Prévention des conflits et médiation

Le gouvernement du Canada appuie plusieurs initiatives de prévention des conflits et de médiation. Cette approche s’inscrit dans la lignée des constatations du Rapport sur le développement dans le monde 2011, selon lesquelles chaque dollar dépensé pour la prévention aurait permis à la communauté internationale d’économiser 4,1 milliards de dollars américains dans des activités d’après-conflit. Le gouvernement du Canada utilise divers outils de prévention et de gestion des conflits violents, notamment des sanctions économiques, une transparence accrue dans l’utilisation de l’aide au développement, le contrôle de la circulation et du commerce des armes, en particulier les armes légères, le contrôle du mercenariat et des activités militaires privées ainsi que la mise en œuvre de programmes ciblés d’appui à la médiation. Les éléments déclencheurs d’un conflit peuvent inclure un vaste éventail de problèmes, tels que la pauvreté, la corruption, l’absence de reddition de comptes d’un gouvernement, y compris de la part de la police et des militaires, ainsi que l’inégalité.

Au moyen du Fonds pour la paix et la sécurité mondiales du GTSR, le MAECD a versé, depuis 2006, plus de 24 millions de dollars pour des projets contribuant à quatre secteurs distincts d’appui à la médiation :

  • Financement d’initiatives de gestion des conflits dirigées par le Canada, telles que le processus de coopération entre l’Afghanistan et le Pakistan (anciennement le « processus de Dubaï » - en anglais seulement) en cours actuellement, un exercice ayant permis à des diplomates canadiens, depuis 2007, de faciliter les discussions entre des cadres supérieurs afghans et pakistanais des services frontaliers.
  • Appui diplomatique et financier à des processus de paix menés à l’échelle internationale, notamment un appui à l’équipe de médiation Union africaine-Nations Unies visant les négociations de paix au Darfour.
  • Renforcement de la capacité de médiation d’intervenants internationaux menant des négociations de paix, tels que l’ONU, l’Organisation des États américains ou l’Union africaine.
  • Établissement de mécanismes de niveau local, qui comprennent la participation des femmes, lesquels permettent la médiation et la prévention de conflits dont les causes premières peuvent être, par exemple, le régime foncier dans des endroits tels que la République démocratique du Congo, le Soudan, le Soudan du Sud et la Colombie.