Contenu archivé

L’information dont il est indiqué qu’elle est archivée est fournie à des fins de référence, de recherche ou de tenue de documents. Elle n’est pas assujettie aux normes Web du gouvernement du Canada et elle n’a pas été modifiée ou mise à jour depuis son archivage. Pour obtenir cette information dans un autre format, veuillez communiquer avec nous.

Cette page contient de l’information sur la Stratégie commerciale mondiale du Canada (2007-2013). Pour en savoir davantage sur le nouveau plan commercial du Canada prière de consulter la page Plan d'action sur les marchés mondiaux.

Chine (la République populaire de)

PDF (167 ko)Note de bas de page * | Études de marchés

Beijing, Chine

Deuxième puissance économique mondiale, la Chine, dont le taux de croissance annuel du PIB s’élève à environ 10 pour cent depuis 1980, a une présence commerciale qui se fait sentir aux quatre coins du globe. Après s’être située au-dessus de 10 pour cent pendant plusieurs années, la croissance économique de la Chine a été entravée en 2008 par un resserre-ment de la politique monétaire et par l’effondrement du marché boursier. Ce ralentissement à l’échelle nationale a été exacerbé par la crise financière qui a ébranlé les principales économies industrialisées, réduisant substantiellement la demande d’exportations chinoises tout en freinant le rythme de l’investissement étranger direct. Le taux de croissance réel du PIB de la Chine a chuté à 6,2 pour cent au premier trimestre de 2009, par rapport à 10,6 pour cent l’année précédente. Toutefois, à la suite de l’intervention vigoureuse du gouvernement chinois, l’économie du pays a atteint un taux de croissance global de 8,7 pour cent en 2009 et de 12 pour cent au premier trimestre de 2010. La Chine s’est maintenant complètement remise des effets de la récession.

La Chine a pris très tôt des mesures décisives afin de contrer les effets du ralentissement économique mondial, notamment la mise en place d’un programme de relance financière de grande envergure. En novembre 2008, Beijing a annoncé un vaste ensemble de mesures de relance d’une valeur de 4 billions de yuans (700 milliards de dollars canadiens). Ce programme, qui s’inscrit dans le cadre de l’objectif du président Hu de bâtir une société harmonieuse, était axé sur la croissance économique (notamment le développement des infrastructures) tout en mettant l’accent sur les groupes à faible revenu, le développement agricole régional, la lutte contre la pollution et les avancées technologiques.

Important pôle manufacturier pour les chaînes d’approvisionnement asiatiques et mondiales, la Chine importe de grandes quantités de machines, de pétrole, de produits chimiques, de véhicules et de matières premières pour alimenter ses industries en expansion rapide. Les besoins en infrastructures augmentent de manière fulgurante et créent d’innombrables débouchés dans les secteurs de l’ingénierie, du transport et des technologies de l’environnement. En outre, la Chine est une source de plus en plus importante de capitaux d’investissement. En effet, on assiste à une forte hausse de l’investissement direct chinois à l’étranger, lequel a atteint une valeur de 48 milliards de dollars américains en 2009. Par ailleurs, la Chine présente un potentiel phénoménal en tant que marché de consommation en raison de sa population de 1,3 milliard d’habitants, de la hausse des revenus et de l’expansion de sa classe moyenne. La Chine est aussi un pays vaste et complexe où il peut être problématique de faire des affaires. Il est difficile d’obtenir des renseignements fiables et de forger des relations adéquates. De plus, les aspects financiers et fiscaux de la conduite des affaires en Chine sont complexes. Au nombre des principaux problèmes figurent les obstacles à l’importation, les restrictions imposées aux fournisseurs de services étrangers, le manque de rigueur dans l’application des droits de propriété intellectuelle, les pratiques en matière de subventions et le manque de transparence des processus de passation des marchés.

Les relations commerciales en 2009

  • La Chine demeure le deuxième partenaire commercial en importance du Canada pour ce qui est des marchandises, après les États-Unis. Les échanges bilatéraux de marchandises ont atteint une valeur de 50,8 milliards de dollars en 2009, une baisse de 4,3 pour cent par rapport aux niveaux de 2008.
  • En 2009, les exportations canadiennes de marchandises vers la Chine ont totalisé 11,2 milliards de dollars, en hausse de 6,6 pour cent par rapport à 2008, ce qui a fait de la Chine le troisième marché d’exportation du Canada en importance.
  • En outre, la Chine demeure la deuxième source de marchandises importées du Canada.
  • Si un grand nombre d’entreprises canadiennes ont investi en Chine, l’investissement direct canadien en sol chinois s’est établi à 3,3 milliards de dollars en 2009, soit moins de 2 pour cent du total de l’investissement étranger direct dans le pays. Le stock d’investissements directs de la Chine au Canada représentait moins de 1 pour cent de l’investissement étranger direct au Canada; toutefois, il est passé de 928 millions de dollars en 2005 à près de 8,9 milliards de dollars en 2009.

