Responsabilités en matière d'affaires humanitaires

Le Groupe de travail pour la stabilisation et la reconstruction (GTSR) est responsable, en collaboration avec d’autres ministères, du suivi, de l’élaboration et de la coordination de la politique étrangère du Canada en ce qui concerne les affaires humanitaires. Ce mandat s’applique tant aux conflits qu’aux catastrophes naturelles et comprend la responsabilité de coordonner l’action du gouvernement du Canada en cas de catastrophes naturelles à l’étranger qui nécessitent une intervention pangouvernementale. De plus, le GTSR fournit des conseils stratégiques en ce qui a trait aux affaires humanitaires, se penche sur les leçons tirées des interventions menées en cas de crises humanitaires et fait la promotion des principes humanitaires auprès de nombreuses instances internationales. Le GTSR veille ainsi à ce que le Canada maintienne une approche interministérielle très poussée et cohérente lors d’urgences humanitaires.

Le GTSR est déterminé à renforcer la capacité du gouvernement du Canada à jouer un rôle de chef de file en matière d’aide humanitaire de façon qu’il puisse mener les activités suivantes :

  • suivre de près les enjeux humanitaires internationaux en collaborant avec d’autres ministères, la communauté internationale et des groupes de la société civile;
  • remédier aux lacunes des interventions d’aide humanitaire en fournissant des conseils stratégiques au sujet d’importants enjeux humanitaires, y compris : accroître la capacité d’intervention en cas de crise humanitaire; élaborer des lignes directrices applicables au Canada et à l’échelle internationale en matière de coordination des civils et des militaires; et assurer la protection des civils sur le plan physique et juridique lors de conflits armés;
  • promouvoir les principes humanitaires qui s’appliquent notamment quand il est question de la protection des réfugiés et des personnes déplacées à l’intérieur de leur propre pays, de la recherche de solutions durables en cas de déplacement, de la sûreté et de la sécurité des travailleurs humanitaires, du droit humanitaire international ainsi que de la violence sexuelle et fondée sur le sexe dans le contexte d’une crise.

Actions humanitaires

L’action humanitaire vise à sauver des vies, à atténuer la souffrance et à faciliter le plus rapidement possible le retour aux conditions de vie et aux moyens de subsistance normaux des populations. L’action humanitaire se fonde sur quatre grands principes :

  • Neutralité : L’aide humanitaire est fournie de façon qu’aucune des parties au conflit ne soit favorisée. Faire preuve de neutralité à l’égard de toutes les parties.
  • Impartialité : L’aide est fournie uniquement en fonction des besoins, sans discrimination entre les populations touchées.
  • Humanité : Sauver des vies et atténuer la souffrance partout où cela s’avère nécessaire.
  • Indépendance : L’action humanitaire est indépendante des objectifs politiques, économiques, militaires ou autres.

Le Canada veille au respect de ces principes lorsqu’il intervient en cas de catastrophes naturelles et de situations d’urgences complexes. L’appui du Canada à l’action humanitaire se fonde sur le respect de ses obligations au regard du droit international humanitaire, des droits de la personne et des lois et principes applicables aux réfugiés. À cela s’ajoute la volonté de favoriser des mesures de réduction des risques, de prévention des conflits et d’intervention d’urgence qui seront rapides, efficientes et efficaces. De même, par cet appui, nous voulons que la réponse apportée par les intervenants humanitaires donne des résultats, en étant rapide, concertée et responsable.

L’action humanitaire canadienne reflète aussi les valeurs fondamentales de notre pays. En plus des efforts déployés par les ministères fédéraux, d’autres secteurs de la société canadienne ont aussi fait preuve de solidarité envers les gens qui sont dans des situations extrêmement difficiles à l’étranger et dont la vie est perturbée par des tensions politiques, économiques et sociales dues à des catastrophes naturelles ou à des conflits armés.  Les provinces et les territoires, les secteurs privé et bénévole ainsi que des particuliers canadiens ont souvent manifesté leur désir d'aider par un appui financier et matériel généreux.

Autres secteurs d'intérêt