Contenu archivé

L’information dont il est indiqué qu’elle est archivée est fournie à des fins de référence, de recherche ou de tenue de documents. Elle n’est pas assujettie aux normes Web du gouvernement du Canada et elle n’a pas été modifiée ou mise à jour depuis son archivage. Pour obtenir cette information dans un autre format, veuillez communiquer avec nous.

Cette page contient de l’information sur la Stratégie commerciale mondiale du Canada (2007-2013). Pour en savoir davantage sur le nouveau plan commercial du Canada prière de consulter la page Plan d'action sur les marchés mondiaux.

Le Brésil

PDF (153 ko)Note de bas de page * | Études de marchés

Rio de Janeiro, Brésil

Le Brésil  est le géant de l’Amérique latine dans tous les sens du terme. Son économie fortement diversifiée et industrialisée est la plus importante en Amérique latine et se classe au 8e rang mondial. Les secteurs manufacturier, minier et agricole y sont bien développés, et les secteurs des technologies et des services connaissent une progression rapide. C’est également au Brésil que l’on trouve le réseau scientifique, technologique et d’innovation le plus sophistiqué et le plus diversifié de l’Amérique Latine. Les réformes économiques importantes mises en place au cours des dernières années profitent maintenant aux Brésiliens, qui jouissent d’une stabilité et d’une croissance nouvelles. Après 16 années de stabilité économique et après avoir surmonté la crise économique mondiale sans trop d’embûches, le pays peut se vanter d’avoir des fondements économiques solides. À l’instar du Canada, le Brésil connaît une hausse des exportations des produits de base et une surévaluation de sa monnaie, qui entraînent à la hausse le prix de ses produits manufacturés exportés. Au cours des prochaines années, plusieurs défis mettront à l’épreuve le dynamisme de l’économie du Brésil, notamment l’amélioration des infrastructures délabrées et la maîtrise des risques de surchauffe d’une économie au sein de laquelle les importations de produits manufacturés montent en flèche alors que les exportations ne suivent pas le rythme. Les grandes sociétés internationales investissent des milliards au Brésil, lui assurant ainsi une place dans les chaînes d’approvisionnement régionales et mondiales. Le pays est également en voie de devenir un important investisseur à l’étranger. De plus, fort d’une population de 191 millions d’habitants, d’une classe moyenne instruite et de millions de citoyens actifs sur le marché du travail, le Brésil voit son importance croître de façon vertigineuse en tant que marché de consommation. Pour saisir les nombreuses occasions d’affaires qu’offre le Brésil, les Canadiens doivent être conscients des principaux facteurs qui ont une influence sur le commerce, notamment la concurrence étrangère, les droits à l’importation, les systèmes fiscal et de réglementation, la disponibilité de la main d'oeuvre et les problèmes d’infrastructure.

Les relations commerciales en 2009

  • Les échanges bilatéraux de marchandises entre le Canada et le Brésil se sont élevés à près de 4,2 milliards de dollars.
  • Les exportations canadiennes de marchandises à destination du Brésil ont enregistré une baisse de 38,2 pour cent, pour s’établir à 1,6 milliard de dollars.
  • Les importations canadiennes de marchandises en provenance du Brésil ont frôlé les 2,6 milliards de dollars.
  • En 2007, les exportations canadiennes de services se sont établies à 305 millions de dollars.
  • En 2009, l’investissement canadien au Brésil s’est chiffré à 11,4 milliards de dollars, ce qui fait de ce pays le 11ème marché d’investissement canadien au monde.
  • En 2009, le Brésil a investi 14,8 milliards de dollars au Canada, ce qui le place au 7e rang des sources d’investissement direct étranger du Canada.