Les débouchés

Le gouvernement du Canada a décidé, dans le cadre de la Stratégie commerciale mondiale (SCM), de faire de la Chine un marché prioritaire. Après de vastes consultations avec des représentants des gouvernements, des universités, des entreprises et des secteurs industriels canadiens, il a élaboré un plan de développement du marché exhaustif dans lequel sont ciblés les secteurs riches en possibilités et compatibles avec les capacités du Canada et ses intérêts en Chine, notamment :

  • Agriculture, aliments et boissons : On prévoit que la Chine, qui doit composer avec une consommation en plein essor et des ressources limitées, deviendra le plus grand pays importateur de produits agroalimentaires du monde d’ici 2015-2020. Les exportations de produits agricoles, d’aliments et de boissons du Canada vers la Chine ont augmenté de 56 pour cent, pour atteindre près de 2,6 milliards de dollars en 2009, ce qui a donné lieu à un excédent commercial de 1,6 milliard de dollars.
  • Technologies de l’information et des communications (TIC) : La Chine est un chef de file mondial quant à l’importation et à l’exportation de produits et services des TIC. Dans la foulée de sa décision de faire de la croissance de l’industrie des TIC une priorité nationale, la Chine a enregistré une expansion rapide de l’utilisation des téléphones cellulaires et d’Internet.
  • Automobile : En 2009, la Chine a dépassé les États-Unis à titre de plus grand marché de l’automobile du monde, ses ventes s’élevant à près de 13,6 millions de véhicules, par rapport à 10,4 millions pour les États-Unis. La valeur des exportations canadiennes de véhicules vers la Chine a atteint 49 millions de dollars américains en 2009. (Source : J.D. Power & Associates; World Trade Atlas)
  • Aérospatiale : On prévoit que 600 nouveaux aéronefs s’ajouteront à la flotte chinoise dans les cinq prochaines années. La demande chinoise pourrait atteindre plus de 3 800 nouveaux aéronefs dans les vingt prochaines années. (Source : Boeing, Airbus)
  • Exploitation minière et matériel et services connexes : La Chine est un grand consommateur et producteur de produits minéraux métallurgiques. La croissance économique vigoureuse stimule le développement de son industrie minière, ce qui occasionne une forte demande de produits minéraux ainsi que de technologiques minières, de services et de matériel connexes.
  • Sciences de la vie : En Chine, le vieillissement de la population, l’expansion de l’accès à l’assurance maladie, l’important soutien gouvernemental et la sensibilisation grandissante aux questions de santé sont autant d’éléments moteurs de la croissance du secteur des sciences de la vie. Les entreprises canadiennes pourront trouver des débouchés sous forme de projets conjoints de recherche et développement (R-D), d’activités de fabrication, d’essais cliniques, de financement et de distribution.

Le secteur des technologies propres revêt une importance grandissante pour l’économie de la Chine. Les entreprises chinoises cherchent activement des partenaires pour les aider à développer leurs propres technologies et à acquérir une expertise ainsi qu’à trouver des solutions novatrices à certains défis engendrés par la croissance économique rapide des 30 dernières années. Plus particulièrement, la Chine offre des débouchés intéressants pour les entreprises de technologies canadiennes qui œuvrent dans le domaine des technologies de l’épuration des eaux usées des municipalités et des industries.

Relations commerciales entre le Canada et la Chine, 2005-2009

Texte alternatif : Relations commerciales entre le Canada et la Chine, 2005-2009
Relations commerciales entre le Canada et la Chine, 2005-2009
 Exportations canadiennes de marchandisesImportations canadiennes de marchandisesInvestissement canadien direct à l'étrangerInvestissement étranger direct au Canada
200911 161 000 000 $39 657 000 000 $3 349 000 000 $8 854 000 000 $
200810 473 000 000 $42 623 000 000 $3 430 000 000 $5 239 000 000 $
20079 512 000 000 $38 309 000 000 $2 619 000 000 $s.o.
20067 802 000 000 $34 508 000 000 $2 099 000 000 $s.o.
20057 214 000 000 $29 516 000 000 $1 820 000 000 $928 000 000 $

Le leadership et le soutien du gouvernement

La multiplication des échanges et les visites de plus en plus fréquentes de ministres et de sous-ministres ont récemment renforcé l’engagement du Canada et de la Chine à raffermir leurs relations bilatérales et à resserrer leurs liens commerciaux. Soulignons notamment la visite du Premier ministre du Canada en Chine en décembre 2009 et celle du président Hu au Canada en juin 2010.

Le 13 octobre 2010 marquait le 40e anniversaire de l’établissement des relations diplomatiques entre le Canada et la République populaire de Chine. En 1970, le Canada fut l’un des premiers pays occidentaux à établir des relations diplomatiques avec la Chine. En célébrant cet anniversaire avec la Chine, le Canada espère renforcer les relations bilatérales entre les deux pays et accroître les occasions d’affaires pour les Canadiens en Chine, et ce, en mettant l’accent sur la longévité de ces relations et en augmentant la visibilité du Canada à titre de pays dynamique et innovateur.

