Contenu archivé

L’information dont il est indiqué qu’elle est archivée est fournie à des fins de référence, de recherche ou de tenue de documents. Elle n’est pas assujettie aux normes Web du gouvernement du Canada et elle n’a pas été modifiée ou mise à jour depuis son archivage. Pour obtenir cette information dans un autre format, veuillez communiquer avec nous.

Cette page contient de l’information sur la Stratégie commerciale mondiale du Canada (2007-2013). Pour en savoir davantage sur le nouveau plan commercial du Canada prière de consulter la page Plan d'action sur les marchés mondiaux.

L’Europe

PDF (174 ko)Note de bas de page * | Études de marchés

Londres, Royaume-Uni

L’Europe est une région économique immense et diversifiée qui offre d’innombrables débouchés aux entreprises exerçant leurs activités à l’échelle mondiale. Comptant près de 594 millions d’habitants répartis dans 35 paysNote de bas de page 1, elle a été à l’origine d’environ le tiers de la production mondiale et de 49 pour cent des échanges internationaux de marchandises en 2009, et de près de la moitié des stocks d’investissement mondiaux en 2009 (46,1 pour cent)Note de bas de page 2. De plus, la dépense intérieure brute au titre de la recherche et du développement (R-D) des 27 membres de l’Union européenne (UE) représente près de 30 pour cent du total de tous les pays de l’OCDENote de bas de page 3. La crise financière mondiale a eu un impact négatif sur l’économie européenne et la zone euro traverse une crise profonde depuis quelques mois. Selon les prévisions économiques pour les 27 pays membres de l’UE, on peut s’attendre à une reprise progressive en 2010, le taux de croissance du PIB de l’UE devant atteindre 1,8 pour cent. Les normes réglementaires de l’UE définissent les critères à l’échelle mondiale, tandis que les fabricants européens s’efforcent de devenir des chefs de file dans leurs secteurs respectifs. Des 500 sociétés multinationales jugées les plus importantes selon la revue Fortune, 178 ont choisi d’établir leur siège social mondial en EuropeNote de bas de page 4. Celle-ci joue un rôle clé dans les chaînes de valeur mondiales, y offrant divers points d’accès, et elle est une importante source de capitaux pour les entreprises canadiennes. L’influence qu’exerce l’Europe transcende également son poids économique mondial. Quatre des huit pays du G8 et deux des cinq membres permanents du Conseil de sécurité des Nations Unies sont membres de l'UE. Il existe un consensus grandissant au sein de l’Europe sur les questions de politique étrangère, telles que la sécurité mondiale, le terrorisme et la sécurité énergétique, ce qui signifie que l’Europe parlera de plus en plus d’une seule voix et aura de plus en plus de poids sur la scène internationale.

Les relations commerciales en 2009

  • Les exportations canadiennes de marchandises destinées à l’Europe ont chuté de 19,1 pour cent et les importations de 17,7 pour cent, ce qui a porté les échanges à  87 milliards de dollars en 2009.
  • En 2009, le Canada a exporté pour 12,6 milliards de dollars de services vers l’UE. Les importations de services en provenance de l’UE ont été de 15,7 milliards de dollarsNote de bas de page 5.
  • En 2009, le Canada se classait au dixième rang des principales destinations d’exportation de marchandises de l’UE.
  • L’Europe est la deuxième source d’investissement au Canada et la deuxième destination de l’investissement du Canada. L’investissement direct connu au Canada en provenance des pays membres de l’Union européenne s’est élevé à 184,5 milliards de dollars, soit 33,6 pour cent de l’IED au Canada, tandis que l’investissement canadien direct à l'étranger en Europe était de 157,9 milliards de dollars (stocks connus d’investissement).
  • L’UE est l’une des plus importantes sources de nouvelles technologies du Canada ainsi qu’un partenaire clé dans le domaine des sciences et de la technologie.

