Le Canada réitère son attachement à la liberté de religion

Lisez la transcription ou téléchargez la vidéo (anglais seulement).

Emplacement : Ottawa, Canada

Description : Le ministre des Affaires étrangères John Baird a prononcé une déclaration par vidéo le 26 septembre réaffirmant l’engagement ferme du Canada à l’égard de la promotion du droit à la liberté de religion ou de croyance lors d'un événement co-présidé par le Canada, tenu en marge de l’Assemblée générale des Nations Unies. M. Guillermo Rishchynski, a coprésidé la séance au nom du ministre Baird qui était retenu à Ottawa à cause d'un vote.

Durée : 4:42

Taille du fichier : 33 Mo

Transcription

Je vous salue d’Ottawa.

Je suis désolé de ne pouvoir être avec vous en personne. J’espérais pouvoir participer à la discussion d’aujourd’hui, mais j’ai dû rester ici pour voter au Parlement.

Le Canada se voue à la défense du droit à la liberté de religion ou de croyance. Nous en avons fait une priorité en matière de politique étrangère afin de protéger et de promouvoir ce droit universel et de favoriser le pluralisme en général.

C’est pourquoi nous sommes très heureux de coprésider cette activité avec nos amis des Pays-Bas et du Sénégal.

Nous constatons de forts liens entre la liberté de religion, le pluralisme, la paix et la sécurité — les piliers d’un développement solide sur le plan de la démocratie et de la prospérité.

Comme le premier ministre du Canada Stephen Harper l’a déclaré : « Le pluralisme est le principe qui nous rassemble en tant que communautés diverses. Il est essentiel à notre société civile et à notre prospérité économique. Tout comme le Canada, la plupart des nations du monde sont composées de peuples d’ethnies, de cultures, de langues et de religions diverses. Le pluralisme permet aux individus de conserver leur héritage culturel, linguistique et religieux dans un cadre de citoyenneté partagée. »

Le Canada compte plusieurs groupes ethniques et religions, mais nous partageons la même humanité, caractérisée par le respect, l'acceptation, la paix et la sécurité.

L’histoire nous a montré que la liberté de religion et la liberté démocratique sont indissociables.

Nous savons également que les sociétés qui protègent la liberté de religion sont plus susceptibles de protéger les autres droits universels et libertés fondamentales.

Nous avons mis en place depuis longtemps les conditions dans lesquelles les populations vivent dans la dignité dont d’autres ont tellement soif; celles-ci s’inspirent de nos valeurs fondamentales que sont la liberté, la démocratie, les droits de la personne et la primauté du droit.

Voilà pourquoi notre gouvernement a créé le prix John Diefenbaker pour la défense de la liberté et des droits de la personne, lequel rend hommage à des défenseurs exceptionnels des droits de la personne et de la liberté.

Ce prix a été remis l’an dernier à Shahbaz Bhatti, un ardent défenseur des minorités religieuses dans son pays d’origine, le Pakistan. Malheureusement, le dévouement et le courage de M. Bhatti lui ont coûté la vie.

Cependant, sa vie doit servir d’exemple. Malgré les risques, nous devons défendre les droits des populations affligées et donner une voix à ceux qui n’en ont pas.

Et le monde doit entendre cette voix plus que jamais auparavant.

En réalité, les restrictions à la liberté de religion sont à la hausse.

Un nouveau rapport du Pew Forum indique que les restrictions visant la religion sont à la hausse dans les cinq grandes régions du monde.

Le rapport a permis de constater que plus du tiers de la population mondiale habite dans des pays où les gouvernements, les groupes sociaux ou les particuliers limitent la capacité des individus de pratiquer librement leur religion.

Nous ne tolérons pas cette façon de faire.

Le Canada est profondément préoccupé par la situation dans différentes régions du monde où des ahmadis, des Bahá’is, des Chaldéens, des Coptes, des chrétiens, des adeptes du Falun Gong, des juifs, des musulmans Rohingya, des soufis et des zoroastriens éprouvent des difficultés à pratiquer leur culte et leur croyance.

Nous condamnons fermement toutes les attaques contre des lieux de culte, que ce soit des temples, des synagogues, des sanctuaires, des mosquées, des gurdwaras ou des églises. Il est essentiel que tout un chacun soit en mesure de pratiquer sa religion en toute sécurité.

Le Canada s’est prononcé à maintes reprises contre la discrimination et les violations à la liberté, notamment la liberté de religion.

Nous ne croyons pas que l’agnosticisme et l’athéisme doivent être défendus au même titre que les minorités religieuses qui sont persécutées.

Nous parlons du droit de pratiquer son culte en paix, non pas du droit de ne pas fréquenter les lieux de culte.

C’est un choix personnel que chacun est libre de faire.

Nous parlons du droit de ne pas être victime d’aucune forme extrémiste d’oppression, et de la primauté du droit pour tous.

Nous continuerons de défendre ce qui est juste, et non ce qui est facile, et de soutenir le principe de la liberté de religion et de conscience, au Canada et partout dans le monde.

Voilà pourquoi notre gouvernement s’est engagé à établir le nouveau Bureau de la liberté de religion au sein du ministère des Affaires étrangères et du Commerce international.

Ce bureau soutiendra des politiques et des programmes axés sur la protection et la promotion de la liberté de religion et de croyance.

Il concentrera ses activités sur la défense à l’étranger du pluralisme et de la tolérance.

Il s’opposera à la haine et à l’intolérance fondée sur la religion.

Autrement dit, il sera à l’image de ce que la société canadienne a de mieux à offrir; plus encore, il montrera au monde que nous sommes déterminés à faire ce qu’il faut pour que tous les citoyens du monde jouissent un jour des droits et privilèges associés à la vie dans une société libre et démocratique.

J’espère que la discussion sera fructueuse. Il s’agit d’un sujet important, et il me tarde de prendre connaissance des résultats.

Merci. Thank you.