Des occasions telles que la participation du Canada à l’Exposition universelle de Shanghai de 2010 per-mettront de promouvoir l’expertise commerciale et la compétitivité du Canada dans l’ensemble du marché chinois. Pour l’exposition, la Chine a choisi le thème « Meilleure ville, meilleure vie ». 

Le gouvernement du Canada continuera de suivre de près les politiques et règlements à caractère commercial de la Chine et d’exercer son influence en faveur des intérêts canadiens. Les accords bilatéraux en matière de sciences et de technologie et un nouveau protocole d’entente relatif à l’établissement d’un groupe de travail sur la protection de l’environnement et la conservation de l’énergie, ainsi que les efforts continus visant à asseoir la position du Canada en tant qu’importante porte d’entrée du commerce avec l’Asie-Pacifique.

Le Service des délégués commerciaux du Canada a élargi sa présence en Chine grâce à l’ouverture de nouveaux bureaux commerciaux à Chengdu, Nanjing, Qingdao, Shenyang, Shenzhen et Wuhan et a accru ses ressources dans d’autres villes. Ces bureaux appuieront davantage les intérêts canadiens et permettront de trouver des débouchés pour les entreprises canadiennes dans ces nouveaux centres des affaires.

Le Service des délégués commerciaux du Canada continuera de promouvoir activement les capacités commerciales du Canada aux quatre coins de la Chine, tout en mettant à la disposition des entreprises canadiennes l’information commerciale, les contacts et le soutien dont elles ont besoin pour exploiter des débouchés particuliers.

L’accès au marché

Le Canada dispose d’un certain nombre d’instruments bilatéraux de politique de commerce et d’investissement pour faciliter et appuyer les activités des entreprises canadiennes en Chine, à savoir :

2005

  • l’Accord sur le transport aérien

2007

  • l’Accord de coopération scientifique et technologique entre le Canada et la Chine

2008

  • l’Accord de collaboration en aérospatiale
  • le Protocole d’entente en matière de logistique commerciale

2010

  • l’Accord de cooperation avec la Chine permettant la réintroduction progressive du boeuf et su suif canadiens sur le marché chinois
  • le Statut de destination approuvée (SDA) accordé au Canada par la Chine
  • le Protocole d’entente entre le Canada et la Chine relatif à l’établissement d’un groupe de travail sur la protection de l’environnement et la conservation de l’énergie

Sauf indication contraire, les données portent sur l’année 2009 et sont exprimées en dollars canadiens. Toutes les données sont fondées sur les plus récentes statistiques nationales accessibles, lesquelles sont tirées de diverses sources, dont Statistique Canada, Exportation et développement Canada, la Banque du Canada, le rapport Perspectives de l’économie mondiale du FMI et la CNUCED.

Pour obtenir de plus amples renseignements sur les États-Unis, visitez le site Web d’Affaires étrangères et Commerce international Canada ou communiquez avec le Service des délégués commerciaux au 1-888-306-9991.

Notes de bas de page

Note de bas de page *

Si vous avez besoin d'un plugiciel ou d'un logiciel tiers pour accéder à un fichier sur cette page, veuillez consultez la section formats de rechange de notre page aide.

Retour à la référence de la note de bas de page *

En bref

  • Capitale : Beijing
  • Population : 1,3 milliard
  • Superficie totale : 9 600 000 km²
  • Langues : mandarin, cantonais, autres
  • Type de gouvernement : république socialiste à parti unique
  • PIB : 5,6 billions de dollars
  • PIB par habitant : 4 211 $
  • Principales destinations des exportations : États Unis, Hong Kong, Japon, Corée du Sud, et Allemagne
  • Principales sources des importations : Japon, Corée du Sud, Taïwan, États-Unis et Allemagne
  • Principales exportations : matériel électrique et électronique, machines, vêtements tricotés, vêtements tissés, articles de literie, instruments scientifiques et de précision
  • Principales importations : matériel électrique et électronique, machines, huiles et combustibles minéraux, minerais, instruments scientifiques et de précision
  • Principales exportations canadiennes (en dollars) : oléagineux (1,6 milliard), pâte de bois (1,5 milliard), minerais (1,4 milliard), machines (0,9 milliard), huiles et combustibles minéraux (0,9 milliard)
  • Principales importations canadiennes (en dollars) : matériel électrique et électronique (8,5 milliards), machines (7,1 milliards), jouets et articles de sport (3,1 milliards), meubles et articles de literie (2,5 milliards), vêtements tissés (2,1 milliards)
  • Taux de change : 1 $CAN=5,98 yuans (CNY)

Service des délégués commerciaux du Canada