Les débouchés

Le gouvernement du Canada a désigné l’Europe en tant que marché prioritaire dans le cadre de la Stratégie commerciale mondiale. Pour faire ce choix, il a tenu de vastes consultations avec des représen-tants gouvernementaux, du milieu des affaires et de l’industrie ainsi qu’avec des universitaires. Puis, il a élaboré un plan de développement du marché exhaustif qui cerne les secteurs riches en possibilités et compatibles avec les capacités du Canada et ses intérêts par rapport à ce marché. Ces secteurs prioritaires sont :

  • Aérospatiale et défense : L’Europe est le deuxième acheteur de produits et services canadiens de l'industrie aérospatiale, les exportations canadiennes y ayant atteint 4,7 milliards de dollars en 2009, soit 26,8 pour cent du revenu annuel total de l’industrie canadienneNote de bas de page 6. En 2008, le marché européen de l’aérospatiale et de la défense réunissait plus de 2 000 entreprises, 80 000 fournisseurs et 676 000 employés et affichait des revenus annuels de 137 milliards d’euros. En 2008, environ 125 000 personnes travaillaient à l’extérieur de l’Europe pour des entreprises européennes, comptant pour une valeur estimée à 30 milliards d’euros.
  • Agriculture, aliments et boissons : Les importations de produits agroalimentaires et de produits de la mer de l’UE en provenance de pays hors UE ont atteint près de 146 milliards de dollars en 2009. En raison de son nombre d’habitants, de sa richesse et de sa capacité de production, l’UE est un secteur commercial prioritaire des secteurs canadiens de l’agriculture, de l’agroalimentaire, des poissons et des fruits de mer. En 2009, le Canada occupait le vingtième rang des fournisseurs de produits agricoles, agroalimentaires et de la mer dans l’UE, soit 1,9 pour cent de part de marché. Les exportations canadiennes d’aliments et de produits de la mer ont atteint 2,6 milliards de dollars cette même année. Ses exportations englobaient le blé, le soja, le lin et les légumineuses alimentaires ainsi que des aliments comme les crevettes et les homards. L’UE est également le deuxième marché du Canada en ce qui a trait aux produits de l’érable.
  • Sciences de la vie : Le secteur des sciences de la vie est l’un des plus dynamiques d’Europe, comme en témoigne le nombre de grandes sociétés de produits pharmaceutiques et d’appareils médicaux qui y sont établies, de grappes d’entreprises novatrices ainsi qu’un important financement de la recherche ouvert aux partenariats internationaux sur le plan universitaire et commercial (p. ex. 7ème programme cadre ou 7ème PC de l’UE). Bon nombre de petites et moyennes entreprises (PME) et d’entreprises multinationales investissent au Canada et y font beaucoup de R-D. En raison de son excellente infrastructure de recherche et de ses importants marchés de distribution, l’Europe est un marché idéal pour les entreprises canadiennes qui oeuvrent dans le secteur des sciences de la vie et qui cherchent à mettre en place des partenariats pour la distribution et la R-D dans les sous-secteurs des appareils médicaux, de produits pharmaceutiques et des aliments neutraceutiques.
  • Technologies de l’information et des communications (TIC) : Il s’agit d’un des plus importants secteurs d’activités en Europe. Dans l’ensemble de l’UE, la part du secteur des TIC représente 8,5 pour cent du total de la valeur ajoutéeNote de bas de page 7, et l’emploi dans les TIC constitue 3 pour cent du total de l’emploi du secteur commercial. En matière d’innovation, la R-D liée aux TIC totalise près du quart du secteur de la R-D de l’UE. Celle-ci demeure un marché important pour le Canada. Les exportations canadiennes de produits liés aux TIC vers l’UE ont atteint près de 2,4 milliards de dollars en 2009, ce qui constituait 12,5 pour cent des exportations totales du Canada dans ce secteurNote de bas de page 8. Les sous-secteurs du sans-fil, des supports numériques et des logiciels sont en expansion en Europe et présentent de nombreux débouchés pour les entreprises canadiennes.
  • Industrie de l’environnement : L’adhésion à des solutions environnementales est importante dans la plupart des pays européens et constitue une exigence sociale. À ce titre, il s’agit d’un élément fondamental pour le développement de l’énergie solaire, de l’énergie éolienne ainsi que d’autres énergies renouvelables. En janvier 2007, l’Europe a lancé un plan stratégique pour les technologies énergétiques, lequel fixe de grands objectifs en matière d’énergie renouvelable et offre aux entreprises canadiennes de nombreuses occasions d’alliances en matière d’investissement, de commerce et de mise au point de technologies nouvelles, dont celles qui touchent l’énergie éolienne, la biomasse, les petits projets d’hydroélectricité, l’énergie solaire, les piles à hydrogène et l’océanologie. Dans l’ensemble, les pays membres de l’UE visent la réduction des gaz à effet de serre de 20 pour cent par rapport aux niveaux de 1990, ce qui signifie que la part des énergies renouvelables dans l’ensemble des énergies utilisées dans l’UE devra augmenter de 20 pour cent d’ici 2020. Et dans le cadre de cet objectif, 10 pour cent des combustibles utilisés pour le transport doivent provenir d’énergies renouvelables, dont les biocarburants. De plus, l’UE s’est donné pour cible d’augmenter l’efficacité énergétique de 20 pour cent d’ici 2020.