Les débouchés

Après avoir mené de vastes consultations auprès de représentants du gouvernement, du milieu universitaire, des entreprises et des industries, le gouvernement du Canada a désigné le Brésil comme un marché prioritaire dans le cadre de sa Stratégie commerciale mondiale. Dans la foulée, il a élaboré un plan de développement du marché exhaustif qui cerne les secteurs suivants comme étant prometteurs et compatibles avec les capacités et les intérêts du Canada par rapport à ces marchés :

  • Technologies de l’information et des communications (TIC) et nouveaux médias: le Brésil constitue le principal marché des TIC en Amérique latine après le Mexique. Les exportations canadiennes dans ce domaine se sont élevées à 106,1 millions de dollars.
  • Technologies propres: en 2009, la valeur du marché brésilien des technologies de l’environnement était estimée à 9 milliards de dollars américains. Étant donné la croissance prévue de l’économie brésilienne pour les cinq prochaines années et l’accent qui sera mis sur les infrastructures, le marché des industries de l’environnement devrait afficher une croissance annuelle de 10 pour cent.
  • Aéropatiale: le Brésil considère le Canada comme un fournisseur d’équipement aérospatial qualifié  et financièrement avantageux. Un des principaux acteurs de l’industrie aérospatiale brésilienne importe 70 pour cent de ses composantes et, en 2010, il devrait acheter pour plus de 17 milliards de dollars américains en matériel.
  • Infrastructures: le gouvernement brésilien mise sur le secteur des infrastructures pour jouer un rôle clé dans la croissance économique au cours des années à venir : le pays s’attend à des investissements de plus de 262 milliards de dollars américains. La Coupe du monde de 2014, les Jeux olympiques de 2016 et le programme d’amélioration des infrastructures du gouvernement fédéral offrent un vaste éventail d’occasions d’affaires pour les entreprises canadiennes.
  • Sciences de la vie: le secteur brésilien des sciences de la vie figure parmi les dix plus importants du monde. Depuis 2007, il affiche une croissance annuelle moyenne de 4 pour cent.
  • Exploitation minière : le Brésil offre de grandes possibilités en ce qui a trait aux activités d’exploitation minière, de même qu’un marché en croissance pour les équipements et services de ce secteur, grâce au fort potentiel de la formation géologique et de la stabilité économique du Brésil. En 2009, la production minérale a dépassé 21 milliards de dollars américains.
  • Matériel et services d’exploitation du pétrole et du gaz : Petrobras, le géant brésilien du pétrole, dispose actuellement d’un plan quinquennal d’investissement de 224 milliards de dollars américains directement lié aux récentes découvertes de pétrole et constitue une mine de possibilités réelles pour les entreprises intéressées à investir au Brésil.

Relations commerciales entre le Canada et le Brésil, 2005-2009

Texte alternatif : Relations commerciales entre le Canada et le Brésil
Relations commerciales entre le Canada et le Brésil, 2005-2009
 Exportations canadiennes de marchandisesImportations canadiennes de marchandisesInvestissement canadien direct à l'étrangerInvestissement étranger direct au Canada
20091 600 000 000 $2 578 600 000 $11 443 000 000 $14 845 000 000 $
20082 589 000 000 $2 684 600 000 $9 866 000 000 $14 365 000 000 $
20071 515 800 000 $3 358 800 000 $7 778 000 000 $14 088 000 000 $
20061 328 100 000 $3 407 100 000 $8 951 000 000 $12 868 000 000 $
20051 104 200 000 $3 142 800 000 $6 829 000 000 $3 069 000 000 $

Le leadership et le soutien du gouvernement

Le gouvernement canadien reconnaît l’importance du Brésil, à la fois sur les plans commercial et politique, en tant que partenaire stratégique sur la scène internationale et dans le contexte du renouvellement de l’engagement du Canada dans les Amériques. Le Canada et le Brésil entretiennent des relations dynamiques, aux facettes multiples, et qui portent sur des intérêts divers. En plus de suivre de près les politiques et les règlements brésiliens en matière de commerce et de veiller à ce qu’ils soient favorables aux intérêts canadiens, les délégués commerciaux du Canada en poste au Brésil s’emploient activement à promouvoir l’ensemble des activités de développement commercial. Le Brésil constitue un marché prioritaire pour les initiatives visant à attirer, à retenir et à accroître les investissements et un partenaire important dans le domaine des sciences et de la  technologie. Les délégués commerciaux participent de façon proactive aux efforts de prospection d’investissements et ciblent plus particulièrement les entreprises à forte croissance dans des secteurs où le Canada jouit d’un avantage comparatif. En avril 2010, le Canada et le Brésil ont ratifié un accord-cadre de coopération en matière de science, de technologie et d’innovation, et ils assurent actuellement le financement de projets conjoints, en particulier dans les secteurs des énergies renouvelables, des technologies de l’information et des communications et de la biotechnologie. En outre, les délégués commerciaux intensifient leurs efforts en vue de comprendre les chaînes de valeur mondiales des principales multinationales installées au Brésil, en vue de repérer de nouveaux débouchés pour les entreprises canadiennes. Le gouvernement canadien a accru sa présence au Brésil grâce à l’ouverture de deux bureaux commerciaux, l’un à Porto Alegre et l’autre à Recife, et à l’agrandissement des équipes commerciales des missions à São Paulo et à Rio de Janeiro. À l’échelle du Canada, le Service des délégués commerciaux continue à diffuser de l’information sur les occasions d’affaires au Brésil, à favoriser la rétention et l’augmentation des investissements brésiliens au Canada et à promouvoir le Brésil en tant que partenaire de choix dans le domaine des sciences et de la technologie.

