Dialogue stratégique entre le Canada et le Conseil de coopération du Golfe (CCG)

Le Dialogue stratégique entre le Canada et le CCG fournit le cadre pour le Canada de s'engager dans un dialogue continu avec les pays du CCG au niveau ministériel et niveau de travail.  Le dialogue stratégique, a annoncé en 2013, établit un engagement à l'égard d'un partenariat stratégique à long terme pour favoriser la prospérité économique mutuelle ainsi que de la sécurité et de la stabilité dans la région.

La deuxième réunion ministérielle du dialogue stratégique entre le Canada et le CCG a eu lieu à Jeddah, Arabie saoudite, le 23 mai 2016 et le ministre Dion a assisté. Cette réunion a été l'occasion pour une vaste discussion sur un éventail de questions régionales, y compris les conflits en cours en Syrie, en Irak et au Yémen, et les efforts conjoints visant à lutter contre l'expansion du terrorisme, tout en établissant une voie pour d'autres progrès sur le partage de l'aide humanitaire, politique et de commerce et d'investissement objectifs. La prochaine réunion ministérielle conjointe aura lieu en 2017.

Le Conseil de coopération du Golfe, est une union politique et économique intergouvernementale et régionale constituée de Barheïn, du Koweït, d’Oman, du Qatar, de l’Arabie saoudite et des Émirats arabes unis.

Communiqué conjoint : Deuxième réunion ministérielle conjointe sur le dialogue stratégique entre le Conseil de coopération du Golfe et le Canada

Djeddah (Arabie saoudite)
23 mai 2016 (16 shaban 1437 A.H.)

Le Conseil de coopération du Golfe (CCG) et le Canada ont tenu la deuxième réunion ministérielle conjointe sur le dialogue stratégique entre le CCG et le Canada à Djeddah le lundi 23 mai 2016. La réunion était coprésidée par Son Excellence M. Nizar Bin Obaid Madani, ministre d’État aux Affaires étrangères du royaume d’Arabie saoudite et président actuel du CCG, et l’honorable M. Stéphane Dion, ministre des Affaires étrangères du Canada, avec la participation des ministres des Affaires étrangères des États membres du CCG et de M. Abdullatif bin Rashid Al-Zayani, secrétaire général du CCG.

Les ministres ont exprimé leur satisfaction  avec le deuxième cycle du dialogue stratégique entre le CCG et le Canada. Ils se sont réjouis d’avoir l’occasion de pouvoir tenir des dialogues significatifs et continus sur une grande gamme d’enjeux pour faire progresser des priorités mutuelles.

Inspirés par les liens solides et la collaboration qui existent actuellement entre le Canada et le CCG et le souhait de renforcer ces liens dans divers domaines de coopération, les ministres ont accueilli favorablement la signature du protocole d’entente entre le secrétariat du CCG et le gouvernement du Canada sur le mécanisme de consultation entre les deux parties. Le ministre des Affaires étrangères du Canada et le secrétaire général du CCG ont convenu de tenir des réunions annuelles pour mener une consultation sur les questions politiques, régionales et internationales d’intérêt mutuel et renforcer la collaboration entre le CCG et le Canada dans tous les domaines. Les réunions ultérieures seront organisées en alternance par le Canada et le CCG. 

Les ministres ont souligné la relation commerciale actuelle entre le Canada et le CCG ainsi que la possibilité de développer encore plus ces liens. Ils ont convenu du plan d’action conjoint CCG-Canada (2016-2020), qui établit un cadre pour officialiser le dialogue stratégique entre le Canada et le CCG. Le plan d’action conjoint porte sur la coopération dans les domaines d’intérêt mutuel, notamment la politique et la sécurité, le commerce et l’investissement, l’énergie, l’éducation et la santé. Les ministres espèrent élargir les relations entre le CCG et le Canada au moyen de contacts accrus entre les populations et d’un renforcement de la collaboration dans les domaines social, économique, culturel et scientifique, ainsi que dans l’éducation et les droits de la personne.

