. Je ne peux imaginer un meilleur endroit où commencer que le Paraguay.

L’année dernière, les perspectives de croissance du pays excédaient 15 p. 100 — le pourcentage le plus élevé de l’Amérique latine et des Caraïbes.

L’ensemble des Paraguayens peuvent être fiers de ce rendement exceptionnel.

La réussite économique n’est toutefois qu’un des nombreux éléments sur lesquels le Paraguay pourra édifier une nation plus forte dans les années à venir.

Comme nous l’avons constaté dans bien des économies, tant dans la région qu’ailleurs dans le monde, il est essentiel qu’un secteur privé dynamique cohabite avec un secteur public capable de maintenir un équilibre entre la croissance et les objectifs sociaux et de développement.

Le commerce est un facteur important de cette équation.

À l’instar du Paraguay, le Canada est une fière nation commerçante.

Dans les deux pays, les emplois, les familles et les collectivités comptent sur des entreprises comme la vôtre, qui cherchent au-delà des frontières à saisir des occasions.

Ils comptent également sur la collaboration entre nos gouvernements pour éliminer aux frontières tout obstacle inutile au commerce de manière à accroître l’import-export.

Bien que nos échanges soient pour l’instant modestes, nous sommes convaincus que de nouveaux débouchés s’ouvriront dans divers secteurs à l’avenir.

Déjà, des entreprises canadiennes envisagent d’effectuer des investissements majeurs au Paraguay.

Ma mission ici consiste en partie à recueillir davantage de renseignements sur les perspectives d’investissement au Paraguay, dans le but de transmettre cette information aux entreprises canadiennes intéressées.

Les ingrédients de la croissance économique sont bien connus.

Il faut un secteur privé dynamique qui soit déterminé à percer sur de nouveaux marchés d’exportation. Puis il faut que les gouvernements ouvrent des portes aux investissements étrangers et réduisent les barrières douanières.

C’est pourquoi je profiterai de toute occasion durant ma visite pour informer les dirigeants d’entreprise et hauts fonctionnaires des avantages que le Canada peut offrir au Paraguay dans un large éventail de secteurs.

Le Canada, par exemple, a beaucoup à offrir dans les domaines de la construction, de l’ingénierie, de l’infrastructure et de la haute technologie.

Je crois comprendre que votre gouvernement cherche à satisfaire certains besoins en infrastructure ici au Paraguay et qu’il se tourne vers le secteur privé pour ce faire.

Des entreprises canadiennes peuvent vous venir en aide. Le Canada est de fait le quatrième exportateur en importance de services d’ingénierie dans le monde.

Voilà un bon exemple du rôle que peut jouer le Canada pour façonner l’avenir du Paraguay.

Mais nous nous intéressons tout autant aux occasions allant dans le sens inverse.

Je crois comprendre que vous représentez en majorité de petites et moyennes entreprises dotées d’une certaine capacité d’exportation. Vos produits seraient les bienvenus au Canada.

Le Canada, fort de 34 millions d’habitants, est un marché prospère et diversifié. Notre pays fait également partie du groupe de nations nord-américaines, et il peut accéder facilement par voie de transport à ses partenaires aux États-Unis et au Mexique.

Nous offrons un faible taux d’imposition aux sociétés, nous comptons une main-d’œuvre innovatrice et nos prévisions de croissance économique sont excellentes. Nous avons aussi de solides antécédents de collaboration avec des entreprises de l’Amérique latine et des Caraïbes.

Mon message aujourd’hui est clair : le Canada veut jouer un rôle accru dans l’avenir du Paraguay en tant que partenaire commercial.

Nous voulons vous encourager à faire des affaires sur nos marchés tout comme nous voulons encourager nos entreprises à explorer la possibilité d’investir ici, au Paraguay.

Au cours de la journée, vous recevrez des conseils sur la façon de percer le marché canadien.

Des exportateurs qui font déjà des affaires au Canada viendront vous parler de leur expérience.

Profitez donc de ce séminaire et de tous les conseils qu’on vous y donnera.

L’économie du Paraguay, voire l’économie mondiale, comptent sur des entreprises comme la vôtre pour rechercher au-delà des frontières des occasions à exploiter sur les marchés étrangers.

Je vous remercie.