Contenu archivé

L’information dont il est indiqué qu’elle est archivée est fournie à des fins de référence, de recherche ou de tenue de documents. Elle n’est pas assujettie aux normes Web du gouvernement du Canada et elle n’a pas été modifiée ou mise à jour depuis son archivage. Pour obtenir cette information dans un autre format, veuillez communiquer avec nous.

Cette page contient de l’information sur la Stratégie commerciale mondiale du Canada (2007-2013). Pour en savoir davantage sur le nouveau plan commercial du Canada prière de consulter la page Plan d'action sur les marchés mondiaux.

La Russie

PDF (156 ko)Note de bas de page * | Études de marchés

Moscou, Russie

En 17 ans, la Russie est passée d’une économie dirigée à une à une économie de marché stable, affichant une croissance et un développement rapides. Elle figure aujourd’hui parmi les économies les plus importantes du monde, son PIB s’élevant à 1,4 billion de dollars. En 2009, ce PIB a chuté de 7,9 pour cent dans la foulée de la crise économique. La consommation des ménages est soutenue et les investissements des entreprises stimulent la production dans les secteurs de la construction et de la fabrication et des services, ce qui a permis au pays de connaître six années consécutives de forte croissance économique (variant de 5,6 à 8,1 pour cent par année). Le revenu par habitant a alors augmenté, et la classe moyenne a gagné en impor­tance dans le fonctionnement de l’économie nationale. L'accession de la Russie à l'OMC, dont la Russie a dé­claré vouloir faire partie en tant qu’espace douanier commun avec le Bélarus et le Kazakhstan, devrait amé­liorer l’accès des produits et services canadiens et créer un climat des affaires fondé sur des règles et plus transparent. Les pays de l’Europe et de l’Asie de l’Est voient de plus en plus la Russie comme un parte­naire économique important. On prévoit que l’économie russe rebondira avec la reprise de l’économie mondiale, compte tenu des perspectives des prix des produits de base. Le récent secteur privé russe, jeune et vigoureux, sera un facteur qui contri­buera à cette relance, appuyé par le gouvernement, qui joue un rôle actif par l’intermédiaire de la régle­mentation et des sociétés publiques. Pour atteindre son plein potentiel, le pays aura besoin de capitaux étrangers, de partenariats et de technologie. Dans le cadre de la modernisation des infrastructures agricole et industrielle de la Russie, les occasions seront nom­breuses dans les domaines du transport, du dévelop­pement de l’infrastructure et du matériel industriel. D’excellentes occasions d’exportations et d’investis-sement existent également dans la produc­tion agricole et agroalimentaire, l’exploitation minière, la foresterie, l’immobilier et les technologies de l’information et des communications. Toutefois, les entreprises canadiennes souhaitant profiter des débouchés offerts en Russie devront affronter plusieurs difficultés, dont la concurrence d’autres entreprises étrangères et une culture et des pratiques d’affaires différentes.

Les relations commerciales

  • En 2009, le commerce de marchandises entre le Canada et la Russie a atteint 2,5 milliards de dollars. Depuis 2002, les échanges bilatéraux ont plus que quadruplé.
  • Les exportations canadiennes vers la Russie ont chuté de 40,7 pour cent, pour s’établir à 888 millions de dollars. Les exportations canadiennes de marchandises ont augmenté de 56,9 pour cent au cours des cinq dernières années.
  • En 2007, les exportations de services du Canada en Russie se sont élevées à 281 millions de dollars, les importations de services, à 487 millions de dollars.
  • L’investissement canadien direct en Russie a atteint 725 millions de dollars, tandis que l’investissement russe direct au Canada a totalisé 358 millions de dollars.