Les participants à la réunion ont examiné diverses questions régionales et internationales d’intérêt mutuel.

Le CCG et le Canada ont réitéré leur engagement envers le maintien de l’unité, de la stabilité et de l’intégrité territoriale de la Syrie. Les ministres ont exprimé leur solidarité avec le peuple syrien et ont insisté sur l’importance de la mise en œuvre intégrale de la résolution 2254 du Conseil de sécurité des Nations Unies, ainsi que des autres résolutions pertinentes, et sur le besoin d’assurer un accès humanitaire immédiat et soutenu à l’ensemble des zones assiégées, et ce, sans exception. Les ministres demandent également aux parties de libérer immédiatement les personnes détenues de façon arbitraire, particulièrement les femmes et les enfants. Les ministres ont exprimé leur profonde inquiétude au sujet de la détresse de tous les Syriens, y compris les réfugiés et les personnes déplacées à l’intérieur de leur propre pays qui sont touchés par la guerre, et ont exhorté l’ensemble des parties à éviter de cibler les civils et l’infrastructure civile, conformément au droit international humanitaire. Les ministres ont insisté sur l’importance du respect total et permanent de l’Accord de cessation des hostilités afin de créer les conditions sur le terrain nécessaires à la réussite des négociations de paix et à la conclusion d’une solution politique en conformité avec le Communiqué de Genève de 2012. Les ministres ont exprimé leur appui sans réserve à l’envoyé spécial des Nations Unies pour la Syrie, Staffan de Mistura. 

En ce qui concerne la situation en Irak, les ministres ont réitéré leur engagement en faveur du maintien de l’unité, de la stabilité et de l’intégrité territoriale de l’Irak et ils ont exprimé leur solidarité avec le peuple irakien dans la lutte contre l’État islamique/Daech. Ils ont réaffirmé le besoin d’accroître le soutien et la collaboration avec le gouvernement irakien dans sa volonté de répondre aux besoins de l’ensemble de la population irakienne. Les ministres ont également exprimé l’importance de l’existence d’un gouvernement inclusif et efficient, tout en insistant sur le besoin de mettre en œuvre des réformes et de renforcer les capacités des forces de sécurité irakiennes dans la lutte contre l’État islamique/Daech. Les ministres ont réitéré leur soutien aux efforts déployés par le gouvernement de l’Irak pour maintenir la sécurité et la stabilité dans le pays, ainsi qu’au besoin de fournir un appui financier soustenu aux efforts de stabilisation dans les zones nouvellement libérées et aux programmes humanitaires qui viennent en aide aux populations touchées par le conflit. 

Les ministres  accueillent avec satisfaction la fin des hostilités au Yémen, se sont engagés à l’appuyer et exhortent toutes les parties au conflit au Yémen à la respecter. Ils ont aussi exprimé leur appui soustenu de l’envoyé spécial des Nations Unies, Ismail Ould Cheikh Ahmed. Ils ont également insisté sur l’importance de faire des progrès dans les efforts de médiation des Nations Unies qui ont lieu au Koweït et ont exhorté les parties à prendre les décisions difficiles qui s’imposent pour parvenir à un règlement politique durable et inclusif au conflit, selon les conditions de la résolution 2216 du Conseil de sécurité des Nations Unies (2015), de l’Initiative du CCG et des résultats du dialogue national du Yémen. Les ministres ont insisté sur le besoin de protéger les civils et d’assurer la livraison rapide et sans entrave de l’aide humanitaire afin de soulager les souffrances de la population yéménite.

En ce qui concerne la Libye, les ministres ont accueillis avec satisfaction la convocation récente du gouvernement d’accord national à Tripoli. Ils ont exprimé la ferme conviction selon laquelle les Libyens dans tout lepays doivent surmonter les tentatives d’obstruction grâce à la  mise en œuvre stricte de l’accord de Skhirat, du respect de l’autorité et de la légitimité du gouvernement et de saisir cette occasion importante pour créer un avenir paisible et prospère. Les ministres ont également demandé à la communauté internationale d’aider le gouvernement d’accord national à s’attaquer aux difficultés auxquelles fait face la Libye, notamment la menace grave que pose l’État islamique/Daech. Ils ont réitéré leur appui aux efforts déployés par l’envoyé spécial des Nations Unies pour la Libye, Martin Kobler.

