Contenu archivé

L’information dont il est indiqué qu’elle est archivée est fournie à des fins de référence, de recherche ou de tenue de documents. Elle n’est pas assujettie aux normes Web du gouvernement du Canada et elle n’a pas été modifiée ou mise à jour depuis son archivage. Pour obtenir cette information dans un autre format, veuillez communiquer avec nous.

Cette page contient de l’information sur la Stratégie commerciale mondiale du Canada (2007-2013). Pour en savoir davantage sur le nouveau plan commercial du Canada prière de consulter la page Plan d'action sur les marchés mondiaux.

Marchés et aux réseaux mondiaux

Étendre l’accès du Canada

Le Canada continue à promouvoir le libre-échange commercial dans le cadre du cycle de Doha pour le développement de l’Organisation mondiale du commerce (OMC).

Les producteurs agricoles, les fabricants et les fournisseurs de services ont tout à gagner de l’accès accru aux marchés étrangers qui pourrait découler de la conclusion d’une entente.

Au même moment, le gouvernement mène également un ambitieux programme bilatéral visant à assurer des conditions d’accès favorables aux entreprises, aux investisseurs et aux innovateurs canadiens.

En utilisant stratégiquement tout l’éventail des instruments de politique commerciale, le gouvernement poursuit ses efforts dans les marchés qui offrent les meilleurs débouchés.

Accord de libre-échange nord-américain (ALENA)

Sans aucun doute, l’Amérique du Nord est la plateforme de développement économique la plus importante pour le Canada, et son principal instrument commercial est l’ALENA.

Depuis son entrée en vigueur, l’ALENA a révolutionné le commerce et l’investissement du continent en laissant s’exprimer le plein potentiel économique de notre région.

L’ALENA a permis de stimuler la croissance économique et de créer des emplois dans tout le Canada.

Il a aussi favorisé une meilleure concurrence sur les marchés et amélioré les choix et le pouvoir d’achat des consommateurs, des familles, des agriculteurs et des entreprises du Canada.

L’ALENA a aussi ouvert l’accès des entreprises nord-américaines aux matériaux, aux technologies, aux capitaux d’investissement et aux talents offerts dans toute l’Amérique du Nord.

Nos entreprises sont donc devenues plus concurrentielles, autant en Amérique du Nord qu’ailleurs dans le monde.

Comme d’autres partenaires économiques, tels que la Chine, entrent en concurrence avec nous, l’ALENA continue de constituer pour le Canada, les États-Unis et le Mexique, une excellente fondation sur laquelle renforcer les liens commerciaux du continent.

Le Canada continue de collaborer de près avec ses partenaires nord-américains à un vaste éventail d’initiatives visant à maintenir la sécurité des frontières, tout en permettant des échanges commerciaux efficaces.

Ententes de libre-échange

À l’heure actuelle, le Canada mène des négociations avec les principaux pays des Caraïbes (CARICOM) et de l’Amérique centrale (CA4), la République dominicaine, le Panama, le Singapour et la Corée du Sud.

Le Canada a récemment signé des accords de libre-échange avec le Pérou, la Colombie et les pays de l’Association européenne de libreéchange (l’Islande, la Norvège, la Suisse et le Liechtenstein).

De plus, les négociations avec la Jordanie viennent de se conclure avec succès.

Le Canada a aussi entrepris des études conjointes avec le Japon et l’UE pour déterminer les meilleures façons de créer des partenariats économiques plus étroits avec ces importants partenaires. Au début de l’année 2009, le Canada et l’Inde ont consenti à inaugurer les discussions exploratoires vers un accord de partenariat économique.

Accords sur la promotion et la protection des investissements étrangers (APIE)

Les APIE assurent la protection et la prévisibilité nécessaires à quiconque investit dans des marchés étrangers.

Le Canada cherche à conclure ce type d’accord avec les pays où les investissements canadiens et les possibilités de croissance de ceux-ci sont considérables.

Depuis 2007, le Canada a mené à bien des négociations sur des APIE avec l’Inde, la Jordanie, le Koweït, le Madagascar ainsi qu’avec le Pérou. Les pourparlers sur des
APIE se poursuivent avec l’Indonésie, la Mongolie, le Vietnam et la Tanzanie, tandis que les négociations avec la Chine sont sur le point d’aboutir. Des discussions exploratoires sont aussi tenues avec un certain nombre de nations de l’Asie, de l’Afrique et du Moyen-Orient.

De plus, les dernières modifications ont presque toutes été apportées aux APIE qu’a conclus le Canada avec les six pays qui ont récemment accédé à l’Union européenne.

Accords relatifs aux services aériens

Les plus de 70 accords bilatéraux relatifs aux services aériens qu’a conclus le Canada présentent différents degrés d’ouverture et comprennent tout un éventail d’objectifs tels que la facilitation du transport de passagers, l’amélioration de l’accès aux marchés et le soutien du trafic international dû au transport de marchandise.

Depuis l’annonce de l’initiative Ciel bleu en novembre 2006, le Canada a réussi à négocier la signature et la mise à jour d’accords avec l’Union européenne ainsi qu’avec un
certain nombre d’autres pays (la Barbade, le Costa Rica, les États-Unis, l’Islande, le Japon, la Jordanie, le Koweït, le Mexique, la Nouvelle-Zélande, le Panama, les Philippines et le Singapour).

Le Canada mènera aussi des consultations auprès de plusieurs de ses principaux partenaires bilatéraux, dont l’Inde, la Corée et Hong Kong.

Accords de coopération dans les domaines de l’innovation et des sciences et technologies (S-T)

Les ententes bilatérales en matière de S-T constituent des instruments cruciaux pour la création de partenariats dans ce domaine.

Elles offrent un exemple éloquent de collaboration entre nations qui mettent en commun leurs forces respectives dans le but de créer une offre de produits novateurs et emballants sur les marchés.

Ainsi, grâce à un accord conclu avec l’Inde, les entreprises canadiennes disposent d’un point d’accès important dans un pays reconnu comme un leader mondial en mathématiques, en S-T et en éducation.

Un accord similaire avec la Chine permettra aux innovateurs canadiens de commercialiser leurs produits plus rapidement.

Le Canada compte aussi le Brésil, l’UE, la France, l’Allemagne, l’Israël, le Japon et la Corée parmi ses partenaires en S-T. Nous entrevoyons également négocier divers arrangements avec le Chili, les États-Unis, le Royaume-Uni, les Pays-Bas, les pays nordiques, la Suisse et le Mexique.