Les débouchés

Le gouvernement du Canada a décidé, dans le cadre de la Stratégie commerciale mondiale (SCM), de faire de la Russie un marché prioritaire. Après de vastes consultations avec des représentants des gouvernements, des universités, des entreprises et des secteurs industriels canadiens, il a élaboré un plan de développement du marché exhaustif dans lequel sont ciblés les secteurs riches en possibilités et compatibles avec les capacités du Canada et ses intérêts en Russie, notamment:

  • Matériel et services d’exploitation du pétrole et du gaz : La Russie est un des plus grands producteurs de pétrole et de gaz du monde. Les entreprises canadiennes de services pétroliers connaissent une forte expansion en Russie, et le potentiel de croissance future reste considérable, notamment dans l’exploitation des gisements marins du plateau continental arctique de la Russie et dans la région de l’île de Sakhaline.
  • Métaux, minéraux et matériel et services connexes : Les fournisseurs canadiens de matériel et de services se sont bâti une excellente réputation de fournisseurs de matériel et de technologies de pointe fiables. Diverses entreprises minières russes de premier plan cherchent à étendre et à diversifier leurs activités, ce qui crée des occasions dans les services d’exploitation minière (comme l’élaboration de plans d’arpentage et d’extraction en vue de l’exploitation de gisements de minéraux).
  • Agriculture, aliments et boissons : La croissance de la consommation de produits de la pêche par habitant et de la demande de produits variés et de qualité, notamment la viande, engendre d’excellentes occasions pour les fournisseurs canadiens. La priorité est d’assurer un accès aux marchés prévisible aux fournisseurs canadiens.
  • Agriculture, technologie et matériel : La demande russe de machines et d’équipements agricoles devrait augmenter considérablement au cours des prochaines années. Bien que les machines canadiennes soient souvent plus chères que les équivalents russes, la réputation bien établie du Canada comme fabricant de machines de grande qualité, fiables, confortables, à productivité élevée et nécessitant moins de main-d’œuvre laisse présager de bons résultats.
  • Produits du bâtiment et construction : En raison de la demande de nouveaux logements, qui devrait connaître un regain de croissance et dépasser l’offre vu la reprise économique, et de l’intérêt croissant pour les maisons à ossature en bois de haute qualité, moins chères que les maisons classiques en briques et en ciment, il y a des débouchés considérables pour les distributeurs canadiens. Des occasions s’offrent aussi dans le cadre de grands projets de construction liés au sommet de l’APEC, qui aura lieu à Vladivostok en 2012, et aux Jeux olympiques d’hiver de Sotchi, en 2014.

Relations commerciales entre le Canada et la Russie, 2005-2009

Texte alternatif : Relations commerciales entre le Canada et la Russie
Relations commerciales entre le Canada et la Russie, 2005-2009
 Exportations canadiennes de marchandisesImportations canadiennes de marchandisesInvestissement canadien direct à l'étrangerInvestissement étranger direct au Canada
2009888 000 000 $1 633 000 000 $725 000 000 $358 000 000 $
20081 496 000 000 $2 084 000 000 $752 000 000 $135 000 000 $
20071 148 000 000 $1 471 000 000 $540 000 000 $s.o.
2006876 000 000 $1 790 000 000 $357 000 000 $s.o.
2005566 000 000 $1 727 000 000 $s.o.s.o.

Le leadership et le soutien du gouvernement

Reconnaissant que l’accession de la Russie à l’Organisation mondiale du commerce améliorerait la prévisibilité, la transparence et la stabilité dans ce pays, le gouvernement du Canada a soutenu les efforts déployés par elle à cette fin et il continuera de travailler avec elle et d’autres membres de l’OMC en vue de son accession. Étant donné l’immense savoir-faire scientifique de la Russie, qui est largement inexploité, et les occasions considérables qu’elle offre sur le plan de l’approvisionnement, de l’investissement et des partenariats, le Canada cherche à améliorer l’Accord sur la promotion et la protection des investissements étrangers (APIE) qu’il a conclu avec ce pays pour qu’il corresponde davantage aux conditions d’investissement actuelles et pour rassurer les investisseurs canadiens faisant des affaires en Russie. Les délégués commerciaux à Moscou continueront de soutenir les intérêts des exportateurs, des investisseurs et des innovateurs en établissant des liens avec des représentants russes et des dirigeants du milieu des affaires, de sorte que le Canada soit le premier partenaire qui vienne à leur esprit. Ils contribueront à éliminer les obstacles au commerce en fournissant aux entreprises canadiennes, en temps opportun, des renseignements pertinents sur les occasions d’affaires en Russie et les conditions qui y prévalent à cet égard. Les délégués commerciaux au Canada, quant à eux, continueront de renseigner davantage les entreprises canadiennes sur le potentiel commercial considérable de la Russie et sur son rôle croissant dans les chaînes de valeur mondiales en tant que liaison stratégique entre les importants marchés d’Asie de l’Est et d’Europe.

