Travail des enfants

« Les visages du travail dangereux sont inquiétants et pénibles. La vie et le corps de ces enfants sont littéralement diminués par ce qu’ils font. Si les adultes ont besoin de protection contre le travail dangereux, imaginez à quel point il est impératif de sauver les enfants qui sont dans la même situation. Il faut en faire beaucoup plus pour eux. »
Juan Somavia, directeur général de l’Organisation internationale du Travail

Peu d’images sont plus déchirantes que celles d’un enfant forcé à travailler ou privé de scolarisation. Or, malgré la reconnaissance mondiale sans cesse croissante des droits de l’enfant, on estime qu’environ 153 millions d’enfants âgés de 5 à 14 ans travaillent, souvent dans des conditions portant atteinte à leur sûreté, à leur sécurité et à leur dignité.

En 1999, l’Organisation Internationale du Travail (OIT) a adopté la Convention no. 182 sur l’interdiction et l’éradication des pires formes de travail des enfants, qui comprennent l’esclavage, la prostitution, le recrutement à des fins militaires, la pornographie et d’autres formes de travail susceptibles de porter atteinte à la santé, à la sécurité et au développement moral des enfants. Partie à la rédaction de la Convention, le Canada l’a ratifiée en 2000 et il encourage les autres pays à faire de même. Le Canada a également fait des dons substantiels au Programme international pour l’élimination du travail des enfants (IPEC) et au Programme d’information statistique et de suivi sur le travail des enfants (SIMPOC) de l’OIT.

La coopération en matière de développement et la réduction de la pauvreté sont des éléments essentiels de la stratégie du Canada relative au travail des enfants. L’Affaires étrangères, Commerce et Développement Canada (MAECD) finance des projets qui facilitent l’accès abordable à l’école primaire, la saine conduite des affaires publiques et l’amélioration de la condition de la femme – autant de facteurs qui contribuent au bien-être des enfants.

Outre la Convention no. 182 de l’OIT, le Canada est partie ou signataire de divers autres accords juridiques internationaux interdisant le travail des enfants, dont la Convention relative aux droits de l’enfant de l’ONU, la Convention relative à l’esclavage de l’ONU, l’Accord nord-américain de coopération dans le domaine du travail et la Convention de l’OIT concernant le travail forcé ou obligatoire (Format PDF, 259 Ko)* (en anglais seulement).


* Si vous avez besoin d’un plugiciel ou d’un logiciel tiers pur accéder a ce ficher, veuillez consultez la section formats de rechange de notre page aide.