Les pays du CCG et le Canada ont également souligné la nécessité de résoudre le conflit israélo-palestinien en se basant sur un accord de paix global, juste et durable qui mène à la création d’un État palestinien souverain et contigu coexistant avec Israël dans la paix et la sécurité. Pour y arriver, les ministres ont réaffirmé l’importance toujours actuelle de l’initiative de paix arabe de 2002 et sont déterminés à suivre étroitement les efforts visant à encourager les parties à démontrer, au moyen de politiques et de mesures concrètes, leur engagement envers une solution fondée sur deux États.

Les ministres ont exprimé leur vive inquiétude au sujet du soutien accordé par l’Iran au terrorisme et à ses activités déstabilisatrices dans la région, y compris celles du Hezbollah. Ils ont insisté sur le besoin de respecter les principes de bon voisinage, de non-ingérence dans les affaires intérieures et de respect de la souveraineté et de l’intégrité territoriale, de rejeter l’utilisation de la force ou la menace du recours à la force et de résoudre les différends par des moyens pacifiques.

Les ministres ont insisté sur la nécessité de s’assurer que l’Iran met en œuvre ses engagements en vertu du Plan d’action global commun conclu entre l’Iran et le P5+1 en juillet 2015 et sur l’importance du rôle de vérification de l’Agence internationale de l’énergie atomique (AIEA) à cet égard. Le Canada et le CCG ont également souligné le fait que le Plan d’action prévoit la possibilité de réimposer des sanctions si l’Iran ne respecte pas ses engagements dans le cadre du Plan d’action.

Les ministres ont réitéré l’importance de mettre en œuvre la résolution 2231 du Conseil de sécurité, adoptée en juillet 2015, sur l’accord nucléaire, y compris en ce qui concerne le programme de missiles balistiques et autres armes de l’Iran et. Ils ont exprimé leur profonde inquiétude au sujet de la poursuite des lancements de missiles balistiques par l’Iran, qui n’est pas conforme à l’esprit de la Résolution. 

Les ministres ont réitéré l’importance d’établir une zone exempt d’armes de destruction massive au Moyen-Orient à la suite d’un accord conclu librement par tous les États de la région. Ils reconnaissent le droit de tous les États Parties au Traité sur la non-prolifération des armes nucléaires d’utiliser  pacifique l’énergie nucléaire en conformité avec les obligations de non-prolifération du nucléaire contenues dans le Traité et la nécessité de traiter des préoccupations environnementales des pays de la région. Ils ont également insisté sur le besoin pour l’Iran de ratifier et d’appliquer les traités sur la sécurité nucléaire.  

En ce qui concerne le terrorisme, les ministres ont condamné les crimes barbares commis par l’État islamique/Daech et autres groupes terroristes et ils ont réitéré leur rejet du terrorisme et de l’extrémisme violent dans toutes ses formes et toutes ses manifestations, peu importe ses motivations et ses justifications, et se sont engagés à  ôter aux  terroristes leurs sources de financement. Les ministres ont insisté sur le fait que la campagne contre l’État islamique/Daech n’est pas basé sur la religion or le sectarisme , mais qu’elle est plutôt une lutte contre le terrorisme et la brutalité. Ils ont également convenu de renforcer leur collaboration actuelle pour vaincre le terrorisme et renforcer la sécurité et la stabilité, notamment les efforts visant à endiguer le flux de combattants terroristes étrangers.

Le CCG et le Canada ont convenu de tenir leur prochaine réunion ministérielle conjointe en 2017.

Le 23 mai 2016 (16 shaban 1437 A.H.)
Djeddah (Arabie saoudite)