Relations commerciales entre le Canada et l’Europe, 2005-2009

Texte alternatif : Relations commerciales entre le Canada et l’Europe
Relations commerciales entre le Canada et l’Europe, 2005-2009
 Exportations canadiennes de marchandisesImportations canadiennes de marchandisesInvestissement canadien direct à l'étrangerInvestissement étranger direct au Canada
200933 879 900 000 $52 926 500 000 $157 948 000 000 $184 470 000 000 $
200841 853 700 000 $64 331 500 000 $161 157 000 000 $185 961 000 000 $
200740 842 400 000 $57 657 600 000 $143 160 000 000 $155 733 000 000 $
200632 914 700 000 $57 216 800 000 $142 634 000 000 $122 525 000 000 $
200528 200 000 000 $54 849 500 000 $122 633 000 000 $115 359 000 000 $

Le leadership et le soutien du gouvernement

Le gouvernement du Canada coopère avec divers partenaires européens pour définir les moyens d’éliminer les derniers obstacles à la circulation des biens, des services et des capitaux et pour établir une coopération bilatérale accrue dans des domaines tels que les sciences et la technologie, l’énergie et l’environnement. Le Canada et l’UE ont annoncé le lancement de négociations en vue de conclure un accord économique et commercial global dans le cadre du Sommet Canada-Union européenne, qui s’est tenu le 6 mai 2009 à Prague. On s’attend à ce que cet accord ambitieux produise des avantages économiques appréciables pour le Canada ainsi que pour l’UE. Quand la mise en œuvre sera complétée, cet accord engendrera une augmentation des échanges de marchandises et des services de plus de 20 pour cent. De plus, dans le cadre du Sommet de 2009, le Canada et l’Union européenne ont signé un accord sur la sécurité de l’aviation civile qui stimulera l’activité industrielle aéronautique, réduira les coûts et allègera le fardeau administratif dans le transport aérien. En décembre 2009, le Canada et la Commission européenne ont signé un accord global de transport aérien qui remplace les 19 accords bilatéraux existants et qui permettrait d’établir des droits de trafic pour les services entre le Canada et huit autres États membres de l’UE. En avril 2009, le projet de loi concernant la mise en œuvre de l’accord de libre-échange (ALE) signé par le Canada et l’Association européenne de libre-échange (AELE), regroupant l’Islande, le Liechtenstein, la Norvège et la Suisse, a reçu sanction royale au Canada. Il est entré en vigueur le 1er juillet 2009. En juillet 2010, le Canada a conclu un accord sur la promotion et la protection des investissements étrangers (APIE) avec la Slovaquie. Il a également renégocié et signé des accords portant sur la promotion et la protection des investissements étrangers avec la Lettonie, la République tchèque et la Roumanie en mai 2009 et les APIE existant avec la Hongrie et la Pologne sont en voie de renégociation pour les harmoniser avec les lois européennes et accroître la protection des investissements canadiens. Les travaux dans le cadre de la feuille de route pour la coopération dans le domaine de la réglementation entre le Canada et l’Union européenne continuent de promouvoir la coopération volontaire en matière de réglementation dans des domaines précis comme ceux de l’étiquetage des produits chimiques et des allergènes alimentaires. Les progrès réalisés dans ce domaine pourraient être consolidés par l’incorporation dans un accord économique global avec l’UE de dispositions relatives à la coopération réglementaire, favorisant une réglementation transparente, efficiente et efficace.

Le Service des délégués commerciaux du Canada continue de promouvoir les intérêts du Canada dans les domaines du commerce, de l’investissement et de l’innovation en Europe. Avec l’appui de bureaux dans 32 villes, les délégués commerciaux veillent à établir des liens avec les entreprises, les gouvernements et les associations commerciales d’Europe en vue de cultiver chez eux l’image du Canada comme un fournisseur et un partenaire commercial mondial de premier plan. Pour offrir aux entreprises canadiennes les meilleurs services et conseils possibles, les délégués commerciaux en poste dans différents pays d’Europe travaillent en collaboration au-delà des frontières de leur pays.

