Le prix John Diefenbaker pour la défense de la liberté et des droits de la personne

Le prix John Diefenbaker de 2014

Le 1er décembre 2014, le ministre des Affaires étrangères John Baird a présenté le prix John Diefenbaker pour la défense des droits de la personne et de la liberté au représentant spécial du Royaume-Uni pour la prévention de la violence sexuelle dans les conflits et ancien ministre des Affaires étrangères du Royaume-Uni, M. William Hague, pour son travail lié à la prévention de la violence sexuelle dans les zones de conflits.

« En lui remettant ce prix, a déclaré le ministre Baird, le Canada souligne l'engagement indéfectible de M. Hague à l'égard de l'autonomisation et du bien-être des femmes et des filles partout dans le monde, un engagement auquel le Canada souscrit également avec fierté. »

Pour plus de renseignements, prière de consulter Le ministre Baird présente le prix John Diefenbaker à William Hague pour ses efforts visant à éliminer la violence sexuelle dans les conflits. Il s'agit de la dernière remise des Prix John Diefenbaker de 2014, suivant les attributions récentes pour la lutte contre les mariages précoces et forcés ainsi que pour la défense de la liberté sur Internet.

Le 25 novembre 2014, le ministre des Affaires étrangères John Baird a présenté à l’ancien premier ministre et ministre des Affaires étrangères de la Suède, M. Carl Bildt, le prix John Diefenbaker pour la défense des droits de la personne et de la liberté à l’occasion de la réunion de la Commission mondiale sur la gouvernance d’Internet, à Ottawa. Pour plus de renseignements, prière de consulter Carl Bildt reçoit le prix Diefenbaker pour son travail concernant la liberté sur Internet.

Le 18 novembre 2014, le ministre des Affaires étrangères John Baird a présenté le Prix John Diefenbaker pour la défense des droits de la personne et de la liberté 2014 à Filles, pas épouses : Le Partenariat mondial pour la fin du mariage des enfants, lors d’une cérémonie à Ottawa. Pour plus de renseignements, prière de consulter Le ministre Baird rend hommage à Filles, pas épouses et à des partenaires pour mettre fin aux mariages d’enfants, précoces et forcés.

Les lauréats précédents

2013 - Le cardinal Joseph Zen, évêque émérite de Hong Kong (la Chine). Pour en savoir plus, prière de consulter Le prix John Diefenbaker pour la défense de la liberté et des droits de la personne de 2013.

2012 – M. Shahbaz Bhatti, à titre posthume, ancien ministre fédéral des Minorités (le Pakistan), ainsi qu’à Mme Susana Trimarco, militante ayant fondé la Fundación María de los Ángeles (l'Argentine). Pour en savoir plus, prière de consulter Le prix John Diefenbaker pour la défense de la liberté et des droits de la personne de 2012.

2011 – Asma Jahangir (le Pakistan), ainsi qu’à l’Alliance des citoyens pour les droits de la personne en Corée du Nord (Corée du Sud). Pour en savoir plus, prière de consulter Le prix John Diefenbaker pour la défense de la liberté et des droits de la personne de 2011.

Renseignements supplémentaires

Le prix John Diefenbaker pour la défense de la liberté et des droits de la personne est décerné annuellement pour rendre hommage à des personnes ou à des groupes qui font preuve d’un courage et d’un esprit d’initiative exceptionnels dans la défense de la liberté et des droits de la personne dans le monde entier.

Le prix, qui ne comporte aucune récompense pécuniaire, est décerné dans le cadre de l’engagement global du Canada à promouvoir et à défendre les droits de la personne au pays et à l’étranger.

Le prix Diefenbaker a été créé en 2010 par Lawrence Cannon, alors ministre des Affaires étrangères. Le prix a été nommé en reconnaissance de l’ancien premier ministre John Diefenbaker, qui, alors qu’il était en fonction, a défendu les droits de l’homme à la fois au Canada et sur la scène internationale. Sa détermination à garantir les droits pour tous a conduit à l’adoption de la Déclaration canadienne des droits en 1960.

Le réseau mondial des missions diplomatiques du Canada, en collaboration avec les principaux partenaires du gouvernement, dresse une liste de candidats provenant des quatre coins du monde. Chaque candidature est évaluée soigneusement en fonction des contributions des candidats au respect des droits de la personne. La liste des candidats présélectionnés est présentée ensuite au ministre des Affaires étrangères pour sélection finale.

Salle de presse