L’accès au marché

Le Canada et le Brésil collaborent en tant que membres de différents organismes internationaux, dont l’Organisation mondiale du commerce (OMC), l’Organisation de coopération et de développement économiques (OCDE), l’Organisation des Nations Unies (ONU) et l’Organisation des États américains (OEA). Le Canada a également mis en place différents mécanismes bilatéraux en matière de commerce et d’investissement pour faciliter et appuyer les activités des entreprises canadiennes au Brésil:

1984

  • l’Accord sur la double imposition

1986

  • l’Accord sur le transport aérien 

1995

  • l’Accord de coproduction dans le domaine de l’audiovisuel
  • le Protocole d’entente pour la création d’une Commission mixte sur les relations économiques et commerciales

1998

  • l’Entente de coopération en matière de commerce et d’investissement avec le MERCOSUR

2006

  • le Protocole d’entente pour la création d’un comité consultatif sur l’agriculture

2008

  • l’Accord de coopération en matière de science, de technologie et d’innovation

Sauf indication contraire, les données portent sur l’année 2009 et sont exprimées en dollars canadiens. Toutes les données sont fondées sur les plus récentes statistiques nationales accessibles, lesquelles sont tirées de diverses sources, dont Statistique Canada, Exportation et développement Canada, la Banque du Canada, le rapport Perspectives de l’économie mondiale du FMI et la CNUCED.

Pour obtenir de plus amples renseignements sur les États-Unis, visitez le site Web d’Affaires étrangères et Commerce international Canada ou communiquez avec le Service des délégués commerciaux au 1-888-306-9991.

Notes de bas de page

Note de bas de page *

Si vous avez besoin d'un plugiciel ou d'un logiciel tiers pour accéder à un fichier sur cette page, veuillez consultez la section formats de rechange de notre page aide.

Retour à la référence de la note de bas de page *

En bref

  • Capitale : Brasilia
  • Superficie totale : 8 511 965 km²
  • Population : 191,5 millions
  • Langue : portugais
  • Type de gouvernement : république fédérale
  • PIB : 1,8 billion de dollars
  • PIB par habitant : 9 419 $
  • Principales destinations des exportations : Chine, États-Unis, Argentine, Pays-Bas et Allemagne
  • Principales sources des importations : États-Unis, Chine, Argentine, Allemagne et Japon
  • Principales exportations : minerais, huiles et combustibles minéraux, oléagineux, viande et sucre
  • Principales importations : machines, minerais, huiles et combustibles minéraux, équipement électrique et électronique, véhicules, produits chimiques organiques
  • Principales exportations canadiennes (en dollars) : machines (318,7 millions), papier et carton (205,2 millions), huiles et combustibles minéraux (202,6 millions), engrais (166,2 millions), équipement électrique et électronique (111,2 millions)
  • Principales importations canadiennes (en dollars) : produits chimiques inorganiques (633,1 millions), sucre (388,5 millions), machines (171 millions), véhicules automobiles (151,9 millions), aliments en conserve (92,5 millions)
  • Taux de change : 1 $CAN=1,74 réal brésilien (BRL)

Service des délégués commerciaux du Canada