L’accès au marché

Divers accords commerciaux lient le Canada et la Russie :

1991

  • l'Accord sur la promotion et la protection des investissements étrangers (APIE) 

1992

  • l'Accord sur le commerce
  • l'Accord sur la fourniture de services et de biens de production 

1993

  • l'Accord sur la coopération économique 

1995

  • l'Accord en vue d’éviter les doubles impositions

2000

  • l'Accord sur le transport aérien

Plus récemment, le Canada a renforcé ses relations bilatérales avec la Russie, et divers instruments ont été signés à cet égard :

2006

  • le Sommet des affaires Canada–Russie (Ottawa)
  • la Déclaration commune des dirigeants sur la coopération économique entre le Canada et la Russie

2007

  • la Déclaration commune sur la coopération économique entre le Canada et la Russie
  • le Protocole d’entente sur la coopération dans le domaine des pêches entre le Canada et la Russie
  • la Déclaration commune sur la coopération dans le domaine agricole entre le Canada et la Russie
  • la Déclaration d’intention de coopérer dans les domaines de la salubrité des aliments, de la santé des animaux et de la protection des végétaux
  • le Protocole d’entente sur la coopération dans l’Arctique
  • le Protocole d’entente sur la coopération en matière d’énergie nucléaire

2009

  • le Sommet des affaires Canada-Russie

Sauf indication contraire, les données portent sur l’année 2009 et sont exprimées en dollars canadiens. Toutes les données sont fondées sur les plus récentes statistiques nationales accessibles, lesquelles sont tirées de diverses sources, dont Statistique Canada, Exportation et développement Canada, la Banque du Canada, le rapport Perspectives de l’économie mondiale du FMI et la CNUCED.

Pour obtenir de plus amples renseignements sur les États-Unis, visitez le site Web d’Affaires étrangères et Commerce international Canada ou communiquez avec le Service des délégués commerciaux au 1-888-306-9991.

Notes de bas de page

Note de bas de page *

Si vous avez besoin d'un plugiciel ou d'un logiciel tiers pour accéder à un fichier sur cette page, veuillez consultez la section formats de rechange de notre page aide.

Retour à la référence de la note de bas de page *

En bref

  • Capitale : Moscou
  • Superficie totale : 17 075 200 km²
  • Population : 141,9 millions
  • Langues : russe, autres
  • Type de gouvernement : régime démocratique mixte présidentiel et parlementaire
  • PIB : 1,4 billion de dollars
  • PIB par habitant : 9 897 $
  • Principales destinations des exportations : Pays-Bas, Italie, Chine, Allemagne et Turquie
  • Principales sources des importations : Chine, Allemagne, États-Unis, Ukraine et France
  • Principales exportations : pétrole et combustibles minéraux, fer et acier, aluminium, produits du bois, machines
  • Principales importations : machines, matériel électrique et électronique, véhicules automobiles, produits pharmaceutiques, viande
  • Principales exportations canadiennes (en dollars) : machines (358,1 millions), viande (107,7 millions), véhicules (79,4 millions), produits de l'aérospatiale (66,1 millions), poissons et fruits de mer (61,9 millions),
  • Principales importations canadiennes (en dollars) : pétrole et combustibles minéraux (1,3 milliard), fer et acier (47,0 millions), poissons et fruits de mer (39,1 millions), engrais (37,4 millions), produits chimiques inorganiques (25,5 millions)
  • Taux de change :1 $CAN=27,82 roubles (RUB)

Service des délégués commerciaux du Canada