Contenu archivé

L’information dont il est indiqué qu’elle est archivée est fournie à des fins de référence, de recherche ou de tenue de documents. Elle n’est pas assujettie aux normes Web du gouvernement du Canada et elle n’a pas été modifiée ou mise à jour depuis son archivage. Pour obtenir cette information dans un autre format, veuillez communiquer avec nous.

Cette page contient de l’information sur la Stratégie commerciale mondiale du Canada (2007-2013). Pour en savoir davantage sur le nouveau plan commercial du Canada prière de consulter la page Plan d'action sur les marchés mondiaux.

L’Australie et la Nouvelle-Zélande

PDF (171 ko)Note de bas de page * | Études de marchés : l'Australie et la Nouvelle-Zélande

Sydney, Australie

L’Australie et la Nouvelle-Zélande ont toutes deux des économies fortes et développées, caractérisées par des pratiques d’affaires semblables à celles des pays de l’Amérique du Nord. Les deux pays forment un seul et unique marché grâce à leur accord de relations commerciales étroites du nom de « Closer Economic Relations ». Le système de réglementation de la région est généralisé, transparent et fiable. Par exemple, l’Australie a cherché à accroître sa productivité et sa compétitivité en améliorant ses lois sur la concurrence, en déréglementant les marchés financiers, en décentralisant son marché de l’emploi et en réduisant les obstacles au commerce et à l’investissement. Bien que la concurrence intérieure et étrangère soit forte, plusieurs secteurs présentent des débouchés pour les entreprises canadiennes, notamment ceux des systèmes de transport intelligent, de l’écotechnologie et de l’environnement, des industries de la santé, ainsi que dans les secteurs de l’exploitation minière et de la décence, du matériel et des services de télécommunications pour l’Australie. Pour la Nouvelle-Zélande, on retrouve ces possibilités dans les secteurs de la machinerie et du matériel, des véhicules et des aéronefs, du pétrole, des matières plastiques et de l’électronique. L’Australie et la Nouvelle-Zélande se sont donné comme objectif de mettre de l’avant des ententes bilatérales et multilatérales dont elles voudront faire partie avec leurs voisins de l’Asie-Pacifique. De même, les liens commerciaux étroits qu’entretiennent l’Australie et la Nouvelle-Zélande avec des pays asiatiques clés peuvent être profitables aux entreprises canadiennes qui souhaitent faire des affaires en Asie. Toutefois, les entreprises canadiennes, particulièrement les petites entreprises, auront à affronter certaines difficultés associées à ce marché, notamment, les coûts élevés pour voyager, un système réglementaire complexe et exigeant, une réglementation rigoureuse de mise en quarantaine, une forte concurrence locale et étrangère et la méconnaissance des compétences canadiennes.

Les relations commerciales en 2008

  • Les exportations de marchandises canadiennes vers la région s’élevaient à 2,6 milliards de dollars, contre 2,1 milliards de dollars d’importations.
  • Les exportations de services du Canada étaient estimées à 902 millions de dollars en 2006 et les importations de services à 743 millions de dollars.
  • La région détenait une valeur de 4,1 milliards de dollars d’investissement étranger direct (IED) au Canada, alors que les investissements canadiens directs dans la région étaient de 8,1 milliards de dollars.

Les débouchés

Le gouvernement du Canada a identifié l’Australie et la Nouvelle-Zélande en tant que marché prioritaire dans le cadre de la Stratégie commerciale mondiale. Pour faire ce choix, il a tenu de vastes consultations avec des représentants gouvernementaux, du milieu des affaires et de l’industrie ainsi que des universitaires. Puis, il a élaboré un plan de développement du marché complet qui identifie les secteurs riches en possibilités, compatibles avec les capacités et les intérêts du Canada dans cette région. Ces secteurs prioritaires sont :