L’accès au marché

Le Canada et divers pays européens coopèrent au sein de plusieurs forums internationaux, dont l’Organisation mondiale du commerce (OMC) et l’Organisation de coopération et de développement économiques (OCDE). Le Canada dispose d’un certain nombre d’instruments bilatéraux en matière de commerce et d’investissement pour faciliter et appuyer les activités des entreprises canadiennes en Europe, à savoir :

  • les accords sur la promotion et la protection des investissements étrangers avec la République tchèque, la Roumanie, la Lettonie, la Croatie, la Hongrie, la Pologne et la Slovaquie.
  • l’accord de coopération économique et commerciale avec la Suisse, la Norvège et l'Islande.
  • l’Accord de libre-échange (ALE) signé par le Canada et l’Association européenne de libre-échange dont les pays de l'Islande, le Liechtenstein, la Norvège et la Suisse.
  • l’Accord globale de transport aériena Canada-Union européenne
  • l’Accord sur la sécurité de l’aviation civile entre le Canada et l’Union européenne.

Sauf indication contraire, les données portent sur l’année 2009 et sont exprimées en dollars canadiens. Toutes les données sont fondées sur les plus récentes statistiques nationales accessibles, lesquelles sont tirées de diverses sources, dont Statistique Canada, Exportation et développement Canada, la Banque du Canada, le rapport Perspectives de l’économie mondiale du FMI et la CNUCED.

Pour obtenir de plus amples renseignements sur les États-Unis, visitez le site Web d’Affaires étrangères et Commerce international Canada ou communiquez avec le Service des délégués commerciaux au 1-888-306-9991.

Notes de bas de page

Note de bas de page *

Si vous avez besoin d'un plugiciel ou d'un logiciel tiers pour accéder à un fichier sur cette page, veuillez consultez la section formats de rechange de notre page aide.

Retour à la référence de la note de bas de page *

Note de bas de page 1

Dans le cadre de cet aperçu du marché prioritaire de la Stratégie commerciale mondiale, l’Europe comprend l’Albanie, l’Allemagne, l’Autriche, la Belgique, la Bulgarie, Chypre, la Croatie, le Danemark, l’Espagne, l’Estonie, la Finlande, la France, la Grèce, la Hongrie, l’Irlande, l’Islande, l’Italie, la Lettonie, le Liechtenstein, la Lituanie, le Luxembourg, la Macédoine, Malte, le Monténégro, la Norvège, les Pays-Bas, la Pologne, le Portugal, la République tchèque, la Roumanie, le Royaume-Uni, la Serbie, la Slovaquie, la Slovénie, la Suède, la Suisse et la Turquie. Un aperçu du marché a été produit spécifiquement pour la Russie, car ce pays a été identifié comme un marché prioritaire de la Stratégie commerciale mondiale. Dans l’encart En bref, les statistiques de PIB, PIB par habitant et de la population exclut le Lichtenstein et le Montenegro.

Retour à la référence de la note de bas de page 1

Note de bas de page 2

Conférence des Nations Unies sur le commerce et le développement.

Retour à la référence de la note de bas de page 2

Note de bas de page 3

OCDE, Principaux indicateurs de la science et de la technologie, 2010.

Retour à la référence de la note de bas de page 3

Note de bas de page 4

Fortune Magazine, juillet 2010.

Retour à la référence de la note de bas de page 4

Note de bas de page 5

L’UE ne comprend que les 27 pays membres de l’UE.

Retour à la référence de la note de bas de page 5

Note de bas de page 6

Association des industries européennes de l’aéronautique de l’espace et de la défense.

Retour à la référence de la note de bas de page 6

Note de bas de page 7

Commission européenne, Entreprise et industrie.

Retour à la référence de la note de bas de page 7

Note de bas de page 8

Industrie Canada.

Retour à la référence de la note de bas de page 8

En bref

  • Population : 598 millions
  • PIB : 20,6 billions de dollars
  • PIB par habitant : 34 462 $
  • Principales exportations canadiennes (en dollars) : pierres et métaux précieux (7,9 milliards), machines (3,4 milliards), produits aérospatiaux (3,3 milliards), minerais (2 milliards), combustibles minéraux et pétrole (1,9 milliards)
  • Principales importations canadiennes (en dollars) : produits pharmaceutiques (8,4 milliards), machines (8,3 milliards), combustibles minéraux et pétrole (8 milliards), véhicules automobiles (4,3 milliards), matériel électrique et électronique (3 milliards)
  • Taux de change : 1 $CAN=0,63 Euro (€)

Service des délégués commerciaux du Canada