Exploitation sexuelle des enfants

« Notre position est claire et ferme : l’exploitation sexuelle des enfants à des fins commerciales est inacceptable. Il s’agit d’une infraction, d’une violation flagrante des droits de l’enfant, que nous ne saurions tolérer. »
- Ethel Blondin-Andrew (secrétaire d’État - Enfance et jeunesse)

L’exploitation sexuelle des enfants à des fins commerciales est une manifestation abominable des maltraitances infantiles dont il existe maintes formes, entre autres la prostitution des enfants, la pédopornographie et le trafic des enfants. Cette question a attiré l’attention de la communauté internationale lors du Congrès mondial contre l’exploitation sexuelle des enfants, à des fins commerciales, tenu à Stockholm en 1996, du congrès consécutif à Yokohoma, au Japon, en 2001, et le Troisième Congrès au Brésil en 2008. Les gouvernements et les ONG ont répertorié les progrès accomplis, échangé de l’information sur les enseignements tirés et cherché des solutions aux problèmes actuels.

Le Canada s’est engagé à éliminer l’exploitation sexuelle des enfants à des fins commerciales. Outre les diverses mesures visant à combattre l’exploitation sexuelle des enfants au Canada, on a adopté des lois qui permettent de poursuivre les citoyens canadiens et les résidents permanents du Canada qui se livrent à des activités sexuelles illicites avec des enfants à l’étranger.

Le Canada a contribué pour beaucoup dans la rédaction du Protocole facultatif se rapportant à la Convention des Nations Unies relative aux droits de l’enfant, concernant la vente d’enfants, la prostitution des enfants et la pornographie mettant en scène des enfants. Cet instrument renforce la Convention en ce qu’il contraint les États à criminaliser ces activités, à faciliter la poursuite des coupables et à instaurer des mesures de protection des enfants qui en sont victimes. Le Canada a signé le Protocole facultatif en novembre 2001.

Le Canada a ratifié la Convention de La Haye sur la protection des enfants et la coopération en matière d’adoption internationale, qui renforce la coopération internationale en faveur de la prévention de l’enlèvement, de la vente ou du trafic des enfants, ainsi que la Convention sur la criminalité transnationale organisée (en anglais seulement) et ses deux protocoles, dont le Protocole facultatif contre la contrebande des migrants (en anglais seulement).

L’Agence canadienne de développement international appuie une foule de mesures locales dans les pays en développement qui s’attaquent aux origines de l’exploitation sexuelle, par le jeu de la promotion des droits de l’enfant, de la protection et de l’éducation, et de l’aide aux victimes du commerce sexuel, afin d’offrir aux familles des solutions viables. Maintes organisations non gouvermentales canadiennes participent également aux efforts visant à éliminer l’exploitation sexuelle des enfants.

Pour tout complément d’information