  • Agriculture, aliments et boissons : en matière d’alimentation, les goûts et les tendances similaires observées dans la région et au Canada, y compris l’intérêt croissant des consommateurs pour les aliments de grande qualité, les aliments de marque et les aliments santé, se traduisent par de nombreuses occasions d’affaires pour les fournisseurs agroalimentaires canadiens. Les boissons et les aliments préparés, la viande et les sous produits de la viande, les animaux de reproduction et le matériel génétique connexe ainsi que la biotechnologie sont des secteurs prometteurs.
  • Industrie des services et projets d’immobilisations : les innovations, les pratiques d’affaires, les exigences de qualité et la maturité du marché canadien sont bien assorties aux occasions offertes par la région. Les sous-secteurs clés comprennent le génie et la construction, les services environnementaux, l’éducation, la gestion et les services de consultation, et l’édition. Avec des investissements de 20 milliards de dollars dans le « Building Australia Fund » et 26 milliards de dollars pour les réseaux routier et ferroviaire, les investissements en infrastructure sont maintenant devenus une pierre angulaire dans la politique du gouvernement d’Australie.
  • Technologies de l’information et des communications (TIC) : compte tenu de sa population dispersée, la région a besoin de solutions uniques en matière de télécommunications, par exemple l’accès à l’éducation et aux services de santé en ligne. La demande pour les logiciels, le matériel de télécommunications et les services d’éducation et de santé offre de formidables occasions d’affaires qui sont propices au savoir-faire canadien.
  • Industrie de la santé : la population vieillissante de la région et son infrastructure de santé inadéquate représentent des éléments prometteurs pour les fournisseurs canadiens dans les domaines des soins de santé naturels, des produits pharmaceutiques, des instruments pour les établissements et du matériel médical.
  • Industrie de l’environnement : les innovations canadiennes dans les domaines des eaux et du traitement des eaux usées, de l’énergie renouvelable, des technologies écologiques, de la biotransformation et des biocombustibles présentent un intérêt particulier pour cette région.

Relations commerciales Canada-Australie et Nouvelle-Zélande, 2005-2009

Texte alternatif : Relations commerciales Canada-Australie et Nouvelle-Zélande, 2005-2009
Relations commerciales Canada-Australie et Nouvelle-Zélande, 2005-2009
 Exportations canadiennes de marchandisesImportations canadiennes de marchandisesInvestissement canadien direct à l'étrangerInvestissement étranger direct au Canada
20092 082 900 000 $2 078 300 000 $13 818 000 000 $4 806 000 000 $
20082 605 500 000 $2 128 900 000 $9 641 000 000 $4 810 000 000 $
20072 151 200 000 $2 290 300 000 $8 404 000 000 $4 491 000 000 $
20062 225 000 000 $2 084 800 000 $7 169 000 000 $2 634 000 000 $
20051 995 600 000 $2 308 100 000 $8 433 000 000 $2 361 000 000 $

Le leadership et le soutien du gouvernement

Le gouvernement du Canada continuera de surveiller et de veiller à influencer les politiques et les règlements à caractère commercial afin qu’ils soient favorables aux intérêts canadiens, et il travaillera en partenariat avec les entreprises présentes dans la région dans le but d’identifier et d’éliminer les principaux obstacles. Des efforts seront déployés pour mettre à jour l’accord relatif au transport aérien avec l’Australie et étudier la possibilité d’un accord de libre-échange avec la région Asie-Pacifique comme objectif à long terme. Le Service des délégués commerciaux du Canada continuera de renforcer sa capacité à fournir des renseignements sur les marchés et à y soutenir les entreprises canadiennes. Le Service encouragera celles-ci à profiter des occasions offertes dans la région. Il s’emploiera aussi à faire connaître les capacités commerciales du Canada en tant que centre d’excellence nord-américain en matière de talent, d’innovation, d’investissement, de production à valeur ajoutée et de commerce.

L’accès au marché

L’Australie et la Nouvelle-Zélande sont des partenaires clés du Canada dans des organisations multilatérales telles la Coopération économique Asie-Pacifique, le Groupe de Cairns (pays exportateurs agricoles), l’Organisation des Nations Unies et l’Organisation mondiale du commerce. Ces deux pays ont aussi une présence active au sein du groupe de travail qui se penche sur le partenariat Asie-Pacifique pour l’énergie et la construction durable. Le Canada a mis en place un certain nombre d’instruments bilatéraux en matière de commerce et d’investissement pour faciliter et appuyer les activités des entreprises canadiennes en Australie et en Nouvelle-Zélande, à savoir :

1980

  • Convention fiscale entre le Canada et l’Australie (protocole de 2002)
  • Convention fiscale entre le Canada et la Nouvelle-Zélande

1988

  • Accord relatif au transport aérien entre le Canada et l’Australie

1989

  • Accord relatif à l’assurance sociale entre le Canada et la Nouvelle-Zélande

1995

  • Arrangement de coopération commerciale et économique avec l’Australie

2007

  • Accord de transport aérien « ciel ouvert » entre le Canada et la Nouvelle-Zélande

Sauf indication contraire, les données portent sur l’année 2009 et sont exprimées en dollars canadiens. Toutes les données sont fondées sur les plus récentes statistiques nationales accessibles, lesquelles sont tirées de diverses sources, dont Statistique Canada, Exportation et développement Canada, la Banque du Canada, le rapport Perspectives de l’économie mondiale du FMI et la CNUCED.

Pour obtenir de plus amples renseignements sur les États-Unis, visitez le site Web d’Affaires étrangères et Commerce international Canada ou communiquez avec le Service des délégués commerciaux au 1-888-306-9991.

Notes de bas de page

Note de bas de page *

Si vous avez besoin d'un plugiciel ou d'un logiciel tiers pour accéder à un fichier sur cette page, veuillez consultez la section formats de rechange de notre page aide.

Retour à la référence de la note de bas de page *

En bref

Australie

  • Capitale : Canberra
  • Superficie totale : 7 713 000 km²
  • Population : 21,9 millions
  • Langues : anglais, langues autochtones
  • Type de gouvernement : démocratie parlementaire
  • PIB : 1,1 billions de dollars
  • PIB par habitant : 51 675 $
  • Principales destinations des exportations : Chine, Japon, Corée du Sud, Inde et États-Unis
  • Principales sources des importations : Chine, États-Unis, Japon, Thaïlande et Singapour
  • Principales exportations : combustibles et huiles minéraux, minerais, pierres et métaux précieux, viande, céréales
  • Principales importations : machines,combustibles et huiles minéraux, équipement électrique et électronique,  véhicules, pierres et métaux précieux
  • Principales exportations canadiennes (en dollars) : machines (447,4 millions), aéronefs et engins spatiaux (207,9 millions), viande (139,5 millions), équipement électrique et électronique (102,7 millions), instruments scientifiques et de précision (68,3 millions)
  • Principales importations canadiennes (en dollars) : produits chimiques inorganiques (388,5 millions), minerais (264,9 millions), boissons (252,3 millions), machines (158,2 millions), viande (95,0 millions)
  • Taux de change : 1 $CAN=1,11 dollar australien (AUD)

Nouvelle-Zélande

  • Capitale : Wellington
  • Superficie totale : 270 534 km²
  • Population : 4,3 millions
  • Langues : anglais et maori
  • Type de gouvernement : démocratie parlementaire
  • PIB : 133,6 milliards de dollars
  • PIB par habitant : 31 072 $
  • Principales destinations des exportations : Australie, États-Unis, Chine, Japon et Royaume-Uni 
  • Principales sources des importations : Australie, Chine, États-Unis, Japon et Allemagne
  • Principales exportations : produits laitiers, viande, produits du bois, combustibles et huiles minéraux, machines
  • Principales importations : combustibles et huiles minéraux, machines, équipement électrique et électronique, véhicules automobiles, produits aéronautiques
  • Principales exportations canadiennes (en dollars) : engrais (47,2 millions), produits aéronautiques (39,6 millions), machines (32,4 millions), viande (27,1 millions), équipement électrique et électronique (16,2 millions)
  • Principales importations canadiennes (en dollars) : viande (186,9 millions), boissons (55,2 millions), albumines, amidon modifié et colle (39 millions), produits laitiers (31,5 millions), fruits comestibles et noix (23,7 millions)
  • Taux de change : 1 $CAN=1,39 dollar néo-zélandais (NZD)

Service des délégués commerciaux du Canada