Sénatrice Landon Pearson

La Conférence commémorative O.D Skelton de 1997 a eu lieu à Winnipeg, le 17 mars. La conférencière était la sénatrice Landon Pearson, conseillère auprès du ministre des Affaires étrangères en matière de droits de l’enfant. Elle s’intéresse activement aux enfants et aux questions associées à la jeunesse depuis plus de 40 ans et son discours est consacré à la question des droits de l’enfant dans la politique étrangère. La sénatrice décrit les expériences qu’elle a vécues en tant qu’épouse d’un diplomate canadien, de même que l’évolution de ses préoccupations et de son intérêt envers les droits de l’enfant. À la fin du vingtième siècle, explique Landon Pearson, le monde ne considère plus les enfants de la même façon qu’il y a un siècle ou même un demi-siècle. Elle décrit brièvement l’historique des droits de l’homme et de l’enfant, ainsi la création de l’Organisation des Nations Unies, née en 1945 du désir de prévenir l’émergence d’un nouveau conflit mondial. Les réalisations de l’ONU qu’elle cite illustrent les progrès réalisés depuis.

En 1979, Landon Pearson a été nommée vice-présidente de la Commission canadienne pour l’Année internationale de l’enfant et a voyagé aux quatre coins du pays pour entendre ce que les enfants avaient à dire. Les témoignages recueillis étaient souvent déprimants, mais elle explique dans son allocution comment le Canada est devenu un important promoteur des droits de la personne et comment il a aidé à diriger le mouvement en vue de venir en aide aux enfants et aux jeunes.

Elle énonce trois priorités que doit viser la politique étrangère du Canada : 1) mener les efforts en vue de réaliser un consensus international sur un plan d’action efficace permettant de réduire le nombre d’enfants qui travaillent; 2) protéger la sécurité du Canada dans un cadre mondial stable; 3) diffuser les valeurs et la culture canadiennes à l’étranger, cette troisième priorité revêtant une grande importance pour la promotion des droits de l’enfant. La sénatrice termine en affirmant que, de plus en plus, la politique étrangère du Canada fait montre de respect pour les enfants et les jeunes.

Biographie de Landon (Mackenzie) Pearson

Landon (Mackenzie) Pearson est née à Toronto en 1930. En 1951, elle a obtenu un B.A. en philosophie et en anglais de l’Université de Toronto. En 1978, elle a terminé sa maîtrise en éducation (psychopédagogie) à l’Université d’Ottawa. L’Université Wilfrid Laurier lui a décerné un doctorat honorifique en 1995.

Landon Pearson s’occupe depuis plus de 40 ans du sort des enfants et des questions relatives aux jeunes. En tant qu’épouse de diplomate canadien, elle a travaillé avec des groupes d’enfants en France, au Mexique, en Inde et en Union soviétique. Outre les nombreux articles sur le développement de l’enfant et les questions stratégiques, elle a écrit « Children of Glasnost : Growing up Soviet (1990) ».

En 1979, le sénateur Pearson a été vice-présidente de la Commission canadienne pour l’Année internationale de l’enfant et rédactrice du rapport de la Commission, Pour les enfants du Canada : Programme national d’action. De 1984 à 1990, elle a été présidente du Conseil canadien de l’enfance et de la jeunesse. Elle est l’un des membres fondateurs de la Coalition canadienne des droits de l’enfance, dont elle a été présidente. Elle est aussi cofondatrice et présidente du programme de prévention des maladies mentales chez les enfants « Children Learning for Living », programme du Conseil scolaire d’Ottawa.

Landon Pearson est vice-présidente du Centre for the Study of Children at Risk, de l’Université MacMaster, et membre du Conseil d’administration de la Fondation canadienne de pédiatrie. Elle a été l’une des déléguées canadiennes à la Quatrième Conférence mondiale sur les femmes, à Beijing, en septembre 1995, ainsi qu’au Premier Congrès mondial contre l’exploitation sexuelle commerciale des enfants à Stockholm, en août 1996. Landon Pearson a été convoquée au Sénat en 1994. En mai 1996, elle a été nommée conseillère pour les droits des enfants auprès du ministre des Affaires étrangères.