Aider à éliminer les mariages d’enfants, précoces et forcés

Le Canada a fait de l’élimination des MEPF une priorité en matière de politique étrangère et en matière de développement. Nous adoptons une approche holistique à l’égard de cet enjeu, en l’abordant à la fois sous l’angle des droits de la personne et l’angle du développement. Le Canada reconnaît que le leadership des pays où cette pratique est très répandue est crucial dans la lutte contre les MEPF. Un solide engagement est requis à l’échelle multilatérale, régionale, nationale et communautaire.

Efforts multilatéraux du Canada

Le Canada contribue activement à attirer l’attention du monde entier et à encourager la prise de mesures en vue de mettre fin à cette pratique néfaste partout dans le monde.

  • En 2011, le Canada a dirigé l’initiative visant à instaurer la Journée internationale des filles, qui, cette année-là, avait pour thème les MEPF.
  • En 2013, le Canada a joué un rôle de premier plan au Conseil des droits de l’homme et à l’Assemblée générale de l’ONU dans la mise au point des toutes premières résolutions consacrées exclusivement aux MEPF. Ces deux résolutions ont été adoptées par consensus et coparrainées par plus de 100 pays, ce qui a permis de mettre cet enjeu au centre du programme international.
  • Forts de cette réussite, à l’automne 2014, le Canada et la Zambie ont piloté conjointement une résolution complémentaire sur les répercussions profondes des MEPF sur les filles, leur collectivité et leur pays. Nous sommes fiers que cette résolution ait été adoptée à l’unanimité par l’Assemblée générale après avoir été coparrainée par 116 pays de toutes les régions du monde, un appui sans précédent.
  • En juillet 2015, le Conseil des droits de l’homme a adopté par consensus la première résolution de fond sur les MEPF. Ce document a été rédigé par un groupe restreint de pays, dont faisait partie le Canada, et a été coparrainé par 92 pays.
  • Le Canada a fait des démarches importantes en collaboration avec des partenaires à l’échelle mondiale pour promouvoir l’inclusion d’une cible claire visant l’élimination des MEPF dans le Programme de développement pour l’après-2015. Il est heureux que cette cible ait été incluse dans le Programme de développement durable à l’horizon de 2030, qui se traduira par une mobilisation accrue et une action mondiale pour lutter contre ce fléau. Les efforts mondiaux devraient maintenant être axés sur la mise en œuvre de cet engagement historique.

Programmes

Au cours des dernières années, le Canada a intensifié ses divers programmes afin de prévenir les MEPF ainsi que de soutenir les filles et les femmes qui avaient déjà été mariées.

  • Par le biais de sa Stratégie pour les enfants et les jeunes, Affaires étrangères, Commerce et Développement Canada (MAECD) travaille à renforcer et à mettre en œuvre des cadres de protection nationaux qui garantissent le respect des droits des enfants et des jeunes, en particulier des filles, qui risquent davantage d’être victimes de violence, y compris par suite d’un MEPF. Cette stratégie contribue à accroître l’accès des filles à l’éducation de base, qui peut aider à prévenir les MEPF. En 2012-2013, le MAECD a consacré plus de 1 milliard de dollars à divers programmes qui appuient la mise en œuvre de la Stratégie sur les enfants et les jeunes.
  • En juillet 2014, le Canada a annoncé une contribution de 20 millions de dollars sur deux ans à l’UNICEF pour mettre fin aux MEPF. Le projet de l’UNICEF a pour objectif d’accélérer le mouvement visant à mettre fin aux mariages d’enfants au Bangladesh, au Burkina Faso, en Éthiopie, au Ghana, au Yémen et en Zambie, en appuyant les efforts déployés dans ces pays afin de renforcer les programmes et d’accroître l’appui politique nécessaires pour mettre fin à cette pratique.
  • En novembre 2014, le Canada a annoncé une contribution supplémentaire de 10 millions de dollars, entre autres afin d’appuyer des projets de Care Canada (Mali et Bénin), de Plan Canada (Bangladesh et Zimbabwe) et d’Aide à l’enfance Canada (Pakistan et Nigéria). Nous sommes également heureux d’apporter un soutien institutionnel à l’organisation Girls Not Brides, un partenariat mondial visant à mettre fin aux mariages d’enfants.
  • En juillet 2015, le Conseil des droits de l’homme a adopté par consensus la première résolution de fond sur les MEPF. Ce document a été rédigé par un groupe restreint de pays, dont faisait partie le Canada, et a été coparrainé par 92 pays.
  • Le Canada a fait des démarches importantes en collaboration avec des partenaires à l’échelle mondiale pour promouvoir l’inclusion d’une cible claire visant l’élimination des MEPF dans le Programme de développement pour l’après-2015. Il est heureux que cette cible ait été incluse dans le Programme de développement durable à l’horizon de 2030, qui se traduira par une mobilisation accrue et une action mondiale pour lutter contre ce fléau. Les efforts mondiaux devraient maintenant être axés sur la mise en œuvre de cet engagement historique.
  • Le Canada est fier d’appuyer les programmes visant à enrayer les MEPF mis en œuvre par des groupes communautaires locaux, des organisations non gouvernementales, des organisations de la société civile et des administrations locales partout dans le monde au moyen du Fonds canadien d’initiatives locales. En juillet 2015, le Canada a annoncé une nouvelle enveloppe budgétaire de 8 millions de dollars sur deux ans pour que les organisations sur le terrain obtiennent le soutien nécessaire pour continuer à améliorer la situation dans leurs communautés.

Efforts de sensibilisation du Canada

Le réseau de missions du gouvernement du Canada dans le monde œuvre à sensibiliser les populations aux effets néfastes des MEPF et à susciter un dialogue pour encourager l’élimination de cette pratique.

Dans le cadre de cet effort, le gouvernement du Canada est fier de collaborer avec l’organisation Filles, Pas Épouses à une exposition intitulée « Paroles de filles : Ensemble contre le mariage d’enfants » (en anglais seulement). L’exposition présente l’histoire inédite de filles mariées ou courant le risque de l’être ainsi que de membres de leurs collectivités qui souhaitent un changement. Elle présente l’histoire de filles, de garçons, de femmes et d’hommes, ainsi que de chefs religieux et traditionnels de pays d’Afrique subsaharienne et d’Asie du Sud (Le communiqué de Filles